in

Tundra : nouveau cador dans la conception de drones ?

Le Tundra est un drone polyvalent. Si les drones à utilisation dans un seul domaine font part entière du marché, le Français Hexadrone veut s’en détacher. Pour cela il a passé plus de trois ans de recherche et développement, d’essais et d’itérations. Modulable et à multifonctions, le Tundra a été officialisé le 30 avril 2021.  

C’est en 2014 qu’Alexandre LABESSE fonde Hexadrone. A ses débuts la société fabriquait des pièces uniques montées de façon quasi artisanale dans ses locaux-ateliers. “Créés selon un cahier des charges transmis par des clients aux besoins spécifiques” chaque drone était donc différent et unique. Par la suite le Français a décidé de tenter le pari d’un drone professionnel. 

La multifonctionnalité : un objectif

Hexadrone a développé le Tundra avec un objectif simple : confectionner un drone capable d’être utilisé dans divers domaines. Un appareil avec une structure modulable qui permet d’avancer dans différents projets.  

L’entreprise a fait le tour de plusieurs salons nationaux et internationaux liés aux univers militaires (Milipol, Eurosatory, Sofin) aéronautique (Le Bourget) ou encore le fameux CES de Las Vegas qui présente les technologies de demain. 

Avec ces expériences acquises Hexadrone voulait surtout connaitre les besoins du marché. Ce qui a permis de développer plus efficacement le concept du Tundra. De quoi permettre à l’entreprise de devenir un réel patron.  

Un savoir-faire français

Le Tundra est entièrement fabriqué en France. Que ce soit au niveau de sa structure composée d’un châssis, d’un corps et de bras 100% français. Ou de sa conception dans des locaux de Haute-Loire.  

Œuvrant beaucoup pour les communautés French Tech et French Fab, Hexadrone souhaite faire avancer le made in France. Travailler avec des acteurs locaux permet en effet de mieux suivre les étapes de fabrication par circuit court.  Offrant à l’entreprise une traçabilité des composants plus facile. 

« Cette démarche nous a en outre permis d’instaurer une véritable relation de confiance avec ces industriels, aujourd’hui très engagés dans la R&D du projet Tundra » explique Alexandre Labesse. 

Un drone qui met en avant sa modularité

Le Tundra se distingue par plusieurs innovations majeures qui lui permettent une certaine modularité. 

« Son corps a été développé pour être aussi standard que possible”, permettant une production en série facile mais aussi de “connecter des accessoires et capteurs déjà existants sur le marché, ou d’en développer de nouveaux” explique la marque.  

Cela permet de faciliter l’ajout de nouvelles fonctionnalités, évitant ainsi l’obsolescence. Une idée qui se poursuit avec des bras facilement interchangeables permettant de personnaliser l’appareil à l’infini sur des paramètres comme le poids, la dimension ou l’endurance.  

Le drone proposé par le Français est résistant aux intempéries, et bien plus performant que les anciens modèles. Un projet qui a subi de nombreuses phases de test. S’ensuit alors logiquement le dépôt de trois brevets. 

De plus, l’usage et l’esthétique du Tunder a valu à sa version Beta d’obtenir en 2018 le prestigieux Red Dot Design Award. 

Deux modèles de Tundra

Comme l’explique la marque : “Le Tundra est vendu sous deux formes dédiées aux intégrateurs : RTD et ARF : 

-RTD (Ready To Develop) : Cette version, déjà assemblée, intègre un contrôleur de vol Cube, programmé, ainsi que toute l’électronique de vol. Elle permet d’embarquer jusqu’à 4 kilos de charge utile et d’une autonomie jusqu’à 1 heure. 

-ARF (Almost Ready to Fly) : Dans cette version le drone est livré en kit. La machine doit être montée et câblée par son utilisateur qui a ensuite le loisir d’ajouter l’électronique de vol, les capteurs et accessoires qui lui, pour en faire une machine complètement personnalisée. 

Pour ces deux versions, deux types de bras X4 sont disponibles : 

-Endurance : ces bras permettent de voler jusqu’à 1 heure à vide et d’emporter jusqu’à 4 kg. Le drone peut effectuer jusqu’à 40 minutes de vol 

-Urbain : cette configuration permet de passer sous la barre des 8 kg, pour l’homologation S3 selon la réglementation française. 

Des versions prêtes à voler seront proposées dans le futur avec des kits d’applications spécifiques associés et spécifiquement conçus pour certains besoins métier” annonce Hexadrone. Avec le Tundra, la société compte bien s’imposer dans le monde des objets volants. L’entreprise offre au marché du drone une nouvelle conception de son utilisation qui pourrait bien un jour faire une activité et le lendemain une tout autre. Son point fort est donc forcément sa polyvalence. Peut-on enfin dire que le drone Français entre dans la course ? 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.