in

Disney se lance aussi dans le métavers

Tout le monde se retrouve pratiquement sur la même piste de danse. Après Epic Games, Microsoft, Meta, Unity Technologies… voilà que Disney pense rejoindre le métavers.

Rejoindre le métavers, une idée qui fait son chemin chez Disney

C’est lors de l’annonce des résultats annuels que le PDG de Disney, Bob Chapek a évoqué la possibilité de rejoindre le métavers. Il en a parlé auprès de leurs actionnaires en soulignant la longue expérience de Disney dans l’utilisation de la technologie. La firme est l’un des pionniers dans son exploitation pour optimiser l’expérience de divertissement. Cela est largement illustré par ses œuvres au cinéma ou encore Disneyland.

Le PDG a continué sur sa lancée par des arguments-chocs. Il a avancé que leurs efforts pourraient être considérés comme un prologue à la connexion du monde physique à celui virtuel. Cela leur permettrait une narration sans frontières dans leur propre métavers Disney. Bob Chapek voit dans le métavers un potentiel illimité pour les cent prochaines années de la Walt Disney Company.

La perspective de combler l’espace entre le monde virtuel et le monde réel intéresse de nombreuses entreprises technologiques. Facebook récemment rebaptisé Meta et Microsoft essaient d’ailleurs déjà de prendre le contrôle de cet avenir virtuel.

Disney et le métavers, des destins liés ?

Étant donné la propriété intellectuelle détenue par Disney, son intérêt à rejoindre le métavers n’a rien de surprenant. Cette société n’aura aucun mal à créer du contenu pour son propre métavers sans rencontrer des problèmes de licence.

Elle n’aura qu’à exploiter ses propriétés Walt Disney, Pixar, Marvel, Star Wars, 20th Century… Disney peut même refuser sans crainte ses propriétés à d’autres potentiels métavers. Il faut aussi considérer ses expériences réussies de franchissement des frontières numériques et physiques avec ses parcs et autres expériences.

On ne connait pas encore l’étendue de l’implication de Disney dans le métavers. De plus, certains insinuent que l’annonce ne serait qu’une tentative de diversion face à des chiffres peu reluisants sur le dernier trimestre de Disney Plus. La puissance de cette société est toutefois certaine lors de sa quasi certaine implication dans le métavers.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.