in ,

Prise en main : pourquoi l’Apple Watch n’est pas une révolution…

La rédaction a pu essayer pendant un peu moins d’une heure la nouvelle montre connectée de la marque à la pomme. Si le terminal en tant que tel n’est pas mauvais, il n’apporte rien de nouveau et son prix frise l’indécence.

On attendait avec grande impatience le moment où on aurait l’Apple Watch entre les mains. Après des semaines de teasing et de news quotidiennes, la pression était à son paroxysme. Mais une fois le jouet entre les mains, l’impatience laisse place à une amère déception.

IMG_20150410_141758

Le cadran est sympathique et disponible en 38 et 42 mm. L’écran est à choisir en fonction de votre taille de poignet et de votre envie. Si le 38mm est plus discret, les hommes qui sont souvent des doigts plus épais auront plus de mal à gérer l’interface tactile avec des boutons plus petits. À l’inverse le 42 mm est plus facile à utiliser, mais du coup moins discret. À chacun donc de voir. Pour ce qui est du poids, il faut reconnaître qu’elle est légère et agréable au poignet à condition d’avoir le bon bracelet. La différence de taille est plus flagrante en réalité que sur la photo ci-dessous. Pour ce qui est de l’affichage. La résolution est bonne et la luminosité aussi. De même pour les couleurs.

IMG_20150410_141902
À gauche la version 38mm et à droite la version 42mm

Table des matières

Pour avoir quelque chose de beau, il va falloir payer, et cher

Car c’est sans doute ici qu’Apple pousse le bouchon trop loin. La marque nous vend en effet une entrée de gamme à 399 euros (en 38 mm) et 449 euros (42mm). Il s’agit là de l’Apple Watch Sport qui dispose des mêmes fonctionnalités, mais avec un écran moins résistant, semblable à ce que l’on trouve sur les smartphones actuels. La monture est quant à elle en aluminium. Mais le pire reste probablement les bracelets proposés. Car si Apple s’acharne à dire qu’il est en fluoroélastomère, les consommateurs lambdas eux, ne verront qu’un bout de plastique désagréable à porter avec des couleurs à faire vomir un arc-en-ciel. L’Apple Watch Sport est donc définitivement dédié à ceux qui ne l’utiliseront QUE pour faire du sport. Difficile d’être crédible au boulot avec ce flik flak connecté.

IMG_20150410_144010

Pour avoir un modèle décent, voir très sympa, il faut racler le fond du portefeuille et regarder sous le matelas. L’Apple Watch en tant que tel avec le bracelet sport que nous aimons tant est à 649 euros (38 mm) ou 699 euros (42 mm). La différence avec la version sport, c’est la vitre en cristal de saphir, ultra résistante et la monture en acier. Pour avoir un modèle de bracelet en cuir ou milanais, il faudra débourser au moins 749 euros ! Le coup coeur étant pour le modèle avec un bracelet en maillon d’acier, vraiment beau, mais à partir de 1099 euros. C’est atrocement cher. À noter que la montre possède un principe bien pensé, il est possible d’enlever et d’ajouter des maillons pour adapter la taille, le tout de manière très simple.

IMG_20150410_144650
Apple Watch en maillon d’acier (1099 euros pour le 38mm et 1149 pour le 42mm) et acier noir (1199 pour le 38 mm et 1249 pour le 42mm)

Quant à la version Gold à plusieurs milliers d’euros. L’idée est plus d’afficher sa richesse que d’avoir une montre réellement belle. L’or n’ajoute pas de cachet à la montre, déjà très bien avec un bracelet en acier.

Il est tout de même possible de personnaliser les montres (que ce soit la version sport ou classique) en achetant les différents bracelets. Mais encore une fois, il faudra mettre plusieurs centaines d’euros.

Utilisation

Comme d’habitude avec Apple, l’utilisation de la montre est bien pensée et plutôt intuitive. Passé les problèmes de tailles de doigts, il faut reconnaître que la montre est fluide. Les applications sont très bien adaptées, c’est clair et simple. Au niveau des fonctionnalités on retrouve les notifications d’appels et de SMS avec la possibilité de répondre par un message préenregistré, la lecture de mails, le GPS et tout ce que l’on connaît déjà sur les montres connectées.

IMG_20150410_141749

Dans la manière d’utiliser la montre, la marque à la pomme a eu la bonne idée d’utiliser la petite molette située en haut à droite. Elle va permettre de rentrer dans les applications en tournant la molette, opérant une sorte de zoom qui permet d’accéder à l’application. Cette molette permet aussi de naviguer dans les mails ou encore les photos. Une bonne alternative pour ceux qui peuvent rencontrer le problème de taille de doigts expliqué plus haut.

En appuyant sur la molette, vous retournez au menu, tout comme le menu central de l’iPhone. Un deuxième bouton en dessous de la molette permet d’accéder directement aux contacts. Depuis cette interface il est possible d’envoyer des petits dessins ou même les battements de votre coeur que le correspondant ressentira. C’est plutôt rigolo, mais l’intérêt reste quand même extrêmement limité. En effet, vu la taille de l’écran, impossible d’écrire des messages, aussi courts soient-ils.  L’écran des notifications est lui aussi de la partie. Il suffit de toucher l’écran et de glisser vers le bas pour le faire apparaître. Glisser vers le haut permet d’atteindre le centre de contrôle.

Parce qu’une image vaut mieux qu’un long discours, une petite vidéo de prise en main tournée lors de l’essai :

Conclusion

En bref, rien de bien nouveau comparé à la concurrence. En revanche, il faut tout de même noter que les conditions du test n’étaient pas favorables dans la mesure où il n’était pas possible de synchroniser un iPhone avec l’Apple Watch. Reste qu’au vu des fonctionnalités, on est loin, très loin même des révolutions qu’on a connu lorsque Apple se lançait sur un marché. Alors oui, en soit la montre n’est pas mauvaise, mais pas besoin d’être un expert pour comprendre que l’Apple Watch est une pompe à fric pour Apple Addict.