in

Santé : suivre l’évolution d’un cancer grâce à un capteur

MIT lutte cancer capteur

Un capteur capable de suivre l’évolution d’un cancer a été mis au point par des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT). Placé au coeur de la tumeur, ce petit cylindre va envoyer de nombreuses informations aux médecins et être en mesure de détecter si le traitement administré au patient fonctionne. 

Selon Unicancer, 355 000 nouveaux cas de cancer ont été estimés en France en 2012, 200 000 hommes, et 155 000 femmes. Si la mortalité par cancer a baissé ces 20 dernières années, cette maladie reste la première cause de mortalité chez l’homme et la deuxième chez la femme. Les traitements administrés aux patients sont souvent lourds et pénibles à supporter, et si aujourd’hui il n’existe malheureusement pas de solution miracle, des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) ont réussi à faire un nouveau pas dans le domaine de la lutte contre le cancer. Ils ont en effet pu concevoir un capteur capable de suivre l’évolution d’un cancer.

Placé directement au coeur de la tumeur

MIT lutte cancer capteur
©MIT

Les nombreuses biopsies et IRM effectuées pour connaître l’avancée de la maladie ne permettent cependant pas un suivi constant. C’est là qu’intervient le capteur, un petit cylindre de deux millimètres. Enveloppé de plastique spécial de manière à éviter une infection ou un rejet, celui-ci se place directement au coeur de la tumeur. Grâce à un système de communication sans fil, le capteur récolte des informations sur celle-ci, comme sa concentration en oxygène et son acidité, et les envoie en temps réel à un récepteur.

Ces deux informations clés vont permettre aux médecins de savoir si le traitement administré au patient fonctionne ou non. En effet, s’il est efficace, la tumeur va alors s’acidifier de plus en plus. Les cellules cancéreuses se développant plus facilement en hypoxie, lorsque la quantité d’oxygène est faible, une hausse du taux d’oxygène sera alors un bon indicateur pour les médecins. À l’heure actuelle, le capteur n’a pas encore été testé sur l’homme, néanmoins, les essais réalisés sur des souris se sont révélés plus que prometteurs.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.