in

Serena : le nouveau monospace à conduite autonome de Nissan

Nissan est en train de placer ses pions sur le marché de la conduite autonome. Avec la Serena, le constructeur prévoit de séduire les clients japonais dans un premier temps avant de s’attaquer ensuite à l’Europe.

A partir du mois d’août prochain, les automobilistes de l’Empire du Soleil Levant pourront acquérir la Serena, un monospace intelligent dôté d’une conduite autonome. Après plusieurs années de développement, et en avançant pas à pas avec la prudence qui caractérise le constructeur japonais, Nissan se lance officiellement dans la voiture autonome.
La Serena sera équipée d’un programme capable de maintenir le véhicule sur sa route en collectant des données sur son environnement directe et la circulation des autres véhicules.

Nissan Serena ProPilot Interior

ProPilot conduira pour vous

Baptisé ProPilot, son système de navigation ne pourra fonctionner dans un premier que dans des conditions précises et assez restrictives. La Serena ne pourra rouler que sur autoroute en se maintenant strictement sur sa voie. Nissan va moins loin pour l’instant que Tesla qui permet à ses véhicules de circuler sur une route à sens unique séparée par un terre plein, ce qui inclut donc les routes nationales.

Nissan a déjà longuement détaillé les capacités de ProPilot  :

« Une fois activé, la technologie Nissan ProPilot régule automatiquement la distance qui sépare le véhicule Nissan de la voiture qui le précède. Le tout, en roulant à une vitesse prédéfinie par le conducteur (entre 30 et 100 km/h). Le système s’assure également que la voiture reste dans sa file en détectant les marquages au sol et en contrôlant la direction. Et ce, y compris dans les virages. Le système Nissan ProPilot freine instantanément jusqu’à ce que le véhicule Nissan s’immobilise complètement. Le véhicule Nissan demeurera alors à l’arrêt même si conducteur n’appuie pas sur les freins. Lors du redémarrage, la technologie Nissan ProPilot est activée dès que le conducteur touche la commande située sur le volant ou appuie légèrement sur l’accélérateur ».

[ot-video type= »youtube » url= »https://www.youtube.com/watch?v=rnke9JkPfUI »]

Et ce n’est qu’un premier pas pour Nissan. En effet, la firme nippone compte dôter ProPilot de capacités élargies dans les prochaines années. Une version « next generation » du logiciel est prévue pour 2018 qui permettra une conduite sur plusieurs files et le changement automatique de voie sur l’autoroute. Préférant maitriser sa technologie plutôt que de foncer tête baissée, Nissan prévoit enfin pour 2020 un véhicule capable de circuler en ville, de gérer les intersections et les embouteillages. Donc de réaliser des “tâches complexes”. A terme, le développement de ProPilot autorisera l’automobiliste à rouler de façon autonome dans n’importe quelle situation de conduite.

Si la technologie ProPilot est pour l’instant réservée au marché japonais et disponible uniquement sur le monospace Serena, vous pourrez néanmoins la tester en France dès l’année prochaine car elle équipera certains modèles Qashqai.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.