in

Santé connectée : Les objets connectés plébiscités par les pharmaciens

Les objets connectés rencontrent un véritable succès et surtout dans les domaines de la santé et du bien-être. Les pharmaciens eux-mêmes plébiscitent leur utilisation, que doit-on en penser ?

pharmacie_logo_image_s130

Santé & bien-être connecté

Consultez les objets connectés du moment et vous constaterez une chose : la majorité tournent autour de la santé. En effet accéléromètre, tensiomètre, balance ou encore traqueur d’activité tous les systèmes sont bons pour garder un oeil sur votre forme. Ces objets intelligents appartiennent à la mouvance du quantified self, un système qui calcule toutes vos données personnelles et dresse ensuite sur votre smartphone une analyse sous la forme de graphiques et de pourcentages. Les objets connectés remplacent votre médecin dans la prévention ce qui peut avoir un aspect positif dans la détection de maladie. C’est un partenaire santé.

Les objets connectés : des coach santé

Mais tous ces gadgets ne font ils pas de l’ombre aux véritables professionnels ? Pouvons-nous nous fier à eux les yeux bandés ? Et bien une enquête réalisée auprès de cent pharmaciens par Direct Medica et Medappcare révèle que 53% des pharmaciens trouvent que les objets connectés en lien avec le domaine médical sont nécessaires et bénéfiques aux patients. 66% sont prêt à vendre ce type de produits dans leurs pharmacies. Les professionnels sont donc partenaires de ce phénomène connecté.

Effets pervers et limites de la santé connectée

Mais on peut légitimement se poser la question : est-ce que la santé n’est-elle pas tout simplement devenue un secteur qui fait vendre ? Les consommateurs et utilisateurs d’objets connectés sont face à un dilemme : les objets connectés sont chers alors mieux vaut qu’ils soient rentables, que ce soit pour le divertissement ou une utilité première. Le domaine de la santé est l’argument parfait : achetez un objet connecté sera forcément un bon rapport qualité prix puisqu’il s’agit de votre santé, et on est jamais assez prudent non ? Entre vérité et publicité on a parfois du mal à faire la différence. Le quantified self paraît être davantage un gadget remplaçant les SELFIES plutôt qu’une activité primordiale pour notre santé. Sincèrement, est-ce que votre médecin vous a t-il déjà demandé combien de pas vous effectué en moyenne au cours d’une journée ?

Outre l’aspect ludique qui occupe pas mal d’utilisateurs apparemment en prise avec l’ennuie de leur quotidien, le risque de la e-santé concerne les données personnelles des utilisateurs. Que deviennent-elles ? Qui y a accès et ou sont les normes de sécurité ? Le CNIL et la commission européenne se penchent sérieusement sur la question car à terme si les objets connectés en rapport avec la santé veulent perdurer il est indéniable que cette question doit être résolue.