in ,

De la cheville au bracelet : certains dispositifs de surveillance électronique sont des montres connectées

Le système judiciaire du comté de Warren est l’un des premiers des États-Unis à tester un nouveau dispositif qui englobe toutes les fonctionnalités d’un bracelet de surveillance dans des montres connectées.

Cela se passe à LEBANON en Ohio. La technologie appelée VeriWatch chargée de la veille électronique pour le service de probation des adultes est relativement nouvelle. Or, cela n’a pas fait hésiter le directeur adjoint de la Cour des plaidoyers du comté de Warren. Voici de quoi il retourne.

Le comté de Warren mis à contribution

Le comté de Warren a l’un des taux les plus élevés d’assignation de dispositifs de surveillance électronique aux délinquants en lieu et place de l’incarcération dans l’Ohio. C’est également le deuxième après le comté de Franklin.

De ce fait, travaillant en partenariat avec Business Intelligence Inc. le directeur adjoint Mike Steele et son équipe ont décidé d’agir. En prêtant main forte à la société, depuis une quinzaine d’années, le lancement d’une nouvelle technologie est en cours. Cela concerne l’installation d’un nouveau dispositif de surveillance GPS sur les montres connectées.

Le comté de Warren en a donc fait la démonstration sur les adultes mis en probation par la justice. Parmi ces personnes, il y a par exemple celles qui présentent des défauts de comparution au tribunal ou des défauts de paiement des charges qui leur sont inculquées.

Les montres connectées de surveillance, plus discrètes que des bracelets électronique

Cette initiative a été entreprise dans le but d’aider la Cour des plaidoyers du comté de Warren a effectué son travail.

Mais le port d’un bracelet électronique au travail ou en public pour un délit mineur est également stigmatisant. Les personnes qui portent un bracelet électronique sont souvent des délinquants non violents, de faible gravité, qui participent à des programmes de réinsertion ou qui sont en attente de jugement.

Par conséquent, les montres connectées pourvues du même système que les dispositifs de surveillance habituels sont plus discrètes. Au lieu de porter une boîte encombrante et remarquable à la cheville, la technologie VeriWatch a fait diminuer la stigmatisation du client sous contrôle judiciaire en public.

Fonctionnement de la smartwatch

L’appareil de surveillance de type montre connectée fonctionne comme un bracelet électronique traditionnel. Il suit les mouvements de son porteur mais avec des avantages technologiques supplémentaires.

Le porteur et les agents de probation peuvent rester en contact grâce au système de messagerie intégré. Et le scanner biométrique de l’appareil identifie le visage de l’utilisateur pour confirmer sa localisation géographique. Il possède même un calendrier des dates d’audience à venir.

Les montres connectées dans lesquelles ce dispositif se trouve peuvent être rechargées à l’aide d’un chargeur portable qui s’attache au bracelet. Et elles sont également sécurisées par des serrures spécifiques. Si le porteur tente de les retirer, des capteurs de proximité le détectent.

Au final, grâce à ce dispositif de surveillance. Les porteurs peuvent se sentir plus à l’aise lorsqu’ils ré-intègrent la société. De même lorsqu’ils tentent simplement de poursuivre des activités normales qui seraient autrement entravées par le dispositif traditionnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *