in

StopCovid : les plans du gouvernement français contrecarrés par Apple

stopcovid, apple, bluetooth, france, gouvernement

Face au blocage de son application de tracking StopCovid sur les appareils Apple, le gouvernement français demande à l’entreprise américaine de lever certaines barrières de sécurité du Bluetooth.

Le mécanisme de protection des données sur les appareils de la marque freinerait le développement de l’appli officielle. Destinée à faciliter le suivi de la propagation du Covid-19, cette dernière retrace toutes les interactions physiques auxquelles une personne s’expose. Malgré de nombreuses critiques, le gouvernement avait décidé d’aller de l’avant avec cette solution pour lutter contre la pandémie actuelle. 

Apple et Google travaillent déjà sur une application similaire au StopCovid. Toutefois, l’on ne sait pas encore si elle sera disponible dans l’Hexagone. Depuis le début de l’épidémie, la Chine utilise également ce genre de dispositif, devenu depuis partie intégrante de la vie des Chinois. En France, l’application servira notamment à aider le gouvernement dans ses décisions relatives aux restrictions de mouvement.

Protégez-vous efficacement contre le coronavirus avec des masques

Comment le Bluetooth des appareils Apple bloque le développement de StopCovid

Le gouvernement prévoit de sortir son appli avant le début du déconfinement, le 11 mai prochain. Pour fonctionner, elle se sert du Bluetooth de nos smartphones. Cependant, iOS n’autorise pas la connexion à fonctionner en arrière-plan si les données qu’elle mesure seront utilisées en dehors de l’appareil. Apple a mis en place ces restrictions pour réduire les risques de piratage.

Dans une interview au site américain Bloomberg, le secrétaire d’État au Numérique Cédric O annonce avoir demandé une levée de ces barrières techniques à Apple. Mais la firme américaine semblerait réticente à coopérer, préférant évoquer sa future application, en préparation avec Google.

Bien évidemment, l’attitude d’Apple met du plomb dans l’aile de StopCovid. Mais elle remet aussi sur la table les questions relatives à la vie privée de l’utilisateur. Ainsi, de nombreuses organisations et institutions pointent du doigt les dangers de ces applications. L’Union américaine pour les libertés civiles (ACLU) souligne donc que ces applis peuvent s’avérer utiles pendant une pandémie. Mais l’organisation rappelle également qu’elles n’en constituent pas moins une menace potentielle sur nos libertés et nos données personnelles.

Protégez-vous efficacement contre le coronavirus avec des gants en latex

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.