in

Facebook comptera plus de morts que de vivants en 2070

Un cimetière

La majorité des comptes Facebook appartiendront à des personnes décédées en 2070. Des questions sur leur gestion se posent.

Jon Snow et ses comparses combattent les morts dans le dernier épisode de Game of Thrones. Peu importe le résultat de cette bataille (pas de spoilers, je vous rassure), ces derniers devraient en gagner une autre, celle de Facebook.

Facebook croît lentement

Selon une étude rapportée par Business Insider, il y aura en effet plus de personnes décédées que vivantes sur Facebook à l’horizon 2070. L’étude a été réalisée par Carl Öhman et David Watson, deux chercheurs rattachés à l’Internet Institute de l’Université d’Oxford.

Pour arriver à cette conclusion, les scientifiques se sont basés sur le taux de croissance annuelle actuel du réseau social (13 %). Ils estiment ainsi que le nombre de comptes appartenant à des personnes décédées atteindra 4,9 milliards à la fin du siècle. Pour rappel, la firme de Mark Zuckerberg annonce actuellement 2,38 milliards d’utilisateurs par mois. Comme il est peu probable que Facebook ait une croissance pareille aussi longtemps, l’échéance pourrait même être plus proche.

Exemple de compte de commémoration sur Facebook

Comment gérer ces comptes ?

En elle-même, cette trouvaille n’intéresse pas tellement Öhman et Watson. En effet, les deux scientifiques ne font qu’utiliser l’exemple de Facebook pour initier une réflexion sur la présence digitale des morts. Plus spécifiquement, comment leurs données seront préservées pour les générations futures. Toujours selon les auteurs de la recherche, jamais l’Humanité n’aura disposé en un endroit d’autant d’informations sur les comportements et la culture.

Il sera donc primordial de s’assurer que ces informations ne soient pas uniquement l’apanage d’une seule entreprise (pas vraiment connue pour son action bénéfique). Les chercheurs mettent particulièrement l’accent sur la nécessité de trouver une solution pérenne à ce problème. Ils invitent ainsi Facebook à collaborer avec des historiens, des archéologues, des archivistes et des éthiciens. Ceux-ci pourront alors organiser toutes les données d’importance historique. 

Pour l’heure, Facebook donne la possibilité à ses utilisateurs de changer le profil d’un proche décédé en un lieu de commémoration en ligne. Si sa famille le demande, il est également possible de supprimer le compte.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *