in

BeatBringer : L’esprit hip-hop dans une enceinte connectée

L'enceinte BeatBringer se porte comme un sac à dos.

Au début des années 90, il était courant de voir des jeunes marcher en ville avec une enceinte sur l’épaule. Appelées « boombox » ou « ghetto blasters », ces symboles de la culture hip-hop ont peu à peu disparu pour faire place aux téléphones portables, avec ou sans écouteurs. Une campagne Kickstarter tente de faire renaître le concept avec le BeatBringer, une enceinte connectée en Bluetooth portée comme un sac à dos.

BeatBringer : un concert sur le dos

Le BeatBringer se veut extrême dans sa démarche. Il ne s’agit pas de transporter facilement une petite enceinte pour profiter de sa musique en soirée, mais bien de transporter avec soi un équipement sonore de la meilleure qualité possible sans que son poids ne devienne handicapant.

L’enceinte peut envoyer jusqu’à 110 décibels grâce à quatre haut-parleurs, deux pour les graves et deux pour les aigus, spécialement optimisés pour une utilisation en extérieur. Cela revient quasiment au volume sonore que l’on pourrait entendre lors d’un concert.

L'enceinte BeatBringer dispose de 110 décibels de puissance.

L’appareil a une autonomie de 15 heures, même à haut volume, ce qui est assez impressionnant. Si jamais vous veniez à tomber à court de batterie malgré cela, le BeatBringer dispose d’un compartiment spécialement réservé pour déposer une batterie de rechange.

L’enceinte se connecte en Bluetooth, en NFC (Communication dans un champ proche), ou avec un câble Jack. Avec un câble, il est même possible de relier plusieurs enceintes ensemble si vous voulez mettre en place un vrai dispositif de concert.

Il est facile de transporter une batterie de rechange pour le BeatBringer.

Puissant et résistant

Les ghetto blasters sont également liés à la culture des sports de glisse en milieu urbain. Si vous aimez vous adonner au skate, le BeatBringer est équipé d’une carapace en polymère afin de la protéger des chocs qui ne manqueront pas de l’atteindre si vous tombez en le portant. De plus, les haut-parleurs sont recouverts d’une membrane résistante à l’eau.

Le BeatBringer dispose de quatre haut-parleurs.

Bien que plus légère que la Phantom de Devialet, cette boombox pèse 6 kilos, ce qui n’en fait pas l’enceinte portable la plus maniable du marché. Mais là n’est pas son but, elle vise surtout à capter l’attention et à faire revivre l’esprit ghetto des quartiers américains des années 90. Si c’est cet aspect précis qui vous attire, vous serez sûrement intéressé par le modèle en édition limitée qui porte un graffiti original de l’artiste Becomone.

Le BeatBringer est réglable comme un ampli de musique.

Le style à quel prix ?

Le BeatBringer est prévu à un prix de départ de 625$ (environ 565€), il est cependant possible de le précommander sur la page Kickstarter du projet pour 550 ou 595$ (respectivement 497 et 538€) selon la rapidité de votre démarche. Enfin, le modèle spécial portant l’œuvre de Becomone sera quant à lui bien plus cher, à 895$ (809€).

Malgré ses 6 kilos, le BeatBringer reste facile à transporter.

Il reste 27 jours au projet pour réunir environ 47 000€. Si cet objectif venait à être dépassé, les créateurs du BeatBringer ont déjà prévu des modèles de couleurs différentes ou encore un système pour relier plusieurs enceintes entre elles sans fil.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.