in

Nouvel espoir pour le rétablissement des victimes d’AVC

accident vasculaire cérébral

Les avancées technologiques en matière de santé permettent aujourd’hui d’envisager les maladies et les rétablissements différemment. En Angleterre, des chercheurs et scientifiques de l’université de Southampton, ont imaginé et mis au point une nouvelle technologie, qui pourrait bien aider les personnes ayant subis un accident vasculaire cérébral. 

La technologie au service de la santé

Grâce à des subventions de la part de l’Institut National de Recherche en Santé du Royaume-Uni, l’équipe a réussi à mettre au point au bout de deux ans de recherches, un wearable qui améliorerait la récupération de l’usage du bras et de la main des patients victimes d’un AVC. Une belle avancée pour un fléau qui touche beaucoup d’hommes et de femmes. Cet objet serait capable de fournir des informations sur le mouvements des muscles, lorsque les patients pratiquent une activité ou une tâche quotidienne chez eux.

Ainsi, le séjour hospitalier de ces patients serait plus court. D’un point de vue psychologique, il est également important pour un patient de retrouver une indépendance le plus rapidement possible, afin de se remettre au mieux de cet accident. Car en effet, une hospitalisation prolongée peut avoir des conséquences sur le rétablissement psychologique et physique des patients.

Le wearable est composé de capteurs qui détectent les vibrations et l’activité des muscles lorsqu’il est en mouvement et qu’il se contracte. Les données recueillies par l’objet connecté seront ensuite analysées et triées. Par la suite, elles seront transmises à une interface informatique qui met en relation plusieurs médecins. Ainsi, le wearable peut leur permettre d’avoir une représentation des mouvements des patients, et donc de déterminer s’il y a amélioration ou pas.

avc

L’un des buts premiers de cet objet est aussi de réduire au maximum le temps passé avec les thérapeutes et médecins, aussi bien pour des raisons psychologiques pour les patients, que pour des raisons d’organisations hospitalières.

L’utilisation et la commercialisation de ce wearable sans doute attendu, n’ont pas encore été annoncées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.