in

Evry Sciences et Innovation : les objets connectés

evry, séminaire objets connectés

Télécom Sud Paris d’Evry est une école d’ingénieurs spécialisée dans le numérique et qui répond à des enjeux actuels et innovants. Ce mardi 29 mars 2016, l’école a organisé un séminaire portant sur les objets connectés : du capteur aux applications. Quels ont été les sujets abordés ? Des innovations ont elles été présentées ? La réponse dans l’article ci dessous ! 

evry telecom forum

L’école Télécom d’Evry au coeur des réflexions sur les objets connectés

Notre vie quotidienne est actuellement régie par les objets connectés et les possibilités que ceux-ci nous offrent. Même si cette révolution, une révolution à la fois numérique, économique et sociale, est en marche depuis peu de temps, tous les domaines sont aujourd’hui concernés : santé, sécurité, biens, services, et bien plus encore.

Le but de ce séminaire était donc de permettre aux académiques, aux industriels et à tous les acteurs du domaine présents près de l’école d’Evry d’exposer et de partager leurs compétences, leurs savoirs et leurs expériences dans le secteur du numérique et des objets connectés.

Séminaire d’Evry : du capteurs aux applications

Après un accueil chaleureux et un mot de bienvenue aux participants, le premier intervenant a été Anis Laouiti, jeune professeur à l’école Télécom Sud Paris d’Evry.

Ce dernier a abordé le déploiement de réseaux de capteurs. Les domaines d’applications sont de plus en plus variés, et peuvent aussi bien aller du suivi médical à celui du bâtiment. En réalité, ce réseau peut être vu comme dynamique même si les capteurs sont statiques.

evry foule

Dans la même continuité, plusieurs thèmes ont été abordé tels que ceux des middle ware, soft ware et cloud computing. 

Plus intéressant encore, l’intervenante Christine Balagué de l’école de Management Télécom d’Evry, a présenté la « Chaire Réseaux Sociaux et Objets Connectés« .

Les objets connectés permettent de nouveaux usages et de nouveaux réseaux hybrides compris entre l’humain et les technologies. Ainsi, cette Chaire est un projet qui s’étant de l’an 2015 à 2018, et qui réunit plusieurs disciplines et partenaires tels que le groupe SEB ou Huawei, afin de concevoir et de développer des objets connectés et des services innovants qui ne deviendront pas obsolètes en quelques mois, mais dont l’utilité sera durable et quotidienne.

Cette chaire se développera à Evry et principalement sur 4 grands axes : l’analyse du comportement des consommateurs d’objets connectés et intelligents, afin de comprendre leurs perceptions, leurs attentes, leurs processus d’adoption, d’appropriation… ; comprendre et revisiter l’User Experience Design, soit la satisfaction et le plaisir des utilisateurs à interagir avec une interface ; définir un cadre social pour l’Internet of Things, afin d’étudier les nouveaux réseaux sociaux et d’objets connectés dans le but de développer de nouveaux services innovants ; et enfin, comprendre l’impact de la diversité culturelle sur le comportement des utilisateurs d’objets connectés.

evry sigfox

Une fois cette intervention achevée, Raoul Mallart, directeur de l’innovation chez Sigfox a pris la parole.

Ce dernier a présenté le réseau Sigfox et ses avantages. Actuellement développé aux Pays-Bas, en France, en Espagne, au Portugal, en Ireland et au Royaume Uni, ce réseau regroupe déjà plus de 7 millions d’objets. Ses concepteurs espèrent le voir s’étendre hors de l’Europe, vers les USA ou l’Asie par exemple.

Sigfox est un réseau sécurisé, ou chaque objet possède sa propre clé de sécurité. Connecté un objet au réseau Sigfox couterait pour un particulier de 1 à 10 euros par an, ce qui en fait un réseau peu couteux et efficace. Les concepteurs sont actuellement en train de développer de nouveaux services tels que la géolocalisation des objets directement grâce au réseau ou la détection de l’environnement grâce aux stations. 300 stations Sigfox ont déjà été implanté sur le territoire français.

evry archimej

Enfin, la dernière intervenante sur le campus de l’école d’Evry était Lauriane Nicol de l’entreprise Archimej Technology. Elle a présenté l’objet connecté que cette société a mise au point et qui porte le nom de Beta Bioled.

Archimej Technology est l’entreprise qui a inventé la « spectroscopie 2.0« , c’est à dire l’étude de la décomposition de la lumière, mais de façon connectée. Cette technique est réutilisée pour le Beta Bioled.

Cet objet est un analyseur de sang à la fois portable et connecté. Il règle plusieurs problèmes liés aux analyses sanguines comme les déserts médicaux ou les déplacements pour les personnes à mobilité réduite, et permet de les simplifier et de les démocratiser.

Cet objet permet d’analyser entre 10 et 20 marqueurs biologiques : cardiaque, rénale, hépatique… Il suffit, à l’image des glucomètres, de prendre une goute de sang, et de la déposer sur la languette prévue à cet effet et de la déposer dans l’analyseur optique. En quelques minutes, les résultats s’affichent directement sur l’application sur votre smartphone iOS ou Android.

Les résultats sont prévus pour être faciles à comprendre et à partager avec son médecin. Vous pourrez également accéder à vos résultats antérieurs.

La date de commercialisation de cet objet n’est pas encore annoncé car la société attends toujours plus de 8 millions de fonds en 2016 pour déployer son objet à grande échelle.

Pour terminer ce séminaire, une table ronde a été organisé avec divers intervenants de l’école d’Evry et venus de l’extérieur, afin de débattre autour des enjeux socio économiques des objets connectés : leurs usages ainsi que le cadre législatif qui les entourent : cadre qui aujourd’hui n’est absolument pas près pour assumer l’avenir de nos sociétés contemporaines.

evry forum telecom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.