in

Les robots peuvent-ils souffrir ?

robots triste

Des chercheurs veulent faire ressentir la douleur à des robots à travers une expérience qui fait mal au cœur. 

Apprendre aux robots à ressentir et à réagir à la douleur : telle est la mission de chercheurs allemands qui réalisent une expérience de « système nerveux artificiel robotique« .

Si cela peut sembler paradoxal au premier abord, nous construisons bel et bien des robots en partie pour qu’ils nous remplacent dans des situations dangereuses. La douleur est un moyen de nous protéger, mais serait-il bénéfique d’avoir quelque chose qui n’a pas ce genre de limites ?

Quand les robots sont maltraités

Ces chercheurs de l’Université Leibniz de Hanovre pensent que les robots pourraient également utiliser ces sensations comme une forme de protection. Comme le décrit le scientifique Johannes Kuehn :

[blockquote style= »1″]La douleur est un système de protection. Quand on évite la source de la douleur, ça nous permet de ne pas nous blesser.[/blockquote]

robots tristes

Ce genre de système pourrait également protéger les hommes. Le professeur Sami Haddadin, expert en interaction humains-robots, déclare que, du fait que ces automates travaillent de plus en plus avec les humains, avoir un système en place qui détecterait les blessures robotiques pourrait éviter des accidents.

[blockquote style= »1″]Un robot doit être capable de détecter et de classifier des états physiques imprévus et autres perturbations, estimer les dégâts potentiels et lancer des contre-mesures, comme un réflexe.[/blockquote]

Une vidéo a été publiée sur le site américain IEEE Spectrum, montrant un bras robotique équipé d’un « doigt » sensitif BioTac capable de détecter les changements de pression et de température.

Au fur et à mesure que la « douleur » augmentait, la réponse de la machine devenait de plus en plus prononcée : quand on touchait son capteur, le bras s’affaissait, comme s’il souffrait. Même chose lorsqu’on le mettait en contact avec de l’eau bouillante.

S’il est intéressant de voir la science donner le sentiment de douleur aux robots en les rendant plus « humains », les réactions du bras robotique font quand même mal au cœur, bien qu’il ne s’agisse que d’une machine… Une autre expérience de « maltraitance de robots » avait secoué la toile lorsque le robot Atlas de Boston Dynamics testait ses capacités d’adaptations en se faisant pousser par terre.

Les robots semblent ainsi acquérir la compassion du grand public, et les efforts d’humanisation de la robotique sont à surveiller de près.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.