in

Dark Web : opération de police mondiale, 61 barons de la drogue arrêtés

dark web sabotor

Le FBI, Europol et la DEA annoncent un coup de filet mondial sur le Dark Web. Les autorités ont arrêté 61 dealers, et saisi près de 300 kilos de drogues et 6,2 millions d’euros. Suite à cette annonce, le Dream Market annonce sa fermeture définitive…

Les autorités américaines, canadiennes, britanniques et européennes annoncent avoir uni leur force pour une opération coup de filet mondiale contre les vendeurs et acheteurs de produits illégaux sur le Dark Web. Au total, selon Europol, le FBI et la DEA, 50 comptes ont été fermés et 61 arrestations ont eu lieu. A l’issue de 65 perquisitions, la police a saisi près de 300 kilos de drogues, 51 armes à feu, et plus de 6,2 millions d’euros dont près de 4 millions en cryptomonnaie.

En parallèle, Europol profite de l’occasion pour envoyer  » un signal fort  » aux vendeurs et acheteurs du Dark Web.  Même si le Dark Web procure un certain anonymat, l’organisation rappelle aux utilisateurs qu’ils ont toujours une identité :  » le Dark Web n’est pas une capable d’invisibilité ou un vaccin contre la loi « .

L’objectif de cette opération coordonnée à l’échelle mondiale est non seulement de régler le problème de la criminalité sur le Dark Web, mais aussi de réduire le nombre de personnes qui tombent dans le piège des criminels vendeurs de produits dangereux et autres arnaqueurs.

Dark Web : le Dream Market ferme ses portes

Immédiatement après cette annonce, le célèbre marché noir Dream Market a annoncé sa fermeture pour le 30 avril 2019. Pour de nombreux experts, cette annonce confirme les théories selon lesquelles les autorités ont déjà pris le contrôle du site. A présent, leur objectif serait de piéger les utilisateurs en les appâtant vers une autre plateforme.

En effet, un scénario similaire s’était produit en juin 2017. La police néerlandaise avait pris le contrôle du Hansa Market pendant un mois afin de collecter des preuves sur les utilisateurs.

Or, depuis plusieurs semaines, le Dream Market rencontre d’importantes difficultés techniques. Les attaques DDoS rendent le site inaccessible la plupart du temps, et beaucoup pensaient que ces attaques étaient l’oeuvre d’un hacker ayant trouvé une faille dans le réseau Tor. En réalité, il pourrait donc s’agir de l’oeuvre de la police.

Un message affiché sur le Dream Market indique que le site va  » transférer ses services à un partenaire « . Toutefois, suite à l’annonce d’Europol et du FBI, beaucoup craignent qu’il s’agisse d’une stratégie pour piéger les usagers.

Lancé en avril 2013, Dream Market sera resté en activité pendant quatre ans. Il s’agit du dernier successeur de Silky Road, lancé en 2011 et fermé par le FBI en 2013. Les trois autres successeurs, Hansa Market,  AlphaBay et RAMP ont respectivement fermé en juin, juillet et septembre 2017.

Quoi qu’il en soit, malgré les efforts des autorités, il est probable que les utilisateurs du Dark Web se tournent vers d’autres plateformes comme T•chka et Wall Street Market ou même vers des messageries chiffrées comme Telegram et WhatsApp. Mettre un terme définitif au trafic de drogues et de produits illégaux sur le Dark Web semble tout bonnement impossible…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *