in

[Dossier] Des missions humanitaires connectées, une solution ?

Missions humanitaires

D’ordinaire les objets connectés visent les pays développés, les pays pour lesquels il n’y a pas d’eau courante ne se préoccupent certainement des objets connectés. D’ailleurs, beaucoup ne sont pas équipés de l’Internet. Cependant, certaines entreprises se sont intéressées à ces pays, aux missions humanitaires qui y sont effectuées, pour développer des objets pouvant aider ces populations. Des solutions qui peuvent être mises en place lorsque des pays, comme le Népal il y a peu, sont touchés par de graves catastrophes.

Des projets de connexion internet en Afrique et en Asie

Le manque de personnel médical dans les pays d’Afrique est souvent au cœur de l’actualité. Mais finalement, les objets connectés pourraient jouer un rôle dans l’intervention des professionnels de la santé. Ils permettent aux médecins isolés de visiter leurs patients de manière complète en envoyant les résultats aux centres médicaux se trouvant dans les grandes villes du pays. Oui mais, dans les pays africains où trouver la connexion internet ? Car selon l’Union internationale des télécommunications, moins de 20 % de la population africaine a accès à internet.

Connexion

Avec de grandes entreprises telles que Google ou encore Facebook qui souhaitent apporter des connexions internet en Afrique et en Asie, autant utiliser cette connexion à bon escient. Le moteur de recherche souhaite mettre en place son projet Loon qui consiste à connecter des régions du monde n’ayant pas d’accès à internet à l’aide de ballons satellites. Plus précisément, des ballons dirigeables d’environ 15 mètres de diamètre perchés à 20 km au-dessus de nous. Cela ayant pour but de déployer une connexion Internet d’assez bonne qualité, chaque ballon pouvant couvrir un rayon d’environ 40 km. Quant à Facebook, la société a récemment mis au point Internet.org. Cette application n’est pour l’instant accessible qu’en Zambie mais devrait être étendue aux autres pays africains. Elle permet à toute personne possédant un téléphone portable d’avoir accès gratuitement à certains services d’internet. Des services tels que Facebook, la météo, Wikipedia ou encore Google.

Loon

Un premier pas donc pour la connexion Internet dans les pays isolés.

Des objets connectés adaptés aux missions humanitaires

Régulièrement, nous voyons dans l’actualité des missions humanitaires pour venir en aide aux pays pauvres. Il est difficile de trouver des bénévoles mais également des dispositifs de qualité pour surveiller et soigner les personnes qui en ont besoin. Il n’est donc pas rare que de nombreux habitants restent sans soin durant toute leur vie. Dans les pays développés, ces cas là sont très rares et nous utilisons les objets connectés à la fois comme des appareils pratiques au quotidien mais également comme des objets tendances. Ces dispositifs ont pourtant montré de grandes capacités dans de nombreux domaines et sont créés de sorte à engranger bon nombre de données. Alors, certaines personnes et entreprises ont réfléchi à des dispositifs connectés qui pourraient aider la population dans les pays pauvres mais également lors de missions humanitaires. Cela permettrait d’allier connexion internet et objets connectés à des fins vitales.

Cardiopad

Ainsi, nous avons pu voir Arthur Zang, lauréat du prix Rolex, qui a récemment créer le Cardiopad. Le Cardiopad est une tablette permettant de contrôler son rythme cardiaque et sa tension artérielle. L’appareil fonctionne avec un réseau mobile et envoie les données collectés aux cardiologues des grandes villes. Le manque de médecin est cruel dans certains pays d’Afrique et d’Asie, cet appareil peut donc sauver de nombreuses vies. Il est actuellement utilisé au Cameroun où l’on compte moins de 50 cardiologues pour plus de 20 millions d’habitants. Ce dispositif pourrait également voir le jour dans d’autres pays pour soigner au mieux les habitants. Neeti Kailas, une autre lauréate du prix Rolex, utilise quant à elle des tablettes connectées pour diagnostiquer les problèmes d’auditions chez les nourrissons en Inde.

Malheureusement, de nombreuses zones dans le monde ne permettent pas encore d’être bien soignée. Le monde du connecté s’ouvre de plus en plus aux pays ayant besoin d’aide.

Afrique

D’autres projets sont en cours de développement comme le Peek Retina qui permettrait d’examiner l’œil des patients grâce à un smartphone connecté. L’appareil pourrait détecter une cataracte, un glaucome et d’autres maladies oculaires, prises à temps ces maladies pourraient être soignées. Un réel intérêt quand nous connaissons le nombre de personnes devenant aveugles faute à un manque de soins. Un bon assistant pour les médecins qui sont en très faible nombre dans les pays pauvres et qui souhaitent surveiller et soigner un maximum de patients.

Pour lutter contre les maladies développées dans les pays pauvres, certaines entreprises ont mis au point des thermostats à infrarouge pour prendre la fièvre des habitants sans contact direct. Ils ont d’ailleurs été utilisés lors du virus Ebola. De nombreux objets de ce type existe pour veiller à la bonne santé des habitants sans en contaminer de nouveaux. Peu à peu le marché du connecté s’ouvre aux pays pauvres dans le but de leur venir en aide.

Solidarité

Les pays sous-développés doivent également faire face à de nombreux séismes et dans ce cas-là ce ne sont plus seulement les soins mais également la nourriture et l’eau qui sont désirées. Pour cela, une entreprise californienne développe un réseau : le Matternet. Ce réseau est composé de drones humanitaires qui ont la capacité de délivrer des vivres, des médicaments ou autres produits dans les zones difficiles d’accès. Une vraie avancée pour l’humanitaire quand l’on sait combien il est difficile d’atteindre des zones totalement ravagées. Ces drones sont autonomes grâce à leurs capteurs de reconnaissance de terrain et au GPS intégré. Ils peuvent transporter 2kg de vivres et peuvent parcourir près de 10km en 15 minutes et aller se recharger à l’aide de stations mises en place dans le réseau. L’objectif est de rendre ces drones encore plus puissants pour qu’ils puissent porter des charges plus lourdes et aider plus de population.

drone

L’association UAViators met en relation des drones avec des organisations sur le terrain pour pouvoir ravitailler la population avec des vivres. Fonctionnant en 3G et 4G grâce à leur antenne relais, ils peuvent rapidement porter secours.

La connexion internet arrive petit à petit dans les pays pauvres et pour l’accompagner certaines personnes et entreprises désirent donner un monde meilleur aux habitants de ces pays. Ils proposent pour cela des objets connectés pouvant être très utiles lors de missions humanitaires mais également pour le quotidien de ces populations. Une fenêtre s’ouvre enfin pour ceux qui en ont le plus besoin.