in

Zinc Poly : les batteries du futur !

Avec l’expansion du marché des objets connectés, les concepteurs de nouvelles technologies cherchent à fabriquer des objets toujours plus performants, plus originaux et surtout plus petits. Mais ces deniers sont soumis à de nombreuses contraintes qui rend leur miniaturisation impossible. C’est la qu’intervient la start up californienne Imprit Energy. Celle ci est en train de développer des batteries fines, flexibles et surtout non toxiques.

Des batteries révolutionnaires

Imprit Energy est une start up californienne fondée en 2010 par des étudiants de l’université américaine de Berkeley. Ces derniers ont imaginé un concept de batteries à la fois fines, flexibles et surtout inoffensives pour l’homme. Le but étant, à long terme, de pouvoir stopper l’utilisation des batteries lithium et d’offrir de nouvelles possibilités de design à tous nos appareils.

zinc poly

Une technologie innovante

Comme vous le savez tous les batteries classiques composées de lithium, un produit nocif qui impose donc une certaine épaisseur et rigidité lors de la fabrication de batteries.

La société Imprint Energy a donc conçu des batteries en zinc, plus stables et surtout non nocives (le zinc étant un oligo-élément indispensable à l’homme).

Cette technologie baptisée Zinc Poly consiste en une fine plaque de zinc. Le premier prototype, conçu en 2012, consommait plus d’énergie que les batteries au lithium et ne pouvait être rechargé. Après 2 ans de recherche, les concepteurs ont réussi à en faire une technologie qui peut être rechargée et qui conserve l’énergie aussi efficacement que le lithium. De plus, les batteries en zinc ne risquent pas de provoquer une combustion.

Des batteries fines et flexibles avaient déjà été conçues auparavant mais étaient composées de lithium. De plus, le coût de production était tellement élevé que cela rendait la production de masse impossible. Imprit Energy a donc su surmonter ces contraintes et ainsi proposer une technologie viable.

Surfshark

Les batteries en zinc pourraient être commercialisées d’ici deux à trois ans. Elles promettent ainsi un design quasi illimité pour les objets connectés à venir.

Source : energyandcapital.com