in

Un bracelet connecté Fitbit aide à résoudre un meurtre

enquete police usa bracelet connecte fitbit

La scène est digne d’une série policière : un homme décide de tuer sa femme pour aller vivre avec son amante et leur enfant, récupérant aussi beaucoup d’argent. Le dénouement de cette enquête n’est dû qu’à une chose : le bracelet connecté Fitbit de la victime.

Ce qu’il s’est réellement passé

Les faits remontent au 23 décembre 2016, mais le procès vient de débuter. C’était alors un couple de quadragénaires normal, sans problème. Seulement voilà : l’homme mène une double vie avec une autre femme, ils ont même fondé une famille ! C’est alors qu’une idée effroyable lui vint : tuer sa femme et récupérer l’argent qu’elle possède, afin de satisfaire les besoins de sa nouvelle famille.

Tueur Fitbit bracelet connecte enquete indice

Ce qu’il s’est soi-disant passé

Toutefois, ayant quand même peur des représailles de la police, il eut l’idée de maquiller son meurtre, en faisant croire à un cambriolage qui aurait mal tourné. À l’arrivée des policiers que l’homme a lui-même appelé, ce dernier était ligoté, et sa femme morte juste devant lui. C’est d’ailleurs ce qu’aurait dit le tueur dans son faux témoignage :

« Le cambrioleur ne savait pas que nous étions chez nous à 9 h, et s’en est d’abord pris à moi. Il m’a ligoté, puis s’est occupé de ma femme en la tuant sous mes yeux d’une balle dans la tête, se servant du pistolet que nous avions acheté quelques semaines plus tôt. » Ce à quoi les policiers ont d’abord cru. Ils ont donc laissé libre le mari quelque temps, mais on continué l’enquête.

Fitbit bracelet connecte enquete police indice

Le bracelet connecté Fitibit qui fait basculer l’enquête

Il leur a fallu plusieurs mois avant d’obtenir les résultats du bracelet connecté Fitbit de la victime. Ils découvrirent que la femme avait fait son footing jusqu’à 10 h 30 ! Le mystère fut donc résolu grâce à un simple objet connecté, auquel le tueur n’avait absolument pas pensé.

Mais ce n’est pas la première fois qu’un homicide est résolu grâce aux objets connectés. Seulement il est très difficile pour la police d’obtenir les autorisations d’exploitation de ces indices. On se souvient de l’iPhone d’un terroriste que le FBI a tenté de débloquer sans l’aide d’Apple, qui expliquait que le respect de la vie privée et la sécurité des données était un gage de confiance immuable à la marque aux smartphones et Macbooks.

Les objets connectés ne servent pas qu’à résoudre des enquêtes. La police se sert aussi de drones armés !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.