in

Bell Labs teste la résistance des objets connectés

Chez Alcatel-Lucent, c’est à la sécurité et la résistance des objets connectés sur lesquels on se penche. C’est ainsi que ses laboratoires Bell Labs présentent plusieurs prototypes intéressants.

Implantés dans pas moins de 7 pays (Allemagne, Belgique, Chine, Grande-Bretagne, Etats-Unis, Israël et la France), les Bell Labs sont au cœur de la recherche chez la multinationale française. Avec des antennes spécialisées dans les domaines de la 4G, 5G, des les réseaux optiques, ou encore de la sécurité, c’est à l’occasion des Future X days que les laboratoire présentent ces prototypes.

Il faut savoir que ces centres collaborent avec d’autres entreprises à l’image bases à Villarceaux et Lannion en ce qui concerne l’hexagone. L’idée étant pour Alcatel-Lucent de s’inscrire dans une véritable démarche « d’innovation ouverte ». Le kit 4G for IoT présenté récemment constitue d’ailleurs un exemple de cette démarche, issu d’une collaboration avec Samsung notamment. Jean-Luc Bellat, président du groupe s’explique : «  l’Open innovation, cela fait 10 ans que l’on en parle chez nous et que nous collaborons avec d’autres sociétés. Cette démarche permet d’aller vite, de connecter un grand monde et de mélanger beaucoup de choses. Certains projets n’aboutissent pas mais ils nourrissent la réflexion. Par exemple, l’ordinateur quantique n’est pas nouveau mais il peut tout de même aboutir à quelque chose. On a beaucoup de déchets mais on doit prendre ces enjeux-là ».

Les recherches des Bell Labs ont dont donné lieu à l’aboutissement de trois projets pour accompagner les professionnels dans l’usage d’objets connectés. Les domaines de ces projets se caractérisant par une variété assez large.

Tests de résistance

Les laboratoires de la multinationale sont équipés pour tester l’ensemble des puces en vente sur le marché et surtout en passe d’être commercialise. Ceci permet notamment aux chercheurs de pouvoir vérifier si leurs composants fonctionnent avec les fréquences et antennes présentes sur le territoire.

0190000008073758-photo-indoor-gps-tracking
Le GPS amélioré

Mais au-delà des puces d’appareils mobiles, c’est à l’ensemble des objets connectés que les laboratoires ont maintenant pour ambition de se pencher. Le directeur de la division des objets connectes au sein de ces « centres d’excellence » apporte des explications : « Nous sommes dans une logique de crash tests. Nous fonctionnons avec des étudiants sur la partie sécurité du dispositif et testons l’ensemble des failles de sécurité. Nous enverrons les informations au constructeur, qui va ensuite pouvoir corriger son produit ».

Surfshark

Préciser la localisation d’objets connectés ou encore une meilleure protection des clés USB contre les malwares sont également en étude dans ces centres. Un des projets présentés est notamment une amélioration des GPS pour ramener leur portée d’un mètre de différence à 10 centimètres. Ceci serait au travers d’un boitier éclairant par des LED, mis au point par le Dr Siu Wai Ho. Les enjeux sont nombreux pour les Bell Labs à travers la réalisation de ces différents travaux ; scientifiques, économiques, commerciaux. Les contacts et les partenariats devraient donc se développer pour cette multinationale française, qui compte sur le marché des entreprises, même si certains de ces prototypes pourraient ne jamais passer le test de la commercialisation.

source