in

Manga Plus : tout savoir sur la plateforme de lecture en ligne

manga plus

Appartenant au secteur d’édition japonais, le manga est un élément majeur dans la culture nippone. Pour être précis, ce style de bandes dessinées constitue 25 % des documents publiés. À l’échelle mondiale, cet art se retrouve à la tête des produits culturels les plus appréciés en provenance du Japon.

Dans les années 90, le Weekly Shonen Jump de Shūeisha a atteint son pic de diffusion hebdomadaire au niveau local. Effectivement, 6,53 millions d’exemplaires de ce magazine de prépublication se sont écoulés. Suite au déclin de la presse écrite, Shūeisha s’est tourné vers la version numérique pour toucher davantage de public.

Son initiative a d’abord visé le terrain asiatique qui comprend la Chine, la Corée du Sud et le Japon lui-même. Cela a conduit à la naissance de Shonen Jump+ en 2014, où la campagne met en vente des ebooks des mangas de l’hebdomadaire Shonen Jump, lisibles sur mobile.

En janvier 2019, la maison d’édition a créé MANGA Plus pour s’installer sur le marché étranger. Grâce à cette plateforme, les fans des autres pays peuvent profiter de leurs titres préférés en toute légalité. Pour info, la France est le troisième consommateur mondial de manga, juste après les États-Unis.

MANGA Plus : c’est quoi exactement ?

MANGA Plus est le parfait endroit pour découvrir l’univers des bandes dessinées japonaises. Il s’agit d’un site web officiel et légal qui propose des versions numériques du Weekly Shōnen Jump. Cette plateforme permet également une lecture en ligne de mangas édités dans les autres magazines de Shūeisha. Par ailleurs, les contenus sont aussi accessibles via une application mobile.

Selon Shuhei Hosono, le rédacteur en chef de la plateforme, c’est une version mondiale du Shōnen Jump+. « Tout comme au Japon, il y a beaucoup de lecteurs de mangas à l’étranger […] » disait-il. En effet, J+ est seulement accessible au Japon, en Chine et en Corée du Sud. Mais le site a aussi pour but de satisfaire les amateurs de manga à l’étranger. « […] Je veux donc apporter Shonen Jump+ aux gens du monde entier » a-t-il ajouté, d’où la naissance de MANGA Plus.

Surfshark

Comment fonctionne-t-il ?

WHAT IS MANGA Plus

En principe, MANGA Plus est similaire à son service d’origine. Pour jouir de ses fonctionnalités, vous n’avez qu’à consulter le site ou l’application pour acheter la version dématérialisée du magazine.

En effet, chaque numéro de Weekly Shonen Jump est publié simultanément sur deux supports. Le format physique — qui est la version papier — est commercialisé au Japon. Quant au numérique, il est disponible sur J+ et MANGA Plus. Des tankōbon — des formats de poche à couverture souple — des différents recueils Jump sont également mises en vente sur le site.

Ne vous inquiétez pas, il n’y pas que des versions payantes. Pour chaque série du magazine, Shūeisha offre les 3 premiers chapitres et 3 derniers parus gratuitement. Des courtes séries sont aussi offertes. À part les titres en cours dans le Jump et les nouveautés, MANGA Plus propose de nombreuses rééditions. D’ailleurs, du fait de son introduction récente en France, seules les options gratuites y sont disponibles.

Quelles sont les langues disponibles ?

Lors de son lancement, MANGA Plus n’en a proposé que deux. Les visiteurs ont eu le choix entre l’anglais et l’espagnol, mais le thaï, l’indonésien, le russe et le brésilien sont désormais disponibles.

Après une longue attente, Shūeisha Inc. a finalement décidé d’intégrer le français à sa plateforme. Une traduction dans la langue de Molière aurait pu se réaliser bien avant sur la plateforme. Mais la divergence entre le droit d’auteur en France et au Japon posait problème.

Combien coûte Manga Plus ?

L’accès au service et le téléchargement de l’application sont gratuits. Une sélection de titres est ensuite disponible en accès libre. Mais pour d’autres manga, il faudra débourser de l’argent pour les lire. Néanmoins, la plateforme permet toujours de lire le premier ainsi que le dernier chapitre de chaque manga afin de faire des achats éclairés.

Dans quels pays le service est-il accessible ?

manga plus

MANGA Plus est conçu pour un public international. Il est donc accessible à l’échelle mondiale. Le site est disponible dans le monde entier hormis la Chine, la Corée du Sud et le Japon. Ces derniers possèdent déjà le service d’origine Shōnen Jump+.

Avant, l’exportation des produits se faisait via des éditeurs locaux ou à travers des lignes de distribution. Mais des territoires comme l’Asie du Sud-Est, l’Amérique du Nord et l’Europe peuvent désormais en profiter grâce à MANGA Plus.

Quel genre de contenu trouve-t-on sur MANGA Plus ?

Weekly Shōnen Jump est universellement connu pour ses éditions comme Naruto ou One Piece. Chaque semaine, un chapitre par série s’ajoute sur MANGA PLUS. Plus de 30 titres débarqueront en simultané avec ceux du Japon.

Particulièrement pour l’Hexagone, 8 œuvres sont disponibles en langue française. Vous pouvez alors lire les chapitres de ces titres en même temps que leurs sorties au Japon. On y retrouve One Piece, Black Clover, My Hero Academia et Mashle, Kaiju n° 8, Undead Unlucky, Jujutsu Kaisen et Mission : Yozakura Family. Naruto, Bleach, Dragon Ball Z et Death Note rejoindront également la liste.

Pourquoi la version française a-t-elle été retardée ?

Le lancement de MANGA Plus remonte à l’année 2019. L’ajout de la langue française a mis du temps alors que la France est le troisième marché mondial de mangas. En effet, malgré le grand intérêt de l’éditeur envers le marché français, le projet a eu du tant bien que mal à s’exécuter. Ce n’est qu’en septembre 2021 que la traduction française est arrivée sur la plateforme. Cela était dû à un problème de coopération entre les éditeurs français et Shūeisha Inc.

Les contrats des éditeurs français délivrent uniquement des droits de licence commerciale. Cette exception française du droit d’auteur stipule que le traducteur reste propriétaire de sa traduction. Si dans le futur, Shūeisha envisagerait d’exploiter la traduction d’une autre manière, elle devra solliciter l’autorisation auprès de l’interprète. Au début de l’année 2021, Shūeisha a recontacté les éditeurs de l’Hexagone. Les deux parties ont finalement trouvé un terrain d’entente.

Quel impact sur le marché parallèle ?

La sortie de chaque numéro de Shonen Jump se fait par sérialisation hebdomadaire et mensuelle dans certains cas. Forcément, il y a un décalage évident entre la publication locale et celle dans les autres pays si la diffusion et l’interprétation sont prises en charge par un intermédiaire. Mais ce n’est pas le cas avec MANGA Plus, qui propose des contenus prépubliés en même temps que le Japon pour que les fans étrangers restent en phase.

De plus, la traduction en plusieurs langues — notamment en français — fait de la plateforme une référence dans le domaine. Tout cela permet à Shūeisha de conquérir facilement le marché. Shūeisha gagne alors un grand avantage avec MANGA Plus par rapport à ses concurrents.

L’exercice des sites illégaux constitue-t-elle vraiment une menace ? Il existe bien des sites qui publient des traductions frauduleuses de mangas, les fameux scantrad. Avant, quand les alternatives officielles se sont apparues, les fans ont eu recours à ces options pour être à jour.

Mais dès l’arrivée de MANGA Plus, les amateurs de bandes dessinées japonaises ont rejoint la plateforme sans hésitation.

Parmi les sites pirates de scantrad, nombreux se félicitent de l’arrivée de ces initiatives et de ces projets promettant l’avenir des éditions japonaises. Ainsi, certaines de ces plateformes illégales mettent fin à la traduction des licences concernées et encourage ses visiteurs à utiliser la plateforme légale.

Quand même, plusieurs titres manquent encore sur MANGA Plus France. Pour combler le vide, les lecteurs seront toujours amenés à les chercher dans des traductions illicites. Ce cas semble inévitable pour ce début, mais au moins les lecteurs seront redirigés petit à petit sur la bonne voie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *