in

Harry Potter : Les raisons de l’échec des animaux fantastiques

L’échec de la franchise des Animaux fantastiques, la tentative d’expansion du monde des sorciers de Harry Potter, s’explique par diverses erreurs réalisées dans son élaboration.

La série ressemblait dès le départ à une tentative éhontée de récolter de l’argent en profitant du succès de Harry Potter. L’ensemble d’acteurs de renom, les effets visuels impressionnants n’ont pas réussi à dépasser la déroutante narration et la multitude de scandales en coulisses. Ces derniers sont même devenus plus intéressants que le film lui-même.

Une base peu fournie la condamnant dès le départ

Le livre dédié Les Animaux fantastiques ou Vie et habitat des animaux fantastiques est la base de ce nouveau chapitre du monde des sorciers. Ce choix a soulevé des questions dès le départ. Le premier film suit un Eddie Redmayne dans le rôle de Norbert Dragonneau, un magizoologiste qui libère des créatures magiques. La majeure partie du film se concentre sur les créatures magiques avec quelques légers détours dans deux histoires d’amour.

La principale erreur à l’origine de l’échec de la saga des Animaux fantastiques est de se cantonner dans un territoire familier. Elles ont ignoré toutes ces possibilités encore inexplorées du monde des sorciers. Rowling et sa compagnie semblent trop effrayés d’explorer le monde tentaculaire qu’elles ont créé. Elles ont préféré rester dans des perspectives déjà épuisées par le huitième film de Harry Potter.

Le recyclage de personnages, une erreur de plus de l’échec des Animaux fantastiques

Percival Graves, joué par Colin Farrell, était une bouffée d’air frais dans le monde des sorciers. Du moins jusqu’à ce qu’il se transforme en un blond aux allures glacial joué par Johny Depp. Depp a essayé d’éloigner son personnage de celui de Voldemort, mais il n’y avait tout simplement pas assez d’histoires pour les différencier. Grindelwald et Voldemort ont les mêmes objectifs, le deuxième étant une version plus dangereuse du premier.

Pour corriger cette erreur contribuant à l’échec des Animaux fantastiques, Rowling et le studio Warner ont refondu le rôle avec Mads Mikkelsen dans le 3e volet. L’acteur danois apporte une nouvelle énergie au personnage en abandonnant toute excentricité au profit d’une approche directe de la méchanceté. Il s’appuie sur le charisme que Grindelwald aurait toujours eu.

En choisissant Depp, Rowling et compagnie ont prouvé leur penchant pour la répétition. Elles ont utilisé un sorcier noir comme antagoniste, mais ont sélectionné un acteur qui jouerait l’excès plutôt que la nuance. Or, plusieurs personnages non-sorciers de la saga Harry Potter, pouvaient très bien faire des méchants convaincants. Ça aurait été nettement mieux de les rencontrer dans l’un de ces films.

Le gay-baiting, une autre fausse note lourde de conséquences

JK Rowling a révélé que Dumbledore était gay, sans prendre la peine d’explorer la relation entre lui et Grindelwald. Il semble que les gardiens de la franchise n’ont pas encore compris qu’il est plus important de montrer que de dire d’où l’échec des Animaux fantastiques.

Les secrets de Dumbledore tente de remédier à cela sans succès, car il traite le sujet comme un tabou. Cela a certes un sens, car Grindelwald est diabolique, mais cette censure a un certain aspect LGBTQ+. Notamment lorsque les relations homosexuelles demeurent mal vues par certains groupes conservateurs dans la vraie vie.

De plus, malgré toutes les discussions sur l’amour, il n’y a aucune démonstration physique évidente. Law et Mikkelsen ont déployé tous leurs efforts pour vendre l’angle des amants maudits par la suggestion et leur force de volonté, mais ils n’y sont pas arrivés.

En 2022, Rowling et compagnie devraient dépasser sur leur principe et oser représenter l’amour physique entre deux hommes. Un baiser gay ne devrait pas être un problème en 2022 pour déstigmatiser les relations LGBTQ+. Cet esprit conservateur a aussi contribué à l’échec des Animaux fantastiques.

Un voyage sans destination précise, une autre raison de l’échec des Animaux fantastiques

L’échec le plus flagrant des Animaux fantastiques est de faire perdre du temps à son public. Il raconte une histoire sans objectif clair, essaie trop de choses à la fois et échoue de manière spectaculaire. L’intrigue est alambiquée, les personnages sans but et la fin de la partie est assez floue.

La saga doit obligatoirement réduire ses ambitions et ses attentes. Un quatrième film plus ciblé avec une direction et un objectif clair contribuerait grandement à sauver la franchise. Cela va à l’encontre des ambitions de la série, mais cela pourrait être sa grâce salvatrice. Sinon, la Warner pourrait tout simplement juste rempiler avec la franchise mère.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.