in

La Russie épingle Netflix pour ses contenus LGBT !

russie lgbt netflix

Netflix aurait enfreint la loi anti-LGBT en vigueur en Russie. La société s’expose à une amende et une cessation d’activité temporaire.

La Russie, un des pays les plus rétifs au monde concernant les droits LGBT, ne permet pas la diffusion de contenus homosexuels sur les médias. Le commissaire en charge de la protection publique aurait remarqué que Netflix a transgressé cette règle. Les investigations ont démarré.

Netflix : la plateforme aurait violé la loi anti-LGBT de la Russie

Netflix aurait diffusé des contenus LGBT sur les écrans en Russie. D’après Reuters, le commissaire local de la protection des familles l’a accusé d’avoir fait une « propagande homosexuelle ». Ce dernier aurait véhiculé des contenus sur des thèmes LGBTQIA+, jugés adaptés aux 16 ans et plus. Mais le pays interdit toute forme de « propagande sur les relations sexuelles non traditionnelles » chez les moins de 18 ans.

L’affaire serait actuellement suivie de près par le Ministère de l’Intérieur. Si les allégations contre Netflix s’avèrent prouvées, l’entreprise pourrait endosser une amende pouvant aller jusqu’à un million de roubles (soit environ 11 870 euros). Les autorités pourraient également suspendre ses activités pendant un moment.

Néanmoins, lors d’un examen en novembre, Vedomosti, un journal local a affirmé n’avoir trouvé aucun contenu LGBT noté 16+ sur Netflix. Suite à cette déclaration, il a été signalé.

Netflix n’est pas le seul…

La chasse aux contenus LGBT en Russie ne concerne pas uniquement Netflix. Les autorités russes pourraient également obliger tous les services de streaming à ôter les films et les séries offensants parmi leurs programmes. Ce sont ceux qui décrivent « des relations sexuelles non traditionnelles et des déviations sexuelles ». Pour continuer à exercer dans l’État russe, les plateformes en ligne devraient éviter de proposer des films comme Fifty Shades Of Grey et Billions.

Surfshark

Quoi qu’il en soit, en 2017, la Cour européenne des droits de l’homme a déterminé que cette loi sur la « propagande » — promulguée en 2013 à l’égard de la communauté LGBTQIA+ — est jugée discriminatoire. Elle viole également les règles des traités européens et le droit à la liberté d’expression.

D’autre part, on pourrait croire que cette nouvelle entre dans la stratégie de la Russie contre les entreprises technologiques occidentales. La semaine dernière, l’État a fait appel à Apple, Facebook Meta, Google, TikTok, Telegram et Twitter pour établir leurs présences officielles dans le pays d’ici 31 décembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *