in ,

Vers un futur décarboné : comment les voitures électriques vont devenir plus propres que jamais

Vers un futur décarboné : comment les voitures électriques vont devenir plus propres que jamais

Les voitures électriques sont globalement moins polluantes que les voitures thermiques sur l'ensemble de leur cycle de vie, malgré une dette carbone initiale due principalement à la production des batteries. Cette dette est rattrapée de plus en plus rapidement à l'utilisation, selon une étude récentele nombre de kilomètres nécessaires variant selon le mix énergétique du pays.

Si la voiture électrique est souvent présentée comme la solution d'avenir pour une mobilité durable, elle n'échappe pas pour autant à une empreinte carbone lors de sa production. Cette « dette » écologique provient principalement de la fabrication des batteries lithium-ion, processus énergivore et émetteur de gaz à effet de serre. Un constat qui a longtemps nourri les détracteurs de l'électromobilité. Cependant, cette vision à court terme occulte les formidables promesses environnementales qu'offre ce mode de transport sur le long terme.

Un rééquilibrage des émissions de plus en plus rapide

Une étude récente de Bloomberg a ainsi permis de chiffrer le nombre de kilomètres nécessaires pour qu'une voiture électrique rattrape sa dette carbone initiale et devienne plus « propre » qu'un véhicule à combustion.

Si ce cap était atteint aux alentours de 100 000 km il y a quelques années, les progrès réalisés permettent aujourd'hui un rééquilibrage bien plus rapide, aux alentours de 40 000 km dans les pays développés. Un seuil d'autant plus vite franchi que le mix énergétique du territoire est bas en carbone comme c'est le cas en France grâce au nucléaire.

YouTube video

Mais ce n'est qu'un début ! Les années à venir vont voir l'empreinte environnementale de la voiture électrique encore s'amoindrir.

D'une part, car les énergies renouvelables (solaire, éolien, etc.) vont prendre une place toujours plus importante dans la production d'électricité, y compris dans les pays très émetteurs comme la Chine.

D'autre part, grâce à l'émergence de technologies comme le vehicle-to-grid (V2G) qui permettra aux batteries de véhicules de soulager les réseaux lors des pics de consommation.

L'ère des thermiques définitivement révolue ?

Face à cette dynamique vertueuse, les jours des voitures thermiques semblent comptés. Alors qu'elles peinent à réduire significativement leurs émissions polluantes malgré les années, la mobilité électrique s'inscrit quant à elle dans une trajectoire de décarbonation accélérée. Un avantage déterminant qui va pousser de nombreux marchés à privilégier cette option zéro émission dans les années à venir.

Bien que perfectible, la voiture électrique constitue un progrès majeur en termes d'impact environnemental comparé aux anciens moteurs à explosion. Il reste désormais à accélérer cette transition en poursuivant les efforts dans le développement des énergies propres.

Les gouvernements ont un rôle déterminant à jouer, de la promotion du V2G à l'installation de bornes de recharge, en passant par des incitations fiscales à l'achat de véhicules électriques. Des leviers cruciaux pour inscrire la mobilité de demain dans une trajectoire durable et respectueuse du climat.

Restez toujours informé avec TECHNPLAY.COM !

Abonnez-vous à notre chaîne YouTube et suivez-nous sur Google Actualités pour ne rien rater.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *