in

Destination Finale : les films d’horreur classés du pire au meilleur

Celui avec le crash ou celui avec l’accident sur le pont ? Voici le classement du pire au meilleur des films Destination Finale.

La série de films Destination Finale voit ses personnages chassés par la mort elle-même. Cette franchise masque son message sombre avec des couleurs vives et des meurtres inventifs qui s’abattent sur les victimes tels des pièges à souris. Au fond, elle montre que tout le monde meurt un jour, qu’importe les dispositions prises. Voici du pire au meilleur les cinq films composant cette franchise.

Le film destination finale 4 de 2009

Normalement, les scènes de commencement des quatre autres films de la franchise puisent dans les peurs universelles. Elles soulignent dès le départ que la vie quotidienne est pleine de dangers. Ce n’est pas le cas avec ce quatrième film qui débute avec une course à grande vitesse sur une route normale. On ne ressent pas les sentiments de surprise et la sensation de menace qui devraient planer. Ses scènes sont aussi nulles, car ce film a en effet été conçu pour un visionnage en 3D.

pCloud Solde d'été 2022

Destination finale 2 de 2003

Il y a une différence notable entre la qualité du quatrième et du deuxième film de cette franchise. Ce deuxième film essaie de résoudre les problèmes du premier film tout en ne ramenant qu’un des deux survivants. Il est trop compliqué et assez stupide, mais ses nombreuses bonnes séquences réussissent toutefois à augmenter sa qualité.

Destination finale 5 paru en 2011

Ce cinquième film de la franchise a lui aussi été tourné en 3D comme la version 2. Il réussit cependant à s’en démarquer en mettant en scène du spectacle et de la terreur. Le début du film est d’ailleurs marqué par un désastre routier qui est cette fois-ci un effondrement d’un pont et non un accident. On y assiste aussi à l’essai d’un des personnages de tromper le dessein de la mort en déséquilibrant sa balance avec la vie. Il semble qu’il existe en fin de compte un moyen assez simple de rééquilibrer cette balance sans devoir mourir soi-même.

Le premier opus de la franchise paru en 2000

Ce film se classant, à l’époque, dans un nouveau genre est plutôt génial. Il navigue sur des clichés d’horreur. On y voit des personnages jeunes et branchés, mais ne surmontant pas leur passé et ne triomphant pas contre un méchant. Il n’est pas effrayant en lui-même, mais il insinue perfidement que la mort est inévitable.

Le troisième titre de la franchise, sorti en 2006

Destination Finale 3 fait l’unanimité chez le public. Après le premier opus incompris, le second confus, le troisième épisode voit James Wong et Glen Morgan dessiner le contour final de la franchise. Ce titre est une méditation aux couleurs vives, au rythme rapide et donnant des manières toutes aussi inventives qu’idiotes de mourir.

Il débute par une scène d’une montagne russe qui déraille entraînant la mort de quelques personnages. Dans la suite, on voit des décès complexes nourrissant notre anxiété face à notre propre mort.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.