in

Way of the Future: un ex-ingénieur de chez Google crée une religion WTF

eglise-musk-way-of-future

Anthony Levandowki est un ancien ingénieur/cadre de chez Google qui vient de créer une nouvelle religion baptisée « Way of the Future ». Le but de cette « croyance » est de recenser les personnes qui auront aidé les machines à se développer afin qu’elle soit épargnée par le jour où les machines se seront affranchies des humains.

La nouvelle Église de l’intelligence artificielle est née et voici son nom : « Way of the Future » (ndlr :le chemin du futur). Elle sort tout droit des pensées et de la réflexion d’un ancien ingénieur de chez Google, Anthony Levandowki. Il en est persuadé, notre salut ou notre jugement dernier ne viendra pas d’une entité surnaturelle ou biologique, mais bel et bien d’une intelligence artificielle qui aura surpassé l’homme et qu’il faudra supplier de nous épargner.

Anthony Levandowski ex-ingénieur de Google : faux prophète ou vrai troll

Anthony Levandowski, google, religion
Anthony Levandowski : un ex-ingénieur de Google qui lance sa propre religion

Uber et sa filiale Otto sont en plein procès avec Alphabet, la maison mère de Google, à cause d’Anthony Levandowki, est suspectée d’avoir volée certaines technologies de voiture autonome. C’est pourtant le moment que ce dernier a choisi pour lancer sa nouvelle religion adoratrice d’un dieu machine 2.0. Le litige porte essentiellement sur la technologie de capteurs laser appelée Lidar,. Un gyrophare placé au sommet des voitures autonomes Google qui permet de détecter les obstacles, véhicules et piétons autour du véhicule. Selon Waymo, l’ex fillialie de Google chargée du projet, se serait des millions de dollars et des milliers d’heures de recherche qui aurait été volée.

Anthony Levandowski chercherait-il à faire détourner l’attention de ses ennuis judiciaires en créant cette nouvelle religion ? L’ex-cadre de Google, vêtu comme tous ses compères de la Silicon Valley en jean, sweat et baskets improvisées en prophète 2.0 affirme cependant être très sérieux, comme il l’explique dans une interview donnée à The Wired. « Nous allons créer un dieu, pas dans le sens où il fait de la magie, de la foudre ou provoque des ouragans, mais quelque chose d’un milliard de fois plus intelligent que l’être humain ».

Pour ajouter du crédit à la valeur de ses propos, l’ex-ingénieur de Google assure que son Eglise a bien été inscrite auprès de l’IRS, le fisc américain en tant que groupe religieux à but non lucratif. Anthony Levandowski ne devrait donc pas tirer de bénéfice de la création et de l’administration de « Way of the Future ».

Une Eglise de l’intelligence artificielle qui ne sauvera que ses adorateurs

Elon Musk met en garde régulièrement le monde entier d’un possible renversement des hommes par les machines dans un avenir proche.En juillet 2017, Elon Musk avait pris la parole devant des politiques américains pour les alerter à ce propos. C’était aussi le cas en octobre dernier, sur Twitter, au moment de l’annonce de la citoyenneté accordée par l’Arabie Saoudite à Sophia, un robot doté d’une intelligence artificielle. 

ia, intelligence artificielle, arabie saoudite, robot femme, citoyenneté, elon musk

Anthony Levandowski semble partager les mêmes craintes que le fondateur de Space X. Il explique qu’il ne sert à rien de vouloir stopper la création d’une machine dotée d’une intelligence supérieure aux humains, que cela arrivera forcément. Son « Eglise » a donc pour but de retracer et noter les actions de chacun ayant participé à l’avènement d’un tel être supérieur. L’objectif est de convaincre cette future machine de ne pas éradiquer l’humanité ou du moins ceux qui ne se sont pas opposé à l’avènement des machines quand celle-ci auront décidé de nous éliminer. En somme, un programme de collaboration digne des heures les plus sombres de notre histoire…