in

Beresheet, le premier robot lunaire low-cost israélien

Beresheet

Beresheet, le robot créé par une fondation israélienne et financé par des dons privés vient de quitter la Terre. Objectif Lune pour ce projet qui n’a pas vraiment d’équivalent.

Si Elon Musk essaie de rendre le voyage spatial plus abordable, il y a encore du chemin à parcourir. Cependant, le robot Beresheet qui a décollé dans la nuit de jeudi à vendredi ouvre la voie.

Beresheet robot lunaire

Beresheet a été propulsé par un Falcon 9 de SpaceX

Pas financé par des Américains, ni des Russes, ni des Chinois. C’est bien simple, Beresheet est unique en son genre, en reposant seulement sur des financements privés. C’est un robot de 180 kilos qui s’est donc envolé à bord d’une fusée Falcon 9 de SpaceX, la compagnie d’Elon Musk, et mise sur la gravité pour arriver à bon port. Il va faire trois fois la tour de la Terre puis deux fois  celle de la Lune. Atterrissage prévu le 11 avril. A son bord, un appareil qui servira à étudier les ondes magnétiques lunaires. Toutefois, il n’a pas vraiment de grandes ambitions scientifiques.

Beresheet est plutôt destiné à servir d’inspiration comme on peut le lire sur le site de la fondation, ce robot servira à «faire avancer la cause des études scientifiques et d’ingénierie et donner le goût à la jeunesse des opportunités que leur offre le futur ». Ce robot compte surtout un budget de moins de 100 millions de dollars, un format vraiment low-cost comparé à la concurrence. Récemment la Chine est allée sur la Lune. Le coût de son programme spatial est de 8 milliards de dollars par an.