in

SpaceX : Premiers satellites Starlink en orbite pour démocratiser internet

SpaceX starlink

Les premiers satellites du projet Starlink ont été mis en orbite par Space X. Porté par le charismatique Elon Musk, le projet vise à relier le monde entier à internet.

Les 60 satellites lancés ne sont qu’un début. Des milliers d’autres devraient les rejoindre dans les prochaines années pour former une constellation de satellites.

Une mise en orbite sans encombres

Partis depuis Cap Canaveral (Floride, États-Unis), les satellites Starlink ont gagné l’espace à bord d’une fusée Falcon 9. Arrivés à une altitude de 450 km, ils ont par la suite été lâchés avant de se déployer. En tout, Space X n’a signalé aucun problème pour ce lancement. Après son troisième passage dans l’espace, la Falcon 9 a également pu être retrouvée sans dommages.

Des milliers d’autres satellites Starlink à venir

Cette première salve réussie sera suivie de beaucoup d’autres. En effet, Space X (et Elon Musk) souhaitent placer plus de 12 000 engins autour de la Terre. Leurs orbites ne dépasseront pas une altitude de 1300 km. Ainsi, la constellation Starlink évoluera donc en orbite basse.

Car l’objectif du projet reste de faciliter l’accès à Internet à l’ensemble de la planète. Contrairement aux satellites géostationnaires actuels qui évoluent en orbite haute (plusieurs dizaines de milliers de kilomètres d’altitude). Ceci permet de réduire à la fois le coût nécessaire et les temps de latence de la connexion.

Une course pour connecter la planète

D’autres firmes et entrepreneurs rêvent comme Elon Musk et Space X d’un monde connecté par des satellites comme ceux de Starlink. Ainsi, Amazon prépare son projet baptisé Kuiper. Au final, celui-ci compte mettre en orbite plus de 3 000 satellites. D’un autre côté, le projet OneWeb compte lui aussi fournir un accès internet aux zones les plus reculées de la planète. Et les exemples ne tarissent pas en dehors des satellites. Google ou encore Facebook travaillent chacun de leur côté à apporter internet à tout le monde.

Espérons simplement que, demain,  ces géants n’utiliseront pas cette connexion comme arme pour faire chanter nos gouvernements…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.