in

Des étudiants thaïlandais s’essayent à la triche connectée

Montre triche connectée

Des étudiants en médecine ont échoué dans leur tentative de triche connectée, utilisant des smartwatches pour glaner les informations requises. 

L’examen d’entrée à l’Université privée de Rangsit à Lak Hok (Thaïlande) ne s’est pas bien passé pour trois étudiants. Afin de préparer au mieux leur concours d’entrée en médecine, ils ont cru bon de s’adapter à leur époque pour se tracer un chemin vers l’université. Finis les papiers cachés dans la manche, fini les petits mots entre voisins. Au 21e siècle, la triche aussi est connectée.

C’est un véritable scénario de braquage qui s’est déroulé dans la salle d’examen. Ayant sollicité l’aide d’une société de soutien scolaire privé, et moyennant paiement, les étudiants se sont présentés à leur épreuve, équipés de smartwatches. Dans le même temps, l’institut privé en question a envoyé trois surveillants sur le lieu de l’épreuve. Équipés de mini caméras intégrées dans leurs lunettes, ceux-ci ont glané toutes les informations qu’ils pouvaient. Après 45 minutes d’épreuve, les surveillants se sont éclipsés, et ont envoyé les enregistrements directement sur les montres des étudiants. Astucieux, mais pas suffisant.

La triche connectée : un prix à payer

Les vrais surveillants se sont néanmoins rendu compte de la fraude, du fait du comportement suspect des trois tricheurs. En effet ceux-ci, contents d’eux-mêmes, ont tous les trois quitté l’épreuve au même moment, après la durée minimale requise.

Montres utilisées pour triche connectée

Le recteur de l’Université de Rangsit, Arthit Ourairat a par la suite posté sur Facebook des photos des appareils utilisés par les tricheurs, qui sont vite devenues virales sur les réseaux sociaux thaïlandais. L’Université a également annoncé que l’examen d’entrée serait re programmé gratuitement le 31 mai et le 1er juin 2016. Des charges ont été retenues à l’encontre des individus complices de la triche des étudiants, et le vice-président de l’Université a déclaré que les tricheurs auraient déboursé 50.000 bahts (1.250€) pour la location des montres connectées, en plus de l’obligation de payer la somme extra de 800.000 bahts (20.000€) en cas de réussite d’examen.

L’Université songe maintenant à prendre des mesures anti-triche pour les épreuves futures, n’autorisant plus qu’un stylo et contrôlant minutieusement les lunettes de chacun des participants. Concernant les étudiants tricheurs, deux d’entre eux n’ont pas avoué leur crime, et l’université attend d’avoir de plus amples informations pour porter plainte contre la société privée de soutien scolaire.

La triche connectée à travers les téléphones ou autres calculatrices pose de plus en plus de problèmes aux examinateurs lors d’épreuves, et il est certain que les étudiants surferont de plus en plus sur la vague des objets connectés pour arriver à leur fin.

Source

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.