in

Test Google One VPN : la solution VPN à la loupe

Test Google One VPN

Lancé tout récemment, One VPN est le service VPN intégré aux offres de stockage en ligne Google One. Il permet de chiffrer votre connexion Internet et de naviguer plus anonymement. Nous avons mené un approfondi de cette solution made in Google afin de voir si elle constitue une alternative viable face aux VPN tierce-partie. 

Alors que la confidentialité numérique est au cœur des préoccupations, Google a dégainé sa propre solution VPN intégrée à ses abonnements Google One. Derrière ce nom se cachent des offres cloud combinant stockage sur Drive et accès prioritaire au SAV Google. Depuis peu, un VPN vient compléter ces abonnements facturés de 9,99€ à 49,99€ par mois selon la capacité de stockage (de 2 à 10 To).

Nous avons souhaité mener un test complet de ce VPN maison pour voir s'il représente une alternative crédible aux ténors du marché. Au programme : analyse des débits et de la stabilité de la connexion, évaluation de l'ergonomie du client VPN, tentative de contournement des blocages géographiques des plateformes de streaming et examen des garanties de confidentialité. Tour d'horizon des forces et faiblesses de ce service. 

Caractéristiques techniques
  • Protocoles VPN supportés : IKEv2/IPsec
  • Chiffrement : AES 256 bits
  • Nombre de serveurs VPN : 200+ d'après Google
  • Pays couverts : 22 pays
  • Connexion simultanée : 5 à 10 appareils selon l'abonnement Google One
  • Systèmes d'exploitation compatibles : Windows, macOS, Android, iOS
  • Kill Switch : Uniquement présent sur l'application Android
  • Fonctionnalités avancées : Aucune
  • Logs conservés : les métadonnées de connexion anonymisées

Interface épurée mais peu customisable

Le client VPN de Google One adopte le design épuré caractéristique des produits Google. Contrairement aux standards du marché, l'application mobile VPN de Google One sous Android est encore plus simpliste. Elle ne permet absolument aucun paramétrage. On est très loin des clients VPN classiques, même gratuits, qui donnent accès à de nombreux réglages. Ici, impossible de sélectionner un serveur précis ou modifier les paramètres du VPN. 

Cette interface ultra-minimaliste se limite à un bouton on/off pour activer ou désactiver la connexion VPN. C'est encore plus basique que la version de bureau sous Windows qui dispose au moins de quelques informations sur la connexion. Cette simplicité excessive risque de dérouter les utilisateurs experts habitués à plus de contrôle sur leur VPN. Ajoutez à cela,  l'absence totale de personnalisation. 

En revanche, l'installation est des plus aisée. Il suffit de télécharger le client VPN, de saisir ses identifiants Google et le tour est joué. En deux clics, le VPN se connecte automatiquement à un serveur optimisé.

Des vitesses convenables

Nous avons évalué les performances du service sur une connexion fibre symétrique 1 Gbps, aussi bien en Wi-Fi 802.11ax qu'en filaire Ethernet.

Sans surprise, l'activation du VPN engendre une baisse sensible des débits. En Wi-Fi, le débit descendant plafonne à 215 Mbps avec le VPN, contre 400 Mbps sans. Soit une chute d'environ 50%. En filaire, l'impact est encore plus marqué, avec une vitesse de téléchargement divisée par 2, passant de 910 Mbps à seulement 380 Mbps.

Ces vitesses restent utilisables pour de la navigation web classique. Cependant, elles sont nettement inférieures aux standards du marché. Certains fournisseurs VPN parviennent à maintenir des débits proches du Gigabit par seconde,  y compris avec le VPN activé. Le VPN maison de Google a donc des progrès à faire au niveau du débit

Autre point à améliorer : la stabilité de la connexion VPN. Durant nos tests, nous avons connu plusieurs déconnexions intempestives du VPN nous obligeant à le reconnecter manuellement.

Heureusement, la version Android intègre un kill switch qui coupe automatiquement la connexion Internet en cas de problème VPN. Ce mécanisme de sécurité fait toutefois défaut sur l'application Windows.

Contournement des restrictions géographiques impossible

L'absence de sélection de serveurs est le talon d'Achille du service Google One VPN. Vous ne pouvez pas choisir de vous connecter à un serveur dans un pays étranger afin de contourner les restrictions géographiques.

Le VPN vous attribue automatiquement un serveur dans votre zone géographique, sans possibilité de le modifier. Cette limitation annihile complètement la capacité à débloquer les catalogues de streaming réservés à certains pays.

Nous avons essayé en vain d'accéder aux versions américaines de , Hulu et Prime Video depuis la France. Le VPN ne permet aucunement de simuler une connexion provenant des États-Unis. Même constat pour la BBC iPlayer britannique, impossible à débloquer sans une adresse IP localisée au Royaume-Uni.

Cette absence totale de flexibilité concernant le choix de serveurs GPS est extrêmement pénalisante pour plusieurs usages :

  • Pour les voyageurs souhaitant accéder à leurs services de streaming habituels depuis l'étranger
  • Pour les amateurs de streaming géo-débloqué désireux de profiter des catalogues étrangers plus fournis
  • Pour contourner certains blocages géographiques de sites webs ou services uniquement accessibles depuis certains pays

Une confidentialité à revoir

La confidentialité est toujours un sujet sensible lorsqu'il s'agit de Google. Le géant américain a plusieurs fois été épinglé par le passé pour des pratiques intrusives de collecte et d'exploitation des données personnelles. De quoi susciter une certaine méfiance envers ses services, y compris son récent VPN.

Google assure avoir tiré les leçons du passé. L'entreprise certifie ne conserver aucun journal détaillé des activités en ligne des utilisateurs de son VPN Google One. Seules des métadonnées de connexion agrégées et anonymisées sont collectées à des fins d'optimisation du service.

L'audit mené en 2021 par le cabinet NCC Group semble accréditer l'absence de logging intrusif côté serveurs VPN. Mais certains experts restent sceptiques quant aux garanties réelles offertes par Google. L'opacité entourant le fonctionnement interne de ses services ne contribue pas à lever tous les doutes.

Verdict

Au terme de ce test Google One VPN, force est de constater que le VPN maison de la firme de Mountain View ne tient pas encore la comparaison face aux meilleurs fournisseurs du marché. Ses limitations le cantonnent pour l'instant à un usage basique.

Certes, Google One VPN remplit son office pour renforcer l'anonymat sur les réseaux Wi-Fi publics. Toutefois, le manque de flexibilité au niveau du choix des serveurs s'avère très pénalisant pour de nombreux cas d'utilisation avancés.

L'impossibilité d'accéder aux catalogues de streaming géo-restreints sera rédhibitoire pour les globetrotters ou les amateurs de contenus débloqués. De même, la stabilité perfectible de la connexion pourrait rebuter les plus exigeants.

Côté performances pures, si les vitesses restent correctes, elles peinent à rivaliser avec les standards du marché VPN. Le service nécessite donc encore des améliorations en termes de débit et de fiabilité.

Enfin, si Google promet un respect accru de la confidentialité, certains se montreront méfiants vis-à-vis du passif de l'entreprise en la matière.

En bref, le Google One VPN fait figure de solution basique à l'efficacité encore limitée. Il constitue un premier pas pour renforcer la sécurité des abonnés Google, mais ne saurait remplacer un fournisseur dédié pour une protection VPN optimale lors de la navigation web.

  • Simplicité d'utilisation
  • Installation et connexion instantanées
  • Intégré aux offres Google One
  • Chiffrement des données
  • Vitesses correctes pour de la navigation classique
  • Absence de choix de serveurs/localisation
  • Impossible de débloquer des contenus géo-restreints
  • Débits inférieurs aux meilleurs VPN du marché
  • Connexion instable avec déconnexions fréquentes
  • Aucune fonctionnalité avancée (split tunneling, kill switch, etc.)

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *