in

Cancer : une intelligence artificielle peut prédire l’efficacité d’une immunothérapie

Cancer intelligence artificielle immunothérapie

Une intelligence artificielle qui prédit l’efficacité d’un traitement du cancer par immunothérapie sans réaliser de biopsie. C’est le résultat obtenu par une équipe de chercheurs français.

L’immunothérapie est un traitement prometteur pour le cancer. Cependant, cette thérapie n’est efficace que dans 15 à 30 % des cas. Afin d’éviter des traitements inutiles et coûteux, des chercheurs français ont créé et alimenté une intelligence artificielle capable de prédire l’efficacité d’un traitement par immunothérapie, le tout sans réaliser de biopsie. Une avancée très prometteuse qui pourrait beaucoup aider les médecins et les patients atteints d’un cancer.

Cancer intelligence artificielle

Une IA qui prédit l’efficacité d’un traitement contre le cancer

Ce sont des chercheurs français issus de Gustave-Roussy à Villejuif dans le Val-de-Marne, de l’Inserm, de Therapanacea mais aussi des ingénieurs de Centrale Supélec et de Paris-Sud qui ont développé et alimenté cette intelligence artificielle. Durant 2 années, cette IA a analysé des images issues de 500 scanners de tumeurs cancéreuses. Cette analyse, réalisée en Deep Learning, a permit à l’intelligence artificielle de donner un score prédictif de l’efficacité d’un traitement par immunothérapie. En se basant sur les résultats d’un scanner, cette IA peut donc prédire les chances de succès d’un tel traitement sans même avoir besoin de réaliser une douloureuse biopsie.

Le traitement par immunothérapie est très prometteur. En stimulant les défenses immunitaires du patient, elle peut résorber des tumeurs. Malheureusement, elle n’est efficace que dans 15 à 30 pourcent des cas. L’analyse par une intelligence artificielle pourrait donc être d’un grand secours pour décider ou pas d’un tel traitement en fonction de la réponse donnée. Les chercheurs vont encore améliorer l’efficacité de cet algorithme en l’alimentant avec davantage de scanners. Les résultats de cette étude ont été publiés dans la prestigieuse revue scientifique « The Lancet Oncology ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.