in

Darknet : tout ce qu’il faut savoir

darknet image pirate

Le Darknet, ce monde Internet caché à la vue des internautes ordinaires, suscite la curiosité. Voici tout ce qu’il vous faut savoir à ce sujet.

La plupart des internautes supposent que seuls les usagers ayant une compétence technique avancée peuvent accéder au Darknet. En vérité, cela ne nécessite pas une telle compétence ni aucune invitation spéciale. Voici toutes les informations que vous devrez savoir sur ce qu’est le Darknet, l’accès et la navigation sur le Dark Web.  

Qu’est-ce que le Darknet ?

L’Internet se subdivise en trois parties. La toile de surface est tout ce qu’un internaute normal peut trouver grâce à un moteur de recherche classique comme Google, Safari, Chrome… Le Deep Web est constitué de toutes les données que votre moteur de recherche classique ne peut pas trouver. Il contient par exemple les bases de données gouvernementales, les bibliothèques… Quant au Darknet, peu de gens savent ce qu’il en est au juste.

On le confond souvent avec le Deep Web. Mais en réalité, le Darknet représente une petite partie du Deep Web. Il est intentionnellement caché et rendu inaccessible via les moteurs habituels de recherche. Cette partie n’est accessible que via les moteurs de recherche TorSearch, Ahmia.fi, Deep Web Technologies et Freenet.

Cette partie de l’Internet comprend de grandes bases de données, des bibliothèques et des sites Web réservés aux membres. Elle comprend aussi des ressources académiques des universités et est totalement inaccessible au grand public. Toutefois, si vous avez déjà accédé à une bibliothèque numérique publique alors, vous avez déjà touché à la surface du Darknet.

Au sein du Darknet, les internautes et les éditeurs Web sont entièrement anonymes. Les grandes agences gouvernementales peuvent normalement suivre certaines personnes dans cet espace. 

Comment assure-t-on l’anonymat de la communication au sein du Dark Web ?

C’est le type de routage en oignon utilisé qui assure cet anonymat. Normalement, lorsque votre ordinateur accède à Internet, il rejoint directement le serveur hébergeant le site Internet que vous voulez visiter.

Ici, ce lien direct est rompu. On renvoie les données entre un certain nombre d’intermédiaires avant qu’elles n’atteignent leur véritable destination.

La communication est enregistrée sur le routage en oignons, mais il est impossible de déterminer qui est le communicant. Tor permet cette communication anonyme conviviale accessible à la plupart des systèmes d’exploitation.

Qui peut accéder à cette partie cachée d’Internet?

L’architecture du réseau en oignons du Darknet a été développée sans surprise par l’armée marine américaine. Les organisations militaires, gouvernementales et œuvrant dans l’application de la loi figurent en effet parmi les principaux utilisateurs de cet Internet caché.

Naviguer sur l’Internet habituel peut exposer votre localisation et même vos données. Certes, il existe déjà de nombreux outils permettant de sécuriser votre anonymat et vos données en ligne. Cette sécurité est toutefois optimisée dans le Darknet.

Tous les internautes ne pouvant pas courir le risque de se faire suivre en ligne ou de voir leurs données sensibles exposées au public l’adoreront. Il en est ainsi des personnalités politiques, des soldats et agents de terrain, les lanceurs d’alertes et les journalistes. Les militants et les révolutionnaires ainsi que les lecteurs de nouvelles dans les pays à censure, utilisent cette toile anonyme.

Bien sûr, il n’y a pas que les personnes bien intentionnées qui y accèdent. Les criminels peuvent aussi l’utiliser.

Comment accéder au Darknet ?

darknet hacking

Il est particulièrement facile d’accéder à cette partie cachée de l’internet. La première solution consiste à utiliser le service Tor, qui signifie « The Onion Router ». Ce dernier a été construit sur le code source ouvert du navigateur Firefox.

Ceux qui ont déjà utilisé ce navigateur auparavant trouveront Tor tout aussi facile à utiliser. Il existe de nombreuses façons de le configurer et de l’utiliser, mais ce service peut aussi être installé aussi facilement qu’un nouveau navigateur.

Le fait d’utiliser le navigateur Tor permet de surfer anonymement sur le Net tout en maximisant la sécurité en ligne. De plus, il est possible d’accéder aux sites Web publiés de manière tout aussi anonyme et inaccessible aux personnes qui n’utilisent pas Tor. Quant aux adresses des sites web Tor, elles sont constituées de chaînes de caractères aléatoires suivies de .onion. À savoir qu’il faut avoir installé Tor pour pouvoir accéder à ces sites.

Un autre réseau appelé le Freenet Project offre une fonctionnalité similaire. Seules les inscrites manuellement sur une « liste d’amis » peuvent accéder aux ressources stockées sur une machine donnée.

L’I2P ou The Invisible Internet Project a récemment gagné en popularité. Ce réseau privé offre toute une série d’améliorations telles que la messagerie sécurisée intégrée, le stockage de fichiers, les plug-ins de partage de fichiers. Il offre même des fonctionnalités sociales intégrées telles que les blogs, le chat…

Qu’est ce qu’on peut trouver sur le Darknet ?

Le darknet contient, entre autres, divers services de messagerie privée et cryptée, des instructions pour installer un système d’exploitation anonyme. Le site fournit également des conseils aux personnes soucieuses de leur vie privée.

Bien que tout ce qui se trouve sur le Dark Web ne soit pas illégal, au cours de son voyage dans cet espace, l’internaute peut rencontrer tout ce qui a trait aux marchés noirs. Notamment les comptes Netflix bon marché aux numéros de cartes de crédit, en passant par les armes et les drogues.

Ce site fournit également des liens vers des éditions en texte intégral de livres difficiles à trouver, des collections d’informations politiques provenant de sites Web grand public. Il permet de discuter anonymement des événements actuels sur l’Intel Exchange.

Sans oublier que les téléchargements et transferts de fichiers sécurisés sont monnaie courante sur le dark web. En fait, le réseau oignon fournit plusieurs couches de cryptage pour vos fichiers et votre connexion. Ces services de transfert de fichiers sont utilisés par les journalistes et les informateurs pour partager des fichiers contenant des informations sensibles.

Darknet, un marché où tout peut s’acheter

Cette partie d’Internet est l’endroit où vous pourrez tout acheter, de la drogue aux assassins. Une opération de police de grande envergure vient d’ailleurs de démanteler le fameux marché criminel Silk Road. Cette histoire a fait la une de la presse internationale.

Il y a d’ailleurs de nombreux sites illicites sur le Dark Web. Les comptes PayPal piratés, les médicaments, les fausses pièces d’identité… sont les articles illégaux les plus fréquemment proposés.

Les sites Web sont en général des conceptions basiques sans aucune fonctionnalité moderne avancée et sont même très lents à charger. Certains dotés d’une fonction supplémentaire de sécurité, ne se chargent d’ailleurs que pour certaines personnes.

Sur ce marché où l’anonymat est en permanence recherché, le Bitcoin est la seule monnaie utilisée. Il est en effet la seule monnaie totalement anonyme. Le marché des cryptomonnaies représente d’ailleurs l’avenir de l’Internet.

Le marché des ransomwares sur le darknet

Lorsqu’il s’agit de ransomware, les acteurs du marché font généralement la promotion d’opérations Ransomware-as-a-Service (RaaS). En fait, les cybercriminels publient des annonces mettant en avant différents kits de logiciels malveillants et leurs différents niveaux de service. Par exemple, une publicité peut mentionner une offre regroupant plusieurs packs de ransomware à prix réduit. Dans un autre cas, elle peut présenter des avis positifs d’utilisateurs sur une seule opération RaaS.

En outre, certains acteurs du ransomware ont modifié leurs tactiques afin de pouvoir continuer à s’attaquer au dark web. Le passage à la publicité et à la collaboration avec des courtiers d’accès initial (IAB) sur les marchés sombres a été constaté. Ce changement permet aux acteurs du ransomware de faire connaître discrètement leurs activités. Ils peuvent également se focaliser sur le perfectionnement de leurs applications au lieu de s’inquiéter de l’accès aux réseaux de leurs cibles.

De fait, la meilleure stratégie pour les organisations afin d’empêcher la réussite d’une attaque de type ransomware est d’investir dans un logiciel antivirus payant. Grâce à cette solution multicouche, il devient possible de détecter et de prévenir une attaque avant que les données sensibles ne soient exfiltrées pour une double extorsion.

Qu’est-ce qui lie le Dark Web et les cryptomonnaies ?

Le Darknet a fortement contribué au développement du Bitcoin. Les cryptomonnaies jouent également un rôle majeur dans le développement futur du Dark Web.

Les projets cherchant à utiliser le pouvoir des monnaies numériques pour la création de nouveaux réseaux de confidentialité pour outrepasser la censure se multiplient. Ils nécessitent tout un réseau d’ordinateurs appartenant à différents particuliers au lieu d’un seul serveur Web d’une entreprise. Des bénévoles gèrent ces ordinateurs appelés nœuds. Monétiser l’implication des bénévoles gérant les nœuds permettrait d’assurer la confidentialité et les mesures anti-censure.

Attention ! Soyez prudents si vous avez décidé de visiter le Darknet. Ce ne sont pas les contenus peu recommandables qui manquent sur cette partie d’Internet.

Le darknet est-il illégal ?

La réponse simple est que le darknet en lui-même n’est pas illégal. Ce sont les activités qui se déroulent sur ce site qui sont considérées comme illicites. En fait, le dark web comprend des sites qui vendent des drogues ou autorisent l’achat illégal d’armes à feu. Il existe également des plateformes qui distribuent de la pornographie enfantine.

Toutefois, le darknet propose de nombreux sites qui, bien que souvent répréhensibles, n’enfreignent aucune loi. Parmi eux se trouvent des forums, des blogs et des sites de médias sociaux qui couvrent une variété de sujets tels que la politique et le sport.

À cet effet, surfer sur le darknet n’est pas forcément illégal. En revanche, visiter certains sites ou effectuer certains achats par ce biais est interdit.

L’utiliser pour acheter des drogues illégales ou des armes à feu constitue un délit. En revanche, s’en servir pour participer à des forums ou lire des articles de blog de manière anonyme ne représente pas un acte criminel.

Toutefois, il existe des exceptions. L’internaute peut potentiellement participer à un comportement illégal s’il participe à certains forums qui contiennent des menaces, des discours de haine ou qui incitent ou encouragent un comportement criminel. Ainsi, l’essentiel est de faire preuve de bon sens.

One Comment

Commenter
  1. Grossière erreur a la fin de l’article…
    Le bitcoin n’est pas anonyme…
    Au contraire, c’est une monnaie facilement traçables par les autorités…
    On peut voir facilement par où c’est passer…

    Et le plus gros danger du darknet,
    C’est les virus/piratage…
    C’est dangereux de naviguer au hasart, au risque de ce faire infecter sa machine si on est pas bien protéger …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.