in

Grâce au Bluetooth, le traçage de la covid s’affranchit des smartphones

bluetooth smartwatch

Un projet de mise à jour du protocole Bluetooth veut faciliter le traçage des transmissions de la covid chez les jeunes et les personnes âgées grâce aux objets connectés.

Si les applications telles que StopCovid sont utiles (même s’ils présentent un risque pour la vie privée), tout le monde n’a pas un smartphone. Des jeunes enfants aux personnes âgées, nombreux sont ceux qui ont une bonne raison de ne pas avoir de mobiles.

Ils sont donc d’emblée exclus des initiatives de traçage actuelles qui perdent ainsi en efficacité dans la lutte contre le virus. D’autant plus que les personnes de plus de 60 ans sont les plus à risque face à la maladie.

pcloud à vie -65% - standard

Le Bluetooth pour un traçage plus simple, mais complet de la covid

Le Bluetooth Special Interest Group (SIG), l’organisme chargé du standard de connexion, souhaite donc inclure d’autres objets connectés dans la recherche de contacts. Montres et bracelets connectés, mais aussi trackers de fitness divers pourraient en effet s’avérer tout aussi efficaces que les smartphones.

stopcovid, apple, bluetooth, france, gouvernement

Mieux, ceci permettrait de suivre de nouvelles personnes, sans nécessiter l’achat d’un nouvel appareil. En tout cas, une majeure partie des cas. Par exemple, un enfant pourrait tout simplement utiliser le bracelet connecté d’un parent. Après l’école, il n’aurait qu’à synchroniser les données de l’appareil avec le smartphone de l’adulte.

Une initiative qui dépendra des fabricants

Selon l’Université technique de Munich, inclure les wearables dans le système anti-covid serait une méthode très efficace pour étendre la couverture à des groupes sociaux cruciaux.

[bzkshopping keyword= »bracelet fitbit » count= »2″ template= »grid »]

Néanmoins, le SIG rappelle que tout reste entre les mains des fabricants, les seuls qui pourraient mettre à jour leurs produits pour activer cette fonctionnalité. Pour l’heure, 130 des entreprises membres du SIG œuvrent en ce sens. Une première version de cette technologie devrait ainsi être opérationnelle d’ici quelques mois selon l’organisme.

Néanmoins, le groupe de travail veut tout d’abord s’assurer que le traçage de la covid par Bluetooth ne nuira pas à la protection des données personnelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.