in

Les lunettes connectées Made in France

Si les Google Glass ont crée le buzz sur la toile, la technologie française n’est pas en reste, comme nous le prouve cet interview avec M. Thierry Penet, directeur commercial de l’entreprise Laster Technologies.

Principe des lunettes connectées

Aussi appelées lunettes à réalité augmentée, son concept consiste en la réception, par bluetooth ou par fil, d’informations qui viennent se superposer à votre champ de vision naturel et enrichir votre environnement. Ce qui est primordial pour le concepteur français est de “démystifier ce produit” afin qu’il n’apparaisse pas comme un gadget fantaisiste mais comme un réel outil.
Commençons alors par un petit récapitulatif du principe de fonctionnement des lunettes connectées. (cf lunettes connectees francaises)

Une fois en votre possession, il vous reviendra la tâche de choisir vous même les applications de vos lunettes. Une fois trouvées, vous devrez donc les acheter en les téléchargeant et les activer. Via la connexion bluetooth, ou via un fil pour les produits à usage professionnel, vous pourrez alors synchroniser votre smartphone à vos lunettes. Ainsi les informations présentes dans votre mobile pourront être affichées sur le système.

Des français sur le marché

L’entreprise Laster technologies créee en 2005 est basée dans l’Essone et compte environ 15 personnes. Basée en France, elle a de nombreux partenaires industriels et laboratoires internationaux et a créée des filiales en Chine et en Californie (USA). Société pionnière dans la mise au point de technologie optique d’affichage, l’entreprise Laster technologies a créée et brevetée, entre autres, la technologie Enhanced View.

Ce système permet l’affichage d’informations sur un verre transparent, intégrant 3 compétences développées par Laster technologies:

  • le système d’affichage optique et sa mécanique de fixation
  • le traitement logiciel des informations issues de capteurs (caméra)
  • le traitement des informations dans le calculateur (autrement dit c’est le rapprochement entre les données venant du capteur couplées à la base de données implantées dans le calculateur et interprétées par le logiciel pour afficher une information adaptée à la tâche que doit réaliser l’utilisateur).

Si la première solution “légère” lancée en 2010 pesait encore quelques 250 grammes, le retour d’expérience généré par le produit a permis son amélioration. Aujourd’hui les lunettes connectées à la française ne pèsent que 50 grammes. De plus, depuis juin 2013, cette technologie permet l’utilisation de lunettes de vue, afin de ne pas exclure une partie des clients potentiels.

Usage professionel ou grand public?

Si le géant américain Google destine ses smartglass à un usage grand public, principalement tourné vers “l’entertainment”, son concurrent français, quant à lui, destine son bijou technologique à un usage professionnel. Pourquoi?

Le challenge que nous avons imaginé il y a quelques années était trop “fou” pour le proposer tout de suite au grand public. En effet, nous avons préféré proposer cette technologie mature à des industriels dans le domaine sécurité défense (SECDEF) aéronautique et autres industries. Il y avait bien entendu un intérêt évident à avoir les mains libres, tout en ayant la possibilité de recevoir des informations cruciales sur une situation précise. Et c’est bien grâce au fait que le produit ait été testé par des professionnels que Laster Technologies a développé d’autres technologies optiques pour répondre à des problématiques particulièresThierry Penet
.

Les produits de Laster technologies

La gamme produite par l’entreprise française, regroupe 4 produits standards:

 

PMD G2

Pro Mobile Display, est le premier produit lancée par la société en 2010 à usage professionnel. Le monoculaire est relié à un boîtier, la connexion se fait donc avec un fil, ce qui permet une meilleure transmission de l’information. Ce dispositif offre un champ de vision à 50° (cette technologie optique est encore inégalée) et une boite de l’oeil de 5mm.

Masque1le MG1, un masque de ski, repose sur le même principe optique, malgré des interfaces mécaniques différentes.

 

EPV Pro l’EPV Pro, lunette monoculaire avec un champ de vision de 25° et un confort d’usage plus pratique (une boite de l’oeil de 18mm) et relié en mode filaire au calculateur. Son poids est de 50 grammes et une caméra est implantée.

 

Laster SeethruLes LASTER SEE THRU identiques en termes techniques avec l’EVP Pro mais sont connectées en mode wireless avec un smartphone, moyennant le téléchargement d’application sur un appstore de votre choix.

Lunettes connectées : danger ?

Nous avons demandé au spécialiste français, s’il existe un risque lié à un mauvais usage des lunettes connectées.
Selon lui, comme dans tout lancement de nouvelle technologie, il y aura deux usages: un positif (pour le bien être personnel et professionnel) et puis un autre plus coercitif, lié à l’aspect du contrôle, de la sécurité etc..
Au niveau physique aucun risque n’est lié à l’utilisation des lunettes. Même si le verre transparent ne se trouve qu’a 2 cm de vos yeux, aucun risque n’est encouru pour la vision du fait de la technologie utilisée. Vous n’aurez donc pas de problème d’accommodation ou de fatigue oculaire, la mise au point s’effectuant à la distance d’usage voulue.
La mise en garde concerne plus l’utilisation du produit.
Pour une question de respect de la vie privée, du droit à l’image, sur le produit LASTER SEE THRU la société a remplacé la caméra disponible sur le dispositif EPV Pro, par une centrale inertielle permettant de connaître la position de la tête de l’utilisateur en mouvement.

Sachez que la bonne utilisation de ces lunettes dépendra en grande partie de leur propriétaire. La sélection d’information voulue est primordiale puisque l’affichage dépend de vos choix en matière d’applications. Ces lunettes ne sont qu’un écran “déporté” et n’affiche que les données dont vous avez besoin et pour lesquelles vous avez téléchargé une application précise.
Autrement dit le bon usage de ce produit est sous votre responsabilité.

En conclusion

En conclusion, il faut donc reconnaître que si le géant américain a créer un buzz énorme autour de ses Google Glass, que l’on attend encore, les français avaient investis le terrain sur le domaine professionnel bien avant. Si l’entreprise française est bonne joueuse, elle admet en effet qu’il y a de la place pour tout le monde sur un marché mondial qui reste fabuleux en terme de développement. La différence s’opérera sur les caractéristiques techniques des produits proposés.

Nous remercions Thierry Penet et Laster technologies pour l’interview qu’il nous a accordé, et terminons avec une information insolite. En effet, Thierry nous confiait à la fin de l’entretien, son petit faible pour le tout connecté. Pour lui, le pilotage des objets connectés via une application permettant de télécommander ses objets connectés est la prouesse de l’année!

[/su_box]

One Comment