in ,

Bientôt un scooter électrique 125 abordable de Peugeot ? Les concurrents tremblent !

scooter électrique 125 abordable peugeot

Lors du salon EICMA, Peugeot a confirmé qu’il allait présenter son premier scooter électrique 125 abordable en 2023. Pour cette marque française, qui entend électrifier l’ensemble de ses véhicules, cette année promet d’importants changements.

La marque au lion a été un véritable précurseur dans le secteur des scooters électriques. En 1997, elle a lancé le Scoot’Elec. Cependant, elle n’a pas réussi à proposer un successeur digne de ce modèle phare. De l’E-Vivacity à l’e-Ludix en passant par l’e-Streetzone, l’entreprise a eu tendance à se limiter au modèle 50 cm3. Mais pour les plus ambitieux et les plus passionnés, Peugeot envisage de proposer un scooter électrique 125cc à un prix abordable.

Un scooter électrique 125 à un prix abordable

Pour son premier scooter électrique 125, la marque a misé sur un modèle dédié au milieu urbain. Le directeur marketing et commercial de Peugeot, Matthieu Brinon, a expliqué que ce constructeur français ne produit pas à proprement dit ce scooter, mais qu’il le rebadge selon ses spécifications.

Dans ce cas, la marque au lion va faire appel à des partenaires compétents qui disposent des technologies nécessaires pour se lancer dans l’aventure. En effet, se lancer seul sur le marché des véhicules électriques constitue aujourd’hui une perte d’argent, de temps et même de parts de marché.

Sans dévoiler les caractéristiques du futur scooter électrique 125, Peugeot promet néanmoins un prix beaucoup plus abordable par rapport à celui affiché par l’e-Streetzone. Ce dernier, qui a vocation à succéder à la version électrique du Ludix, devrait coûter environ 4 000 euros.

La marque fait face à une concurrence assez forte sur le marché des L1 électriques. Mais, pour elle, se lancer dans une bataille de prix contre tous les autres acteurs existants n’est pas intéressant. Elle préfère se positionner sur le haut de gamme. 

Les marques asiatiques dans le collimateur

À l’EICMA, les marques asiatiques sont très actives, proposant une large gamme de modèles électriques. Le constructeur au lion doit-il pour autant s’inquiéter ? Côté technique, la mobilité électrique est un sujet sérieux aujourd’hui. En tant que tel, le constructeur en parle avec beaucoup de respect et d’humilité. Parmi toutes les entreprises asiatiques, il surveille de près un certain nombre d’entre elles. Matthieu Brinon précise qu’à ce jour, ces entreprises manquent de deux éléments : la légitimité/notoriété de leur marque et la présence d’un réseau de maintenance et de distribution précis.

La marque fait face à une concurrence assez forte sur le marché des L1 électriques. Mais, pour elle, se lancer dans une bataille de prix contre tous les autres acteurs existants n’est pas intéressant. Elle préfère se positionner sur le haut de gamme. 

Certes, l’entreprise française se montre plus lente. Cependant, son directeur marketing est convaincu que d’ici fin 2024, plus d’un tiers de la gamme sera électrique, comme le futur scooter 125 et à des prix abordables.

Peugeot Motocycles prévoit d’électrifier d’autres flottes

En plus de développer des speed-bikes, Peugeot Motocycles envisage de s’attaquer au marché L6, des scooters électriques à trois roues. Il s’agirait d’un modèle destiné aux professionnels et capable de porter une charge de plusieurs centaines de kilos.

« Ce modèle peut intéresser les grands acteurs du e-commerce et même les artisans qui transportent des marchandises plus lourdes ». Matthieu Brinon explique que la marque au lion a trouvé le partenaire idéal pour mettre en œuvre ce projet innovant. « Avec Stellantis, ils sont également convaincus par le concept de mobilité à 360° et s’intéressent aux 4 roues. Citroën AMI étant un succès, la marque est en pourparlers avec le groupe Citroën. »  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *