in ,

Ces policiers ont préféré jouer à Pokémon Go plutôt qu’attraper un cambrioleur !

Deux policiers ont délaissé leur travail pour « tous les attraper » dans Pokémon Go, selon des documents judiciaires fraîchement publiés.

Cet incident de 2017 explique comment un jeu peut nous rendre addicts. Lozano et Mitchell, deux officiers de police de Los Angeles, ont ignoré un appel de renforts pour une chasse au Ronflex. Ils ont été aussitôt retirés de leurs fonctions. Plus tard, ils ont plaidé à ce qu’on leur permette de reprendre leur activité. Mais un juge a récemment rejeté leur demande, ce qui a réveillé l’attention sur l’affaire.

Bref résumé du dossier des policiers accros à Pokémon Go

Selon les documents judiciaires, les deux policiers — on a découvert plus tard qu’ils étaient fans de Pokémon Go, le jeu en réalité virtuelle basé sur les Pokémon — étaient dans leur voiture de fonction quand tout a commencé. Ils ont reçu l’appel de leurs collègues, leur informant qu’un vol s’est produit au sein du centre commercial Crenshaw — une zone à proximité — et que ces derniers auraient besoin de renforts.

Mais les deux officiers ont ignoré la demande et ne se sont jamais rendus sur les lieux de l’incident. Au contraire, ils se sont déplacés vers un autre endroit. D’après leurs explications, ils ne pouvaient pas entendre leur signal radio à cause des bruits qu’il y avait sur l’emplacement de départ. Mais leur supérieur n’en croyait pas un mot.

Lors de la vérification de la vidéo à bord du véhicule, l’agent Mitchell a alarmé Lozano sur l’apparition du Ronflex dans un carrefour à proximité. Par la suite, les deux flics ont discuté sur comment y accéder au plus vite.

Rien ne vaut un Ronflex et un Togetic…

Laissant complètement leur boulot à l’abandon, les deux policiers se sont engagés dans les aventures de Pokémon Go. D’abord, Mitchell a proposé un itinéraire, puis disait à Lozano : « Nous avons quatre minutes ». Le DICVS a révélé que pendant 20 minutes, ils se déplaçaient sur plusieurs zones où les créatures virtuelles sont apparues selon leurs téléphones.

Surfshark

Alors qu’ils se rendaient vers le Ronflex, Mitchell a alerté Lozano qu’« un Togetic venait d’apparaître », précisément dans le quartier de Crenshaw. Finalement, les deux n’ont pas mis la main sur le cambrioleur. À la place, Mitchell a choppé le Ronflex et Lozano le Togetic.

Après ces preuves évidentes, ces derniers ont accusé le LAPD d’avoir violé leur vie personnelle en écoutant leurs conversations privées. Mais le juge ne leur a pas donné tort. Cet évènement s’est produit dans les mois suivant le lancement de Pokémon Go en 2016, quand l’engouement pour le jeu était à son paroxysme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *