in

Microsoft travaille sur un appareil pliable avec charnière à liquide

détail de l'appareil pliable de Microfost dans son brevet

Après Samsung, Microsoft plancherait sur un appareil Windows pliable à double écran pour sa gamme Surface.

En tout cas, c’est ce que laisse penser un brevet déposé par l’entreprise et repéré par le site WindowsUnited (via The Verge). D’après le document, l’engin ressemble au Courrier, un concept développé par la firme à la fin des années 2000 et qui n’a jamais été commercialisé.

les deux parties de l'appareil pliable de Microfost dans son brevet

Microsoft veut plus que du pliable

Avec le nom de code Centaurus, le nouveau bébé de la société de Bill Gates dispose d’une charnière spéciale. Ce dernier utilise un liquide pour réduire la pression exercée sur l’écran. Concrètement, le fluide peut remplir les cavités qui entourent la dalle flexible, l’aidant à se plier dans diverses directions.

Dans son brevet, Microsoft prend l’exemple d’un appareil composé de deux parties séparées et reliées par un écran OLED pliable. Pour note, il faut se souvenir que les Surface ont souvent eu des charnières très complexes, notamment les ordinateurs Surface Book. Le géant américain continue donc la tradition.

Un brevet qui en dit long…

Si l’on en croit les illustrations du document, la structure de cette charnière particulière permet d’éviter que des débris ne s’y infiltrent. Il faut signaler que les péripéties malheureuses du Galaxy Fold ont notamment été causées par ce problème précis. Pour Microsoft, le but est donc de ne pas tomber dans le même piège pour son premier appareil pliable.

L’autre détail intéressant de ce brevet est le fait qu’il a été déposé par Microsoft technology licensing, la branche de l’entreprise chargée des licences. Ainsi, on peut s’attendre à ce que la charnière se retrouve sur les produits d’autres marques. Cette perspective est d’autant plus plausible que Microsoft et ses partenaires travaillent sur un Windows Lite pour formats flexibles.

Comme tout dépôt de brevet, il faut toujours préciser que ce produit peut ne jamais se retrouver sur les étals. Néanmoins, des appareils précédents de la firme avaient aussi été repérés avant leurs sorties grâce à ce genre de document. Alors, tout reste possible.

One Comment

Commenter
  1. Il est plutôt malin de remplacer une articulation mécanique par une structure souple. C’est aussi une évolution « normale » de ce produit. Les lois d’évolution de TRIZ (méthode de résolution inventive de problèmes techniques) indiquent qu’une architecture de produit évolue par son dynamisme de la manière suivante :
    structure rigide ? articulée ? flexible ? fluide ? utilisation de champs
    Après avoir connu les 2 premières étapes, ce brevet illustre la 3ème. Reste à inventer les 2 dernières 😉
    A bientôt,
    Laurent

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.