in

Facebook, sous les feux des accusations d’un autre nouveau lanceur d’alertes

Selon un nouveau lanceur d’alertes, Facebook aurait prêté assistance à la Russie lors de l’élection présidentielle de 2016.

Ce dénonciateur anonyme a annoncé à The Verge que Facebook aurait nié toute implication se rapportant à une telle assistance à la Russie.

Des différences observées entre les décisions internes et publiques de Facebook

Ce deuxième dénonciateur a porté des accusations contre le projet Internet.org pour connecter les gens. Ce projet viserait à donner une emprise impénétrable à Facebook. Ainsi, cette dernière souhaiterait récolter des données sur des marchés inexploités. In fine, la firme vise à devenir la seule et unique source d’informations sur lesdits marchés.

La société a tenu à préciser que cette source fait un large éventail d’affirmations sans aucune corroboration apparente. Elle a rappelé que donner foi à toute cette histoire créerait un dangereux précédent. Un porte-parole de Facebook affirme même que de fausses informations auraient été propagées à propos de la plateforme.

Ce lanceur d’alertes rapporte qu’un ancien responsable des communications de Facebook a rejeté toutes les inquiétudes sur l’ingérence de la Russie dans l’élection de 2016. Comme le dit Tucker Bonds, ces accusations seraient un « feu de paille ». Quelques législateurs en seront énervés puis ils oublieront ces allégations et passeront à autre chose.

Des informations préoccupantes sur Facebook

Plusieurs accusations font écho aux préoccupations soulevées par Frances Haugen. Elle a fourni au Wall Street Journal des documents internes relatifs à une série de rapports sur la plateforme. La plus importante de ses accusations portait sur une recherche interne. Le document a révélé que Facebook savait que sa plateforme Instagram était toxique pour les adolescents.

Rappelons que Haugen a témoigné que Facebook avait plusieurs fois induit le public en erreur sur ses recherches sur la sécurité des enfants. De plus, la firme aurait aussi surévalué l’efficacité de son système d’intelligence artificielle.

Bon nombre des allégations de ce dernier dénonciateur, qui a soumis des affidavits aux autorités financières américaines, font écho aux préoccupations soulevées par Frances Haugen.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.