in

Un nouveau procédé révolutionnaire pour gérer son diabète

iHealth

L’annonce a été faite en décembre. Un nouveau procédé pour gérer le diabète est né. Il est le résultat de l’association de iHealth et MySugr, deux sociétés pionnières dans le domaine de la santé connectée. Une avancée qui devrait faciliter la vie de nombreux malades atteints de diabète.

Le domaine de la santé regorge de défis pour les développeurs d’objets connectés. Parce qu’il est difficile à gérer au quotidien et qu’il touche  285 millions de personnes à travers le monde – soit 6,6 % de la population adulte mondiale (chiffres de 2010) – le diabète se présente comme un sujet central, traité par les développeurs d’objets de santé connectés. Google a d’ailleurs déjà fait preuve de son intérêt dans la recherche de solutions pour améliorer le quotidien des personnes atteintes par cette maladie.

  Diabète

Dans la lignée de Google qui proposait des lentilles et patchs permettant le suivi médical en temps réel des malades, deux autres sociétés ont planché pour proposer un nouveau moyen de contrôler et consulter son taux de glycémie. D’un côté, iHealth, présenté comme un précurseur en matière de santé connectée proposant une gamme de produits utiles tel que des tensiomètres, des balances connectées ou bien des bracelets d’activités. De l’autre, MySugr, société développant des applications sur smartphone et sur le web pour aider à gérer le diabète de ses 500 000 utilisateurs à travers le monde.

Tout un carnet de suivi consultable sur smartphone

En réalité, le savoir-faire d’iHealth s’est greffé sur l’application déjà existante de MySugr, donnant en définitive un précédé novateur, intelligent et extrêmement pratique. Tout un carnet de suivi est disponible et consultable sur l’application iHealth Gluco-Smart. Après avoir effectué son relevé grâce au glucomètre d’iHealth, l’utilisateur n’a plus qu’à entrer manuellement ses données, transférées via Bluetooth. A la suite de quoi le programme se charge automatiquement de les analyser avant de les restituer sous forme de graphiques clairs et précis.

MySugr

Ainsi, à tout moment, le malade peut consulter ses relevées de glycémie et suivre ses variations via l’application sur son smartphone ou sa tablette. Autant de données qui pourront être partagées au médecin traitant pas internet. En plus de ça, l’application se charge d’envoyer une alerte à son utilisateur lorsqu’il oublie d’effectuer son contrôle glycémique. La synchronisation de ces deux outils a également pour but d’éviter les erreurs liées à la saisie manuelle des données sur l’application mySugr.

Diabète

Dans un souci pédagogique, le site mySugr.com propose même des cours en ligne pour apprendre gérer son diabète. Illustrés et très ludiques, ils sont avant tout destinés à des enfants qui devront cependant savoir parler anglais ou allemand ; le site ne proposant que ces deux langues pour le moment.

« Être plus autonome »

Dans une interview relayée par santeconnectee.fr, Uwe Diegel, Président de iHealth Europe explique la démarche visée par ce nouveau procédé. « Pour bien gérer le diabète ce ne sont pas les données qu’il faut gérer mais bien les patients. La santé connectée n’est pas seulement le futur de la médecine mais bien une réalité aujourd’hui. C’est un outil qui offre aux patients diabétiques un moyen d’être plus autonomes grâce à des applications qui leur permettent de devenir acteur de leur propre santé ».

L’intégration de iHealth Gluco avec l’application mySugr est d’ores et déjà disponible en Amérique du Nord et en Europe, téléchargeable sur les services Apple Store et Google Play. Une version d’essai gratuite est même mise à disposition sur https://mysugr.com/fr/. Pour se doter du Health Gluco, il faudra en revanche obligatoirement allé se renseigner auprès d’une pharmacie, le produit n’étant pas encore autorisé à la vente en ligne en France.

Si ce nouveau procédé doit encore se confronter à la réalité des utilisateurs, il dessine les lignes d’un futur offrant un suivi sanitaire plus efficace, plus proche des patients, intégrant les objets connectés au cœur de la santé.

Source 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.