in

Projet Zephir : la planche à voile du futur

Comment aller plus vite ? C’est la question que se posent de nombreux artisans du sport et notamment de la planche à voile. Dans cette optique, le projet Zephir réunit 80 experts et ingénieurs issus de différents domaines. Dont la F1, de l’aéronautique et aérospatiale, du film d’animation, de l’intelligence artificielle et de la data science pour développer une planche à voile futuriste. Et ainsi découvrir les limites de la très haute vitesse sur l’eau. 

Objectif : un record du monde de vitesse

L’objectif de battre le record du monde de vitesse à la voile représente une révolution dans le monde du nautisme. 

Dans cette quête, Zéphir travaille notamment avec Antoine Albeau. Il est le sportif français le plus titré en Windsurf avec 25 titres de champion du monde. Avec la participation de Marc Amerigo, project leader reconnu. Une équipe également composée des meilleurs experts à l’international. 

Un objectif qui demande : “Ingénierie, conception et fabrication de nombreux prototypes, mesures embarquées, essais en mer comme en soufflerie, digitalisation de phases réelles de navigation, data science et intelligence artificielle, autant de domaines croisés et de premières mondiales qui doivent être menés de front, tout au long du projet. 

Il faut savoir qu’une planche à voile sature plus vite (98,66 Km/h avec le record d’Antoine Albeau) qu’un bateau (121,21 Km/h). 

Moins résistante, la voile est fortement impactée et limitée par la physique des éléments. Car à haute vitesse, la planche doit faire face à de nombreux problèmes à la surface de l’eau. 

La formule 1 de la voile

Notre objectif est de véritablement craquer le code des éléments à la surface de l’eau, d’en comprendre les freins puis de mettre en place un système pour les contourner voire en faire une force” explique Marc Amerigo. 

Pour cela Zephir doit créer une planche hybride capable d’accélérer en continu. Soit la Formule 1 de la planche à voile, défiant les limites.  

Le projet s’inspire de l’univers de la F1 qui détient la technologie embarquée.  L’adaptation à la planche à voile représente alors une avancée considérable. 

Au cœur du système, se trouvent une centrale inertielle de haute précision, de nombreux autres capteurs de données et des systèmes d’enregistrement embarqués, capables de prendre des mesures ultra-précises et de les observer à distance en temps réel. 

Des données permettant d’augmenter considérablement les stats de vitesse en foil et en planche classique. La technologie embarquée permet alors de profiter d’un moment de glisse presque sans limite.

Jusqu’à présent, c’est analyse, calcul et conception de sous-ensembles de prototypes qui ont été priorisés”. Alors que l’on pourra voir les premiers essais en mers françaises dès septembre 2021. Antoine Albeau de son côté pourra à cette occasion tester un premier prototype de planche “volante” dont la forme et la composition sont dédiées à la vitesse pure. L’objectif on l’aura bien compris c’est d’aller toujours plus vite. 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.