in

Dropshipping : Le guide pour tout savoir sur cette pratique

dropshipping

Apparu pour la première fois en 1928, le dropshipping est aujourd’hui un marché très compétitif. Cette pratique s’inspire du modèle commercial adopté par Toyota dans les années 50 : le Just-In-Time. Elle a pour avantage de minimiser les coûts de stockage et de transport d’une entreprise.

Qu’est-ce que le dropshipping ?

Le dropshipping est également connu sous l’appellation de « livraison directe fournisseur ». Il s’agit d’un procédé pendant lequel les produits sont envoyés directement d’un fournisseur à un client. Un détaillant se propose ensuite de relier les deux partis par le biais de son site internet. Afin de gagner en visibilité, celui-ci devra investir dans le marketing digital. Contourner la méthode d’approvisionnement classique lui permettra de profiter d’une marge plus ou moins importante.

Comment la livraison directe fournisseur fonctionne-t-elle ?

Le principe est simple. Une fois qu’un internaute passe une commande via un site internet, celle-ci est dirigée directement vers le grossiste. Ce dernier se chargera alors de l’emballage ainsi que de l’expédition de l’article. Ce raccourci permet, par conséquent, de faire des économies. Il abroge les coûts importants que l’on rencontre dans un modèle commercial traditionnel.

Prenons l’exemple d’une entreprise sur le point de lancer un modèle de chaussures de sport. En optant pour la méthode orthodoxe, produire en masse est inévitable. Puis, celle-ci fait les motifs avant de placer ses produits en stockage. Le souci, c’est que rien ne garantit que ceux-ci vont se vendre. Au lieu de cela, elle collabore avec un fabricant qui se chargera de l’impression et même d’acheminer le produit vers le consommateur final.

vente livraison en ligne

Quel est l’intérêt d’avoir recours à ce modèle commercial ?

Une solution pour les petits budgets

Le drop shipping est une alternative qui intéresse notamment sur le plan financier. En effet, celle-ci épargne le développement de nouveaux produits. Il n’y a donc pas besoin de trouver un espace pour les conserver. Les charges se résument à la création de l’entreprise, la technologie nécessaire et enfin, aux techniques que l’on adoptera pour vendre.

La possibilité de valider les produits

Grâce au dropshipping, maîtriser le risque financier est possible. Alors qu’il faut allouer beaucoup de ressources dans la création d’une ligne de T-shirt, ce n’est pas le cas dans la livraison directe. L’intéressé n’est pas obligé de faire la commande d’une centaine de produits. Il se contentera d’acheter quelques unités. Cela lui permettra de tester l’optique qualité dudit fournisseur.

Un facilitateur de gestion

Dans l’idéal, les grossistes proposent de prendre en main les retours clients. Avec un peu de chance, le détaillant n’aura que son ordinateur pour jouer le lien entre son fournisseur et lui. Le cas échéant, la gestion des retours incombe la location d’un espace de stockage ainsi que des bureaux de coworking.

Le déploiement d’une marque privée

Il arrive que des fabricants acquiescent à des services comme la production à la demande ou la personnalisation. Dans ce cas, la fabrication des articles ne commence que lorsque le client réalise sa commande. Néanmoins, en s’associant à un fournisseur, le dropshipper peut demander à ce qu’on mette son logo ou sa marque privée sur les colis à expédier.

vente en ligne mauvaise surprise

Quels sont les inconvénients du dropshipping ?

Un secteur ultra concurrentiel

Alors que le dropshipping a perdu son élan depuis la Grande Dépression, sa notoriété revient au galop. De janvier 2016 à janvier 2020, les statistiques démontrant l’intérêt public pour cette activité a été multipliée par neuf. La crise du COVID-19 a vraisemblablement décentralisé les parts de marché. Au lieu de se recentrer sur une seule plateforme, les internautes achètent désormais auprès de plusieurs détaillants.

Une personnalisation restreinte

Certes, une poignée de fournisseurs propose la personnalisation de leurs produits. Toutefois, cette customisation reste très limitée. Obtenir des articles authentiques aux allures originales demande, en effet, des coûts additionnels. Le problème, c’est qu’avec un produit banal, les prix seront obligatoirement fixés à la baisse.

Un manque de contrôle qualité

Dans chaque lot de produits nouvellement fabriqués, il existe une quantité de produits défectueux. Si auparavant, les producteurs étaient soucieux et veillaient à ce que les clients aient des articles en bon état, ce n’est presque plus le cas aujourd’hui. Tout cela, parce que beaucoup de détaillants ne prennent plus la peine de vérifier la qualité. Ces derniers risquent pourtant gros en sous-estimant ce processus.

Une marge anodine

Pour les fabricants qui produisent en grande quantité, l’économie d’échelle est la meilleure alternative. Ainsi, seuls ceux qui commandent en grand nombre profitent d’une remise. En achetant un article à l’unité, les coûts sont plus onéreux, ce qui réduit la marge de l’entreprise.

En cas de rupture de stock

En dropshipping, il est d’usage d’avoir une confiance aveugle en son fournisseur en matière de gestion de stocks. Or, si le produit n’est plus disponible alors que le client a déjà soumis sa commande, cela risque d’être problématique pour toutes les parties. Raison de plus pour souligner ce point avant de signer un accord. Il va falloir, par la même occasion, prévoir un système de remplacement ou de remboursement.

dropshipping

Quelles sont idées reçues sur le dropshipping ?

Avant de se lancer dans la livraison directe fournisseur, il est important de faire le point sur les mythes qui entourent cette pratique commerciale.

Tout d’abord, le dropshipping est loin d’être un engrenage à revenu passif. Si l’on aspire à devenir riche rapidement, ce n’est certainement pas grâce à ce modèle commercial. En effet, cela demande beaucoup de temps et surtout un effort considérable pour générer du trafic et gagner la confiance des clients potentiels.

De nombreuses personnes pensent que ce procédé élimine entièrement l’existence de l’intermédiaire. Ce dernier est pourtant indispensable, dans la mesure où il propose des services de personnalisation. Par ailleurs, s’il s’avère compétent dans la gestion des retours, sa présence est requise.

Une autre idée reçue, c’est qu’il est impossible de mettre en marche sa créativité. Il est vrai que chez la plupart des fournisseurs, faire du sur-mesure reste très limité. Toutefois, il y a toujours des exceptions. Avec un bon prix, l’on peut offrir une expérience utilisateur inédite à sa clientèle.

Enfin, en matière de dropshipping, toutes les livraisons ne se font pas forcément par des expéditeurs directs. L’existence des services de logistique tierce sur le marché en est la preuve irréfutable. Il s’agit, en effet, d’entreprises qui réalisent le stockage, mais aussi les services de livraison rapide des produits.

livraison

Les technologies indispensables pour faire une livraison directe

Zoom sur le moteur de recherche des fournisseurs

La première chose à surveiller sera l’outil qui permettra de communiquer avec le fournisseur de produits. L’on peut, à ce titre, choisir AliBaba ou, pourquoi pas, AliExpress pour s’approvisionner. Ces plateformes intègrent, pour la plupart, des outils qui optimisent la quête aux fournisseurs de livraison directe.

Un site d’e-commerce

Après avoir repéré le fournisseur, place maintenant à la création de sites internet. Cet instrument servira effectivement de passerelle entre les internautes et le dropshipper. Entre une plateforme de marché et un site propre à son enseigne, la décision finale revient à ce dernier.

L’intégration d’emails automatisés

Ce volet automatisation des emails est un point clé lors d’une livraison directe fournisseur. En effet, une fois que l’achat est conclu et le paiement fait, un système achemine cette commande directement vers le grossiste. Afin de garantir une exécution transparente, les logiciels de type Modalyst ou Ordoro seront d’une grande aide.

Focus sur la relation client

Puisque le développement du produit n’est plus au centre de l’activité, il est recommandé d’optimiser son service client. En effet, l’incertitude sur la qualité de produit proposée occasionne de nombreux clients insatisfaits. Pour redorer son image, il faut être accessible via contact téléphonique ou autres CRM gratuits comme Salesforce et HubSpot.

vente en ligne

Quelques conseils avant de lancer son entreprise de dropshipping

Pour un dropshipper qui cible un marché de niche, prendre en compte tous les obstacles potentiels à l’atteinte de ses objectifs est essentiel. Cela passe par la détermination de la probabilité que la clientèle puisse investir dans une marque inconnue qu’est la sienne. Cette étude lui permettra de fixer son prix et d’évaluer une marge brute.

Quel que soit le marché ciblé, tout repose sur la sélection du fournisseur de livraison directe. Pendant la négociation, il est recommandé d’éviter les tarifs approximatifs. Ici, la précision sera de mise. Par ailleurs, il ne faudra aucunement hésiter à évoquer les retours, la personnalisation de produits, la gestion des stocks et par-dessus-tout, le contrôle qualité.

Troisième point essentiel, une entreprise de dropshipping n’est pas une caverne d’Alibaba. Pour réussir dans ce domaine, chaque détail compte. Taxes, licences ou textes juridiques, s’informer sur la législation en vigueur dans chacune des zones d’activité est primordial. Cela évitera les mauvaises surprises.

Pour finir, savoir attirer le maximum de clients constitue le dernier défi. En plus d’entrevoir une stratégie marketing solide, il faut penser à investir dans de la publicité. Amazon et eBay possèdent, à titre d’information, leurs propres outils publicitaires intégrés. Néanmoins, on peut également capitaliser sur le moteur de recherche Google et Facebook afin de faire connaître son site internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.