in

Heaviside, l’avion-VTOL de Kitty Hawk avec une autonomie de 160 km

Kitty Hawk, avion-VTOL Heaviside au sol

Kitty Hawk, la start-up de Larry Page (cofondateur de Google), a dévoilé son troisième appareil volant baptisé Heaviside.

Entre autres, l’avion électrique peut voler d’une traite sur 160 km (100 miles). En plus d’être silencieux, l’aéronef est aussi rapide puisqu’il effectue 88 km en 15 minutes. On peut avoir un aperçu de l’engin dans cette vidéo publiée sur YouTube le 3 octobre :

Kitty Hawk reste muet sur le Heaviside

Heaviside (raccourci en HVSD) demeure un véritable mystère sur le plan technique, et Kitty Hawk ne semble pas pressée de le dévoiler. En tout, on sait simplement que 8 rotors permettent d’élever la carcasse orange et noir de l’avion-VTOL dans les airs.

Pour note, on appelle VTOL (pour Vertical Take-Off and Landing) un aéronef capable de décoller et d’atterrir verticalement. À part cela, rien à signaler. Par exemple, aucune information sur le moteur ou encore la batterie n’a fuité jusqu’à présent.

Kitty Hawk, avion-VTOL Heaviside en plein vol

Un avion furtif et endurant

L’un des points forts du Heaviside mis en avant par Kitty Hawk est son silence. Ainsi, un hélicoptère produit des nuisances sonores qui atteignent 80 dBA en décollant et 60 dBA à une altitude de 1 500 pieds. Si de son côté le Heaviside est tout aussi bruyant au départ, il n’émet que 38 dBA à 1 500 pieds.

Pour Kitty Hawk, le but est de proposer une solution au vacarme causé par les hélicoptères dans les grandes villes. Et si l’entreprise tient sa promesse des 160 km d’autonomie, l’engin pourrait bien remporter la bataille des taxis aériens (au grand dam de Uber).

Car l’autonomie constitue le point faible des voitures volantes électriques. De fait, voler nécessite une quantité phénoménale d’énergie. En plus, le poids élevé des batteries actuelles ne facilite aucunement la tâche. Si on mettait sur un aéronef la technologie qui propulse une Tesla Model 3, l’engin n’embarquerait que 2 passagers et ferait seulement quelques kilomètres avant de tomber en panne.

Comme solution, Kitty Hawk a réduit au maximum le poids du Heaviside. Pour cela, l’appareil n’a de place que pour le pilote. On peut donc raisonnablement douter de la viabilité de son usage en tant que taxi. Bien sûr, il reste la possibilité d’un engin 100 % autonome. Mais Larry Page devra se dépêcher parce que Uber prévoit de lancer sa flotte aérienne en 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.