in

La première maison close robot des Etats-Unis crée un véritable scandale

maison close robot houston

La première  » maison close de robots  » des Etats-Unis est censée ouvrir ses portes d’ici la fin du mois de septembre 2018 à Houston, Texas. Cependant, les habitants de la ville et les activistes locaux s’y opposent catégoriquement.

En 2017, KinkySdollS ouvrait la première maison close de prostituées robots du Canada à Toronto. Au sein de cet établissement d’un genre nouveau, les clients peuvent débourser 60 dollars pour se livrer à des rapports sexuels avec d’aguichants robots pendant trente minutes.

Une affaire très rentable pour l’entreprise, sachant qu’un robot sexuel coûte environ 2500 dollars à l’achat. Fort du succès rencontré au Canada, la firme compte à présent ouvrir une maison close similaire aux Etats-Unis. Plus précisément à Houston, Texas. Au total, KinkySdollS compte d’ailleurs ouvrir 10 établissements aux USA d’ici 2020.

Cependant, les habitants d’Houston ne l’entendent pas de cette oreille. L’association locale Elijah Rising, qui lutte contre le trafic sexuel, vient de lancer une pétition pour interdire l’ouverture du lieu. Plus de 6500 signatures ont déjà été récoltées.

L’association et les signataires craignent que les maison closes de robots finissent par rendre les hommes complètement fous, en perturbant leur vision de la sexualité. A terme, selon eux, ces enseignes pourraient découler sur une augmentation de la prostitution des (vraies) femmes et de l’exploitation sexuelle des enfants.

La 1ère maison close robot des Etats-Unis doit faire face aux conservateurs

Si ces conclusions peuvent sembler quelque peu hâtives, il combien de rappeler que les Etats-Unis restent un pays très conservateur. Particulièrement le Texas.

De leurs côtés, les habitants du quartier s’opposent aussi à l’ouverture de ce  » brothel  » 2.0. Beaucoup estiment que cet établissement risque de dégrader ce quartier résidentiel et principalement occupé par des familles avec enfants.

Pour l’heure, la mairie affirme ne pas avoir eu connaissance de l’existence de cet endroit. Quoi qu’il en soit, un tel business n’est pas considéré comme un établissement dédié au sexe par la loi et requiert donc simplement un permis d’occupation.

Il est toutefois possible que la loi soit modifiée dans un proche avenir pour s’adapter à ces lieux d’un genre nouveau. Le mois dernier, la première maison close robot d’Italie a fermé ses portes pour cause d’hygiène. En revanche, à Paris, la maison close à poupées sexuelles ouverte depuis février 2018 ne rencontre aucun problème.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *