in , , ,

« Revolt » : drones et réalité virtuelle pour le nouveau clip de Muse

Muse Revolt Clip

Le groupe britannique Muse vient de dévoiler son nouveau clip. Au programme, futur, drones et réalité virtuelle.

Dans les bacs depuis le début de mois de juin. « Drones » du groupe britannique Muse dépeint un monde ravagé par la troisième guerre mondiale. Le nouveau clip du groupe, « Revolt », ne déroge pas à la règle. On se retrouve plusieurs années dans le futur où se mêlent drone, manifestants et force de l’ordre. D’ailleurs, de très nombreux plans ont été filmés avec des drones. En bonus, le groupe annonce qu’une version en réalité virtuelle est disponible. Il suffit de télécharger le clip sur l’application Vrse. « En 2025, des drones du gouvernement filent à travers le ciel, et la liberté a été bannie. Jusqu’alors…  » peut-on lire au début du clip que l’on vous laisse découvrir :

« Nous sommes très heureux de partager cette vidéo énorme que nous avons tournée à Prague pour notre dernier single, « Revolt », indique Muse sur les réseaux sociaux. Nous voulions que la vidéo soit tournée en noir et blanc, en n’utilisant de la couleur que pour représenter la révolution.« 

Muse se pose des questions sur l’usage des drones

Amateurs de la théorie du complot, Muse s’interroge sur les drones et leur utilisation en général. Un point de vue que le chanteur, Matthew Bellamy avait expliqué à nos confrères de Metronews au moment de la sortie de l’album : « J’ai lu beaucoup de documents sur ce sujet avant même de penser à en faire des chansons, notamment un livre intitulé Predators, qui évoque l’usage des drones à des fins militaires entre 2000 et 2010. J’ai été très surpris par la violence du dispositif et je me suis renseigné sur la prochaine étape qui consiste à combiner les drones avec l’intelligence artificielle. C’est devenu le thème central de l’album, c’est l’exact opposé de la vraie émotion humaine. Ça fait longtemps que ces idées existent, mais les drones repoussent les limites de l’acceptable. Je voulais parler des dangers inhérents à ces nouvelles technologies, du manque d’empathie qu’elles peuvent engendrer. Tous les plus grands dirigeants privilégient l’efficacité, la rationalisation des moyens et les statistiques et oublient souvent le côté humain. » 

Dans le clip du premier single « Dead Inside », des danseurs aux yeux entièrement noirs s’animaient déjà entourés de drones qui les survolaient. Reapers, autre titre de l’album dévoilé, la vidéo dépeint les drones militaires comme des instruments de meurtres à distance que l’on pilote comme un jeu, protégé par les autorités. 

Que l’on aime ou pas le groupe, ils posent tout de même des questions sur les usages que l’on fait de cette nouvelle technologie. Et on ne parle pas de vos drones de loisirs comme ceux de Parrot (qui présentera d’ailleurs bientôt son Bebop Drone 2) mais bien d’appareils militaires qui sont utilisés pour tuer. Même si ces pratiques permettent de réduire les pertes d’une nation engagées dans un conflit armé, la notion morale de leur utilisation est au centre des questionnements. Les détracteurs comme les défenseurs sont très nombreux et il n’y a pas de doute sur le fait que le débat risque d’être alimenté pendant un moment.

Une scène à 360 degrés avec des drones

Le chanteur  de Muse a aussi annoncé que les drones feront partie intégrante du show : « On va rajouter des drones pour rajouter une sensation de paranoïa, que les gens réalisent la sensation d’être ciblés. Il n’y a aucune possibilité de répondre à ce genre d’attaques, c’est la chose la plus mystérieuse possible. » Un show à 360 degrés qui va passer par de très nombreuses villes du monde, dont Paris. Le groupe pose ses valises pendant 1 semaine à l’AccorHotel Arena, le nouveau nom de Bercy les 26, 27, 29 février et 1, 3 et 4 mars. Toutes les places ont été vendues en quelques heures…

muse-drones-tour

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.