in

Un technicien de sécurité a piraté les caméras de surveillance de ses clients

technicien caméras sécurité

Le technicien a piraté les caméras de sécurité et il a ajouté son courrier électronique aux comptes des gens afin de pouvoir regarder leurs flux vidéo.

Un ancien employé de la société de sécurité ADT a admis avoir pénétré par effraction dans les caméras qu’il avait installées chez des utilisateurs dans la région de Dallas pour surveiller leurs moments privés.

Le technicien des caméras de sécurité a admis les faits

Telesforo Aviles a plaidé coupable de fraudes informatiques et risque maintenant jusqu’à cinq ans de prison fédérale. Selon le ministère de la justice, le technicien a admis qu’il prenait note des maisons des femmes qu’il jugeait attirantes pour se connecter à leurs comptes et regarder les images de leurs caméras de sécurité pour son plaisir sexuel.

Il a pu accéder aux images des clients en ajoutant ses adresses électroniques à leurs comptes « ADT Pulse ». Aviles a parfois ajouté son adresse à leur insu, mais il leur a aussi parfois dit qu’il avait besoin d’un accès temporaire à leurs comptes à des fins de test.

Dans ses documents de plaidoyer, il a dit avoir accédé aux comptes de plus de 200 clients inscrits au service domotique d’ADT et ce, plus de 9 600 fois au cours de quatre ans et demi. Il a également admis avoir regardé des vidéos de femmes nues et de couples se livrant à des activités sexuelles.

ADT : une réputation entachée par des procès

L’agent spécial du FBI à Dallas, Matthew J. DeSarno, a déclaré dans un communiqué : « le technicien en caméras de sécurité a utilisé son poste pour violer illégalement la vie privée de nombreuses personnes. Le FBI travaille avec ses partenaires des forces de l’ordre pour enquêter de manière approfondie sur toutes les cyber-intrusions et tenir les criminels responsables de leurs actes. »

L’ADT a mis à jour une page sur la situation au cours des derniers mois. Dans sa première déclaration du mois d’avril, l’entreprise a indiqué qu’un client utilisant des caméras connectées l’avait informée de la présence d’un courrier électronique non autorisé sur son compte. « Dès que nous avons découvert cela, l’accès non autorisé a été révoqué, et l’employé a été licencié. Nous l’avons également dénoncé aux forces de l’ordre », a écrit ADT à l’époque.

Comme le note le magazine en ligne Ars Technica, ADT est maintenant confronté à plusieurs procès sur cette question, dont un projet d’action collective au nom des mineurs vivant dans les maisons piratées par Aviles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.