in

[Interview] Armill, un bracelet connecté qui fait le choix du luxe !

En matière de mode et d’accessoires, les goûts et les couleurs ne se discutent pas. Ceci dit, la tendance semble à l’extravagance avec Armill, le bracelet connecté dessiné par Pininfarina, le concepteur de voiture de luxe italienne.

Armill, un bracelet exubérant

 Tier_03_Cam_05_ver_02     Tier_01_01

La marque Christophe & Co qui propose ce produit n’a pas joué dans la demie-mesure. Considérant que par le passé, les objets connectés avaient pratiquement tous oublié l’aspect esthétique, ici, c’est tout l’inverse, son créateur considère que “c’est l’aspect le plus important de tous”. Conséquemment, ce bracelet est luxueux et ne le cache pas. Destiné aux hommes qui ont les moyens, cette marque de joaillerie, nouvellement arrivée sur le marché, a décidé de s’intéresser au monde des objets connectés.

Armill est imposant quel que soit le modèle. Du Virtus à l’Apollo en passant par Orion, la production anglaise ne laisse pas de place aux imperfections.  Entièrement conçu à la main, il allie les vieux métiers manuels avec la précision des nouvelles technologies. L’avantage de ne pas être produit à grand échelle, il s’adapte parfaitement à son public.

pcloud à vie -65% - standard

L’intérieur du bracelet est en fibre de carbone et la structure contient de l’or et des pierres précieuses. Il est possible de le personnaliser et suivant le modèle de le faire graver, manuellement évidemment. Enfin, ne vous inquiétez pas, il pourra être parfaitement adapté à votre taille.

Il est à noter que ces bracelets s’adaptent à leurs destinataires puisque le motif variera en fonction du pays de vente. Mais chaque aspect du bracelet, pas seulement son visuel, prend en compte la personne qui le portera. Pour s’en assurer, de nombreux tests ont été effectués et de nombreuses questions posée afin de connaître les perspectives des utilisateurs sur tous les aspects du produit.

L’esthétique est très important pour cette marque, son créateur considère d’ailleurs que “dans la relation que l’on a avec un produit, l’aspect technologique est secondaire, la primauté est donnée à la beauté et à l’exclusivité de l’objet”. il va plus loin en annonçant que “en fait, la technologie d’Armill est optionnelle”. Sans renier pour autant les fonctionnalités, il avoue que selon lui, ce qui peut faire la différence entre un produit et un autre, de même qualité, ce sera le design et pour cette raison, il est au moins autant aussi important que la technologie.

Le choix du design

Tier_03_Cam_02_ver_02_dofhero_01

Une somme conséquente a été allouée au design. Inspiré des bracelets portés autrefois par les héros de guerre et les Rois, le Armill moderne souhaite remettre au goût du jour cette tradition pour distinguer de nouveau les personnes d’excellences.

Pour le réaliser, l’entreprise a fait appel à Pininfarina, considéré comme “l’une des plus légendaire et fabuleuse entreprise de design de tous les temps”. Notamment connue pour son modèle de Ferrari, Pininfarina s’est intéressé à ce projet, désireux d’être le premier sur ce marché particulier. Cette collaboration a permis d’obtenir un bracelet d’une précision extrême où chaque élément a une raison d’être.

À l’origine, se souvient Aleksandr Bernhard, créateur de Christophe & Co, il avait été commandé une douzaine de modèles de bracelets, il a donc fallu faire un choix cornélien “qui a pris à lui seul, près d’un an.”

Si ce bracelet semble totalement inadapté, à première vue, pour un poignet, il est défendu par son producteur : “le design d’Armill est en fait très ergonomique. On a pris en compte de nombreuses études sur les tailles des bras et poignets pour obtenir les dimensions parfaites. Chaque bracelet est personnalisé pour s’adapter au client et le résultat est beaucoup plus confortable qu’un bracelet qui tourne ou tombe du poignet”.

Armill est connecté et se recharge seul

Tier_02_Cam_04_ver_02_no_dof cam_09_no_dof

Ce bracelet intègre des petits rotors qui rechargent les batteries grâce aux mouvements de votre poignet. Cela est supposé maintenir une batterie suffisante pour qu’elle n’ait pas besoin d’être rechargée pendant environ un an. Une véritable solution à l’un des problèmes majeurs des objets connectés de nos jours. Selon Aleksandr, “les gens ne veulent pas d’un autre dispositif qu’ils devront charger”.

Quant à la connexion, elle permet de créer un réseau rupin, de la haute bourgeoisie. Des alertes seront envoyées sur le Smartphone quand la présence du propriétaire à un évènement est requise. Les bracelets feront office de pass pour entrer dans les événements du monde entier… C’est donc l’accès à l’un des clubs mondiaux les plus fermés explique son créateur. Ce réseau n’est pas créé pour l’occasion explique Aleksandr, il existe déjà et se compose des collectionneurs de montres, de voitures, les personnes qui ont connu le plus grand succès et se passionnent de technologie, design et d’artisanat.

Chaque année, un détenteur de ce type de bracelet sera retenu pour participer à un dîner gastronomique dans un lieu exotique. Enfin, cet accessoire donne accès à un service de conciergerie en 24/7, gratuit entre un et trois ans suivant le bracelet détenu. Par la suite, le prix des services n’est discuté qu’avec les détenteurs dudit bracelet.

Christophe & Co, l’histoire d’un succès luxueux

Cam_01_01

Son créateur, Aleksandr Bernhard a tout à la fois des compétences en ingénierie mécanique et en concerto classique au piano. Étudiant à Carnegie Mellon, il y a 20 ans, il travaillait sur ce qui plus tard sera un grand succès, le pilotage intelligent des roues grâce à la technologie Bluetooth. Il a par la suite commencé sa carrière en tant qu’ingénieur en design, contrôle de qualité, assemblage de voitures et procédure d’optimisation pour Six Sigma, une marque déposée de Motorola qui vise à assurer une meilleure qualité et efficacité des processus. Du côté du luxe, il a représenté la partie vente et marketing des pianos Steinway & Sons.

Aleksandr a toujours voulu “créer quelque chose d’extraordinaire”. Il y a trois ans, l’idée de Cristophe & Co est née et a commencé à prendre forme. Celle-ci s’est largement inspirée de la clientèle de Steinway, dont la plupart sont des personnes parties de rien pour finalement connaître un grand succès. Voulant leur rendre hommage, il a eu l’idée de créer un symbole universel qui réunirait ce type d’hommes.

06192014Aleksandr_Bernhard235-Compressed

Cristophe & Co considère qu’avant Armill, la seule solution offerte à ses personnes, se trouvait dans le port de montres. Ceci-dit, passionné d’horlogerie, il existe un héritage partagé entre Armill et les montres. Ce bracelet ne fait donc que fournir une autre option aux collectionneurs ou offre la possibilité de posséder un objet extraordinaire en témoignage de leur réussite.

Le buzz créé par ce bracelet s’explique simplement par son créateur, c’est la première fois qu’une compagnie “combine le haut de gamme en matière de bijoux avec les nouvelles technologies.” Un terrain où les entreprises de luxe réfléchissent encore sur la manière dont elles pourraient s’implanter.

A fortiori, Christophe & Co a une vision très réaliste du marché et de ce qu’attendent les utilisateurs. Il désire avant tout créer des produits qui répondront à des problèmes avant de se lancer dans de la pure innovation, une requête fréquemment énoncée par les consommateurs.

Enfin, pour l’anecdote, l’objet connecté préféré d’Aleksandr Bernhard ? sa voiture électrique connectée qui lui permet de se déplacer de façon écologique et de prévoir à l’avance, depuis son Smartphone, la température de l’habitacle !

En conclusion

Aleksandr souhaitait créer “une pièce qui utilisait la finesse la plus absolue en matière de design et de matériaux et qui pourrait être la pièce la plus exclusive de l’histoire des bijoux masculins”. Il considère avoir réussi en ce domaine, le prix en devient accessoire, il ne fait que “refléter la complexité du développement et de la fabrication du produit”. Sans être le bijou le plus cher du marché, sa qualité est indiscutable, entièrement fabriqué à la main par des anglais, sa valeur est “probablement l’une des plus élevée

Le bracelet Armill est réservé aux hautes sphères. Le nombre de bracelets vendus est strictement limité, en tout seulement 425 seront mis sur le marché et il n’en sera “jamais produit plus” insiste l’entreprise. En revanche, ils produiront des Armill uniques pour ceux qui désireraient avoir un bracelet ressemblant à ce que leur dicte leur imagination.

Les femmes peuvent porter ce bracelet, ceci dit il est envisagé que la marque en produise un plus féminin.  Tout comme il n’est pas non plus exclu l’idée d’une montre connectée de luxe dans l’avenir à condition qu’ils trouvent, comme pour le bracelet, une solution pour qu’elle ne devienne pas obsolète et ne nécessite pas d’être régulièrement mise en charge.

Une application va de pair avec ce bracelet mais elle n’est pas encore accessible au public, il n’est donc pas possible de voir à quoi elle ressemblera pour le moment.

Enfin malgré les prix allant de 75 000 à 149 000 $, soit de 66 500 à 132 000 €, il y a déjà eu un certain nombre de précommandes, le nombre exact n’est malheureusement pas communiqué.

Un bracelet luxueux, destiné à un public fermé, afin que le reste de la population les admire… Ceci dit au delà de la jalousie non dissimulée, la possibilité de ne pas recharger son bracelet tous les soirs, mais une seule fois par an est fabuleuse, un modèle en la matière dont devrait s’inspirer nombre d’objets connectés…

Tier_03_Cam_01_ver_02__no_dof

 source : wwwhatsnew.com