in ,

[Dossier] Les robots sexuels arrivent d’ici 10 ans: Êtes vous prêts ?

robot blade runner

Les progrès de la robotique et les avancées dans le domaine de l’intelligence artificielle font envisager un avenir dans lequel les androïdes ne seront pas seulement des robots domestiques, mais pourront également prendre la place de maitresses et d’amants dans nos vies. Une révolution positive ou franchement effrayante des rapports humains ? À vous de juger.

 

robots amaants

Le sexe : une industrie florissante

L’industrie du sexe ne connait pas la crise. Avec un chiffre d’affaires mondial estimé à plus de 50 milliards d’euros par an, elle ne cesse de se réinventer afin d’évoluer au rythme des tendances, voire de les devancer. Les premiers avatars créés par l’homme pour pallier au manque affectif datent des années 1930, où les marins emportaient dans leurs bagages des poupées de chiffons de taille humaine afin de réchauffer leurs longues nuits de solitude. Depuis, ces avatars ont tellement évolué, que ces premières poupées semblent bien médiocres en comparaison. Aujourd’hui les love dolls de la société Orient Industry, bien qu’inanimées, sont saisissantes de réalisme. Aux États-Unis, l’entreprise True Companion a fait encore plus fort en commercialisant dès 2010 le premier robot sexuel, prénommé Roxxxy (pour la version féminine) ou Rocky (pour son pendant masculin), pour une somme comprise entre 4.800 et 6.300 €. Et ces premiers modèles ne sont que les prémices de ceux qui sont annoncés demain, au vu des progrès énormes réalisés dans le domaine de la robotique en Europe, aux États-Unis ainsi qu’au Japon.

true companion

Deux chercheurs américains, Aaron Smith et Janna Anderson ont publié l’an dernier -et après avoir interrogé différents experts dans le domaine de la robotique et de l’intelligence artificielle – une étude annonçant l’arrivée des robots sexuels sur le marché pour 2025 ou 2030. Et les robots en question sont décrits comme étant des cyborgs dotés d’une apparence humaine, d’une peau dont la texture se rapprocherait de la nôtre, et surtout d’une intelligence capable de reproduire une large variété d’émotions. Apprenant l’imminence de l’arrivée de tels robots sur le marché, le Huffington Post a d’ailleurs commandé récemment un sondage afin de savoir si les consommateurs seraient prêts à recourir aux services de tels robots : si 33% de l’échantillon interrogé se dit prêt à accueillir chez eux des robots domestiques, ils ne sont en revanche que 9% à se dire prêts à faire l’amour avec un robot.

 

Des robots doués de sentiments

her
Le logiciel d’intelligence artificielle « Her », fait rire aux éclats Joaquin Phoenix.

Il y a un peu moins de deux ans Spike Jonze bluffait les critiques cinéma en réalisant une comédie d’anticipation vibrante , Her. Il y imaginait une société dans lequel l’intelligence artificielle était si aboutie que le personnage principal du film, Théodore, finissait par s’éprendre de son système d’exploitation doté de la voix terriblement sexy de Scarlett Johansson. Aujourd’hui les progrès sont tels que la réalité pourrait bien vite rattraper la fiction.

En France, une équipe de chercheurs de l’ESCPI Paris a créé une peau de robot « sensible au toucher », capable de différencier les coups des caresses. Au japon a été conçu il y a 5 ans un robot garde-malade nommé Geminoïd f, capable de dialoguer avec les patients. Enfin, dans le domaine de l‘intelligence artificielle, d’énormes progrès ont été faits ces dernières années, jusqu’à permettre la création en 2011 du logiciel Cleverbot, inventé par un informaticien britannique, et qui a été capable de duper presque 60% de ses interlocuteurs (via chat) en leur faisant croire qu’il était humain. Imaginez maintenant un condensé de ces trois technologies, et vous comprendrez mieux en quoi l’homme est en train de réaliser son rêve le plus fou : se créer un alter ego parfait. Gepetto en mangerait sa pipe …

 

La fin de la prostitution ?

doll house
Dans la série DollHouse, Eliza Dushku a loué son corps à une société pour 5 ans de sa vie.

 

C’est en tout cas ce qu’on imaginé deux chercheurs de l’université de Victoria, à Wellington, qui ont publié dans la revue Futures un texte d’anticipation, décrivant une société dans laquelle la ville d’Amsterdam adoptait la prostituion de robots. Dans ce texte, les deux chercheurs, l’un spécialiste de l’industrie touristique et l’autre, sexologue, imaginent ce que pourrait changer dans nos sociétés l’intégration de robots en tant qu’esclaves sexuels. C’est ainsi qu’ils ont dressé une liste des nombreux avantages que cela représenterait : du sexe sans culpabilité, plus de risque de transmission de MST, mais surtout la fin du trafic d’êtres humains.

Un chercheur spécialisé dans l’intelligence artificielle est même allé plus loin dans les projections futuristes : en 2007, David Levy publiait en effet Love and Sex With Robots, et imaginait des robots capables de relations sexuelles mais également… De sentiments ! Dans ce roman d’anticipation -fortement appuyé sur les propres recherches du scientifique en matière d’A.I., la possibilité d’une histoire d’amour entre un humain et un androïde était très sérieusement envisagée. D’ailleurs M. Levy a par la suite déclaré à propos de cela et dans une interview à Livescience.com « La question n’est pas de savoir si cela va arriver, mais quand ça arrivera« .

blade runner
Dans Blade Runner, Harrison Ford ne voit aucun mal à sortir avec Rachel, une cyborg.

 

La véritable question qui se posera à l’avenir, dans le cas où les rêves les plus fous en matière d’intelligence artificielle étaient comblés – jusqu’à par exemple, réussir à reproduire des sentiments humains » – sera certainement d’ordre éthique : les machines ne pourraient-elles pas elles aussi avoir des droits, au même titre que les êtres humains ? Dont celui de refuser leur aliénation. Ça vous paraît exagéré ? La Corée du Sud a déjà élaboré une charte de robot-éthique, afin de protéger les futurs robots d’être abusés par les hommes, et réciproquement. Un scénario qui, non seulement, nous fait replonger dans le film Blade Runner – dans lequel les « Répliquants » tentent d’échapper à leurs conditions d’esclaves – mais qui également, il faut bien l’avouer, fait un peu peur. Et vous-mêmes, si on vous laissait le choix demain, préféreriez-vous un monde avec ou sans robots humanoïdes ?