in

Disney : à deux doigts de se lancer dans les paris sportifs !

Selon Forbes, Disney trouve un intérêt majeur dans les paris sportifs via sa chaine sportive ESPN. Une stratégie qui va un peu à l’encontre de l’image clean tant entretenue par la société.

Lors d’une conférence téléphonique, le PDG de Disney Bob Chapek a exprimé la volonté de son entreprise de rejoindre le domaine des jeux de hasard. Pour une entrée douce en la matière, le géant mondial du divertissement se montre stratégique. Il a décidé de signer un partenariat avec ESPN, un au lieu de monter sa propre plateforme.

Disney : une implication discrète dans les paris sportifs

disney bundle

Selon Forbes, Bob Chapek, le patron de Disney a indiqué l’attrait de son entreprise pour ce domaine redoutable. « Nous nous dirigeons également vers une plus grande présence dans les paris sportifs en ligne », disait-il lors de la conférence téléphonique. « […] nous avons le potentiel de nous associer à des tiers dans cet espace d’une manière très significative ».

Ce monde étant encore inconnu de la société, celle-ci agit avec méfiance. D’après la déclaration d’un ancien cadre de l’ESPN à Hollywood Reporter, Disney a mis plus de temps que ses concurrents pour faire appel aux entreprises de paris sportifs. D’ailleurs, elle n’aborde toujours pas la cryptomonnaie et le trading.

On pourrait alors remarquer que le géant du divertissement veut puiser ses premiers profits via un acteur tiers qui s’associera à la marque ESPN. La lucrative chaine sportive appartient à Disney pour 80 %. Ainsi, l’implication de la marque Disney resterait en théorie discrète, le public devant avant tout voir une association entre ESPN et une des géants de paris sportifs aux Etats-Unis.

Surfshark

Et les prétendants se bousculeraient déjà selon la presse : BetMGM, Caesars ou encore DraftKings seraient tous en lice.

Initiative soutenue par le consommateur ?

Faisant référence aux partenariats qu’ESPN pourraient effectuer pour Disney, Chapek a annoncé que « les paris sportifs sont une opportunité très importante ». « Tout est motivé par le consommateur », continuait-il. D’après ses explications, on parle plus du « jeune consommateur qui reconstituera les fans de sport ». Cette nouvelle disposition répondrait également à leur « désir d’avoir le jeu dans le cadre de leur expérience sportive ».

Plus tôt en mars, Disney a conclu un accord avec la NFL, l’association des clubs de football américains les plus puissants, qui s’étendra sur dix ans. À partir de 2023, la société lui versera 2,6 à 2,7 milliards de dollars par an en échange des droits de télévision de ses jeux.

L’entreprise aux grandes oreilles espère surement tirer le plus de profit de cet investissement. Mais serait-ce au détriment de sa réputation ? Le temps nous le dira.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *