in

Haloween : tout savoir sur la fête de l’épouvante

haloween

Pourquoi Haloween se fête tous les 31 octobre ? Quelle est la signification de la citrouille ? Pourquoi tant de sucreries ? On vous révèle tout dans l’article !

Oui, vous avez bien lu. Il y a bien une faute d’orthographe dans Haloween, mais l’erreur est tellement courante pour désigner le mot correct : Halloween. Quoi qu’il en soit, oublions ce détail et revenons au vrai fond de cette tradition, aussi étrange qu’amusant.

Saviez-vous qu’Haloween existe depuis plus de 2000 ans ? Au fil du temps, la célébration a perdu sa nature superstitieuse et religieuse qu’est devenue une simple tradition ludique où les enfants s’amusent à se déguiser en monstres. Mais quelle est la signification de la fête des Morts ? D’ailleurs, pourquoi cette idée ?

Haloween : d’où vient la célébration ?

En effet, toute une histoire se cache derrière Haloween. Son origine remonte il y a 2000 ans, où les celtiques avaient l’habitude de fêter leur nouvel an tous les 1er novembre. Si on fait référence à l’ère contemporaine, la célébration s’étendait sur l’Irlande, le Royaume-Uni et le nord de la France.

Ce jour marque la fin de la période estivale et de la récolte, mais aussi le début de l’hiver sombre et froid. Les Celtes l’ont longtemps associé à la fin de la vie humaine. Mais ce qui nous intéresse le plus, c’est la veille du nouvel an, le 31 octobre. Cette date désigne une fête celtique appelée Samhain (prononcer saowin).

Surfshark

Si de nos jours Haloween se limite aux déguisements et aux films d’horreur, les Celtes, eux, croyaient fermement qu’à cette date, les frontières entre le monde des vivants et de l’au-delà se brisent. Ils étaient persuadés que ces esprits sont à l’origine des futurs problèmes du pays, notamment au niveau de l’agriculture et du climat.

Lors du Samhain, la population pense que les druides et les prêtres étaient capables de prédire l’avenir quand ils sont sous l’influence de l’autre monde. Certains disent aussi que les fantômes et les monstres des ténèbres pouvaient s’infiltrer facilement dans les maisons.

L’objectif de la célébration est donc d’éloigner les vivants de l’affliction du mal. Pour ce faire, les Celtes brulent des récoltes et du bétail en guise de sacrifice aux divinités celtiques. Tout le monde porte des costumes composés de tête et de peau d’animal, puis se fait des prédictions.

À la fin de la fête, chacun rentre chez eux et rallume le feu de leur foyer à partir de la flamme sacrée. Ils croyaient alors que cette lumière leur protégeait du froid de l’hiver à venir.

Et pourquoi cette appellation ?

Le mot Halloween, que certains épellent Haloween, est né au IXe siècle quand le christianisme a dominé les terres celtiques. Petit à petit, toutes les coutumes et les traditions ont été supplantées par les fêtes chrétiennes. Dans les années 1000, l’église a décidé une date pour honorer les morts : le 2 novembre. Bref, elle a tenté de remplacer la festivité païenne à une autre sanctionnée par la religion chrétienne, ce qui a mené beaucoup de Celtes à se convertir au catholicisme.

Cette célébration était très similaire à Samhain : le feu de joie, les costumes anges et démons, etc. Au début, c’est la Toussaint, la veille de la fête des Morts catholique, qui a eu la première appellation : All-Hallows ou encore All-Hallowsmas. Ce nom provient de l’anglais : Alholowmesse signifiant tout simplement Toussaint.

Mais les catholiques ont également désigné la veille de Toussaint — donc le 31 octobre — par All-Hallows-Eve qui veut dire « veille de tous les saints » en anglais. Rappelez-vous que cette date correspond à Samhain, la fête des morts des Celtes. Au fil du temps, All-Hallows-Eve s’était officialisé et les simplifications de prononciation ont abouti à Haloween.

Plus de 10 photos gratuites de Muerte et de Halloween

Comment est-il arrivé en Amérique ?

D’abord, il faut savoir qu’au début, Halloween n’était pas très fameuse qu’elle le paraisse maintenant en Amérique. Pour bien comprendre cette situation d’autrefois, il va falloir replonger dans l’histoire. En effet, les croyances protestantes étaient rigides dans la Nouvelle-Angleterre coloniale. Les seuls pays à avoir passé Haloween étaient Maryland et les territoires du sud.

Il y avait alors un grand conflit culturel entre les ethnies. Les Indiens d’Amérique avaient leurs rites tandis que les Européens essayaient d’imposer les leurs. Mais à force que les deux grands groupes se fréquentaient, la version typique d’Amérique était éclore.

Le premier Haloween consistait à participer à des parties de jeu. À ce moment-là, il était considéré comme une fête publique pour célébrer la récolte. Mais comme les jeux vidéo et les SVOD n’existaient pas à l’époque, les voisins s’amusaient à se raconter des histoires effrayantes, faisaient des séances de voyance, ou chantaient et dansaient tout simplement.

Pourquoi Haloween est-elle si populaire aux États-Unis ?

Comme l’Amérique ne confond Haloween à une quelconque religion, l’évènement devient de plus en plus prisé par la population. En 1930, il était presque considéré comme fête laïque, contrairement à Toussaint qui possède une connotation religieuse. Les Américains ont d’ailleurs révolutionné les activités de la festivité en ajoutant, par exemple, le fameux trick-or-treat (que les Français appellent « un bonbon ou un sort »).

Il y avait également les traditions coloniales qui promouvaient les récits folkloriques, les contes mythiques et les histoires de fantômes. Cela a rendu Haloween une des célèbres festivités d’automne, même si elle n’est pas encore connue de toutes les nations.

Aux environs de 1850, des vagues d’immigrants ont inondé l’Amérique. Ces étrangers, majoritairement irlandais qui ont fui la famine de pomme de terre, ont participé à populariser l’Haloween aux quatre coins du monde.

Mais dès le début du 21e siècle, Haloween est prise d’assaut par les entreprises de consommation afin d’en tirer profit. Selon les statistiques, les Américains des États-Unis ont dépensé plus de 9 milliards de dollars pour cette occasion en 2018. En effet, les gens se soucient de leurs costumes et leurs friandises. Toutefois, les chiffres de 2019 annoncent qu’ils commencent aussi à déguiser leurs animaux de compagnie. 490 millions de dollars leur ont été dédiés.

Quelles sont les traditions d’Haloween ?

À l’heure actuelle, il est rare de voir des gens allumer un feu de joie ou faire des voyances lors des fêtes d’Haloween. Comme on ne craint plus que des monstres ravagent nos récoltes, le concept est devenu fantaisiste.

On enfile des costumes de sorcière ou de fantôme, on décore la maison avec des crânes lumineux et des lanternes citrouilles, puis on s’amuse à frapper à toutes les portes du voisinage pour crier « un bonbon ou un sort ». Une fois rentré à la maison, on allume la télévision et on regarde un film d’halloween avec toute la famille.

Les costumes effrayants

costume halloween

Haloween est surtout connu pour ce caractère monstrueux. Pour être dans le thème, les gens — grands comme petits — enfilent des déguisements affreux. Les costumes de sorcières, de fantômes et de vampires sont les plus prisés.

Certains peuvent également choisir d’imiter les tueurs en série les plus célèbres du monde du cinéma : Ghostface (Scream), Michael Myers (Halloween), etc. Mais les sophistiqués essaient de ressembler au maximum à leurs personnages préférés : Spider-Man, Joker, Harley Quinn, etc.

Parmi les déguisements, on peut aussi retrouver des personnages publics qui existent dans la vie réelle : la Reine Elizabeth, Donald Trump… La plupart d’entre eux sont de connotation sarcastique.

Les citrouilles

citrouilles halloween

C’est devenu une tradition depuis 1850. On prend une citrouille, on la creuse et on y sculpte un visage effrayant. Ensuite on place une lumière à l’intérieur afin de la transformer en une lanterne. Mais des décorations en plastique existent déjà sur le marché.

À l’origine, on utilisait des navets pour les lanternes au Royaume-Uni. Mais les citrouilles les ont remplacés peu à peu. Sterling-Vete, une célébrité anglaise, ces décorations étaient portées pour chasser les mauvais esprits. D’ailleurs, d’après le folklore chrétien, il s’agit d’un esprit dont on a refusé l’accès au paradis et en enfer.

Un bonbon ou un sort !

bonbons halloween

C’est « trick-or-treat » en anglais. La coutume est également appelée « guising ». Selon Sterling-Vete, son origine remonte au XVIe siècle, en Écosse. Les enfants font du porte-à-porte, expriment la formule magique et obtiennent des friandises en retour.

Mais cette tradition en cache plus de choses qu’on ne le pense. En effet, lors des défilés de Toussaint en Angleterre, les pauvres mendiaient de la nourriture dans la rue. Les familles leur donnaient généralement des « gâteaux d’âme ». En retour, celles-ci reçoivent des prières pour leurs proches décédés.

Cet acte de charité est d’ailleurs apprécié par l’église. Il peut remplacer les pratiques d’offrandes de vins et de nourritures pour les esprits errants.

Des crânes décorés

Même si les crânes sont apparemment associés à un caractère démoniaque, ils font référence à une tradition chrétienne : celle du Golgotha, ou du Calvaire, lieu où Jésus a été crucifié. Représentant le reste du corps mortel, « le crâne nous rappelle que la mort est toujours présente au milieu de la vie et de notre existence humaine qui est courte et transitoire », explique Sterling-Vete. C’est pour cela qu’on trouve souvent des crânes dans les décorations Haloween.

Une fête à l’esprit d’Haloween

fête

Même si on n’allume plus aucun feu de joie comme lors du Samhain, on peut toujours se regrouper pour célébrer Haloween de manière conviviale. Certains le passent en famille, d’autres en communauté ou bien avec des camarades de classe. Il y a également ceux qui organisent des vacances, juste pour profiter de l’occasion du 31 octobre.

Des films Halloween

films haloween

Beaucoup optent pour des films lors de la soirée Halloween. On peut se regrouper entre amis ou entre famille pour s’effrayer ensemble devant un scénario fantomatique. Les films et séries d’horreur sont l’idéal pour éprouver des sursauts d’adrénaline.

Mais si vous passez Haloween avec des enfants, mieux vaut se contenter de programmes conçus pour eux. Les scènes ensanglantées comme celles du titre Halloween pourraient les traumatiser à vie. Les plateformes streaming comme Netflix et Disney+ offrent des catalogues convenables.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *