in

Cette ville veut donner la permission de tuer aux robots

robot pouvant tuer durant un exercice de la police américaine

À San Francisco, bientôt des robots avec la permission de tuer agrandiront le rang de la police. Une décision qui veut aider à rétablir la sécurité dans l’une des plus grandes villes de la Californie.

Face à la recrudescence de la criminalité dans la ville de San Francisco, la police départementale avait demandé la permission d’utiliser des robots pour tuer des criminels. Fiction ou réalité, découvrez de quoi il en retourne dans cet article.

L’usage des robots, une excellente alternative pour la police de San Francisco

Depuis quelques années, la police de San Francisco utilisait des robots dans le but de mener des opérations jugées dangereuses. Cela concerne entre autres le désamorçage de bombes et le traitement des matières potentiellement mortelles. Jusqu’à ce jour, le SFPD dispose de 17 robots dont 12 sont encore fonctionnels. Ils sont pilotables à distance, minimisant les risques qu’encourent les policiers en exercice.

Avec un taux de criminalité très élevé comparé à la moyenne nationale, la ville de San Francisco reste l’une des villes les moins sûres des Etats-Unis. Bien que les principaux délits soient en rapport avec la consommation de drogue et la destruction de biens publics, les policiers peuvent être confrontés à des situations mettant leur vie et celles des civils en danger. C’est certainement pour cette raison que la police départementale a demandé la permission d’utiliser des robots pour tuer les criminels.

Robot tueur : un bras de fer entre la police et le comité de la ville ?

La permission donnée aux robots de tuer est une option de dernier recours. L’armement de ses robots est effectif afin de protéger les membres de la police et les innocents face à un danger imminent comme les colonnes d’Engadget le rapportent. Malgré cela, cette proposition n’a pas fait l’unanimité auprès du comité de la ville de San Francisco.

En effet, Aaron Peskin, le doyen du conseil des superviseurs de la ville, s’est opposé à son adoption. Les robots ne seront pas utilisés comme arme de destruction et de répression contre toute personne, a-t-il indiqué. La police de San Francisco n’avait pas cédé et a renvoyé de nouveau le projet après rectification. L’élu n’avait d’autre choix que de se plier devant les faits. Il faudrait donc attendre l’aval du conseil des superviseurs le 29 novembre prochain avant la mise en vigueur de ce projet.

Robots Rometec, les robots qui ont la permission de tuer !

Jusqu’à ce jour, la police de San Francisco ne dispose pas de robots tueurs de criminels. Toutefois, elle intègrera en son sein de nouveaux robots qui ont la permission de tuer avec la nouvelle génération de robots Rometec. Le F5A est équipé d’un système d’armement optionnel. Il possède un outil dénommé « PAN disruptor » visant à charger les cartouches. Le PAN disruptor permet de modifier et d’accueillir n’importe quel type d’arme comme un lance-grenades, une mitrailleuse ou un fusil  de calibre 50.

Dans sa déclaration dans The Verge, l’officier de police Eve Laokwansathitaya affirme que la police de San Francisco n’envisage d’utiliser cette option qu’en situation extrême. A noter que San Francisco n’est pas la première ville à donner la permission aux robots de tuer des criminels. La police du comté de Dallas dispose déjà de ce type d’arme. Il avait été utilisé pour la première fois en 2016 lors d’une opération visant à neutraliser un criminel ayant tué cinq policiers et blessé plusieurs autres.

Espérant juste que les policiers en charge de ces robots tueurs seront plus responsables que ceux-ci.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *