in

Enfin la réponse à ce mystère sur l’ADN : vous n’en reviendrez pas !

mystère adn

Dans l'étude du mystère de l'ADN, des chercheurs de l'Université Thomas Jefferson à Philadelphie révèlent des subtilités fascinantes. Leur découverte, publiée dans Nature Genetics, éclaire les mystères complexes de la transmission génétique. Ainsi, ils offrent un aperçu captivant des mécanismes qui garantissent l'intégrité génétique de notre descendance.

YouTube video

Notre héritage génétique

Dans notre héritage génétique, l'ADN mitochondrial vient exclusivement de la mère, contrairement au reste de notre information génétique. Les chromosomes, présents dans le noyau cellulaire, proviennent à parts égales de nos deux parents biologiques, formant 23 paires distinctes.

Chaque paire comprend un chromosome maternel et un chromosome paternel. Cependant, l'ADN mitochondrial est uniquement maternel. Pourquoi ? Un véritable mystère de l'ADN.

L'ADN mitochondrial, source d'énergie

L'ADN mitochondrial, aussi connu sous le nom d'ADNmt, est d'une importance vitale. Il code pour les protéines responsables de la production d'énergie. L'évolution a décidé de transmettre seulement l'ADN mitochondrial maternel malgré, ou peut-être à cause de, son importance.

Cela soulève une question fondamentale : comment l'embryon élimine-t-il l'ADN mitochondrial provenant des mitochondries paternelles ? C'est un véritable mystère de l'ADN !

mystère adn

La découverte des chercheurs

Des chercheurs de l'Université Thomas Jefferson à Philadelphie ont récemment apporté une réponse à ce mystère de l'ADN. Ils l'ont publiée dans la revue Nature Genetics le 18 septembre 2023. Le processus est fascinant : les spermatozoïdes se vident de leur ADN mitochondrial pendant leur maturation.

Au début de ce processus, les cellules souches produisant les spermatozoïdes, appelées spermatogonies, contiennent une grande quantité d'ADN mitochondrial. Cependant, au fur et à mesure de leur différenciation en spermatocytes, ces cellules contiennent de moins en moins d'ADN mitochondrial.

À l'étape finale, les spermatozoïdes n'ont plus du tout d'ADN mitochondrial détectable. Ce phénomène, découvert par les chercheurs, explique pourquoi les spermatozoïdes ne transmettent pas d'ADN mitochondrial à leur descendance.

Le rôle du facteur de transcription mitochondrial A (TFAM)

Le mystère de la disparition de l'ADN mitochondrial des mitochondries des spermatozoïdes est dû à l'incapacité de ces cellules à renouveler leur ADN. En effet, elles ne produisent plus certaines des protéines nécessaires à la réplication de l'ADN mitochondrial.

Les chercheurs ont identifié une protéine essentielle, le facteur de transcription mitochondrial A (TFAM), comme étant impliquée dans ce processus. Les spermatozoïdes possèdent un TFAM différent de celui observé habituellement.

Ce TFAM modifié ne se concentre pas dans les mitochondries comme il le fait habituellement dans d'autres cellules. Au lieu de cela, il reste dans la tête du spermatozoïde, dans le noyau cellulaire. Cette concentration dans le noyau est liée à la disparition de l'ADN mitochondrial. Ainsi, sans cette protéine, les mitochondries sont incapables de renouveler leur ADN.

mystère adn

Les raisons évolutives de ce processus

Maintenant que le mystère de l'ADN mitochondrial précis est compris, les scientifiques se penchent sur les raisons évolutives de ce processus. Une hypothèse est que l'élimination de l'ADN mitochondrial paternel évite les problèmes d'hétéroplasmie.

Ce phénomène survient lorsque différents types d'ADN cohabitent dans la mitochondrie, provoquant une instabilité génétique. Une autre théorie suggère que cette élimination garantit un ADN mitochondrial frais dans l'embryon.

Les spermatozoïdes déploient beaucoup d'énergie pour atteindre l'ovocyte, sollicitant intensément leurs mitochondries. Cet effort peut entraîner l'accumulation de mutations dans l'ADN mitochondrial des spermatozoïdes.

Ces mutations pourraient être transmises à l'embryon, affectant potentiellement sa production d'énergie. En revanche, l'ADN mitochondrial de l'ovocyte est moins sollicité, car il puise son énergie des cellules environnantes. Par conséquent, il reste en meilleure santé et assure à l'embryon un « moteur tout neuf sous le capot ».

Restez toujours informé avec TECHNPLAY.COM !

Abonnez-vous à notre chaîne YouTube et suivez-nous sur Google Actualités pour ne rien rater.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *