in ,

[TEST] XGIMI Elfin : grande image à petit prix

test xgimi elfin

XGIMI est une marque high-tech chinoise relativement nouvelle. Fondée en 2013, elle s’est spécialisée dans les vidéoprojecteurs intelligents, portables et abordables. En se basant sur ces trois principes, l’entreprise cherche à démocratiser la télévision grand format. Le but est de rendre accessible ce qui se rapproche le plus du cinéma à la maison. Les différents modèles conçus proposent chacun une approche distincte de la projection avec des caractéristiques propres. Celui qui nous intéresse aujourd’hui est le Elfin. Il mise sur sa taille compacte et son image lumineuse pour tenter de prouver qu’il n’y a pas besoin de se ruiner pour profiter pleinement des dernières productions cinématographiques. Y parvient-il ? La réponse après ces quelques lignes.

Caractéristiques techniques :

  • Marque : XGIMI
  • Modèle : Elfin
  • Catégorie : Vidéoprojecteur intelligent
  • Technique d’affichage : DLP
  • Dimensions : 19,2 x 19,4 x 4,8 cm
  • Poids : 0,9 kg
  • Connexions : WiFi 2,4 et 5 GHz, Bluetooth 5.0
  • Résolution standard : 1920 x 1080 (1080p)
  • Lumens ANSI : 800
  • Prix : 649 €
  • Disponibilité : disponible

Le vidéoprojecteur XGIMI Elfin fonctionne avec une matrice de LED. C’est différent des lampes traditionnelles et apportent quelques avantages, mais également quelques inconvénients. Parmi les points positifs, on note la durée de vie évaluée à 30 000 heures. L’autre avantage est que cette source lumineuse chauffe moins. Elle nécessite alors une ventilation moins puissante. Par conséquent, le bruit du ventilateur est plus faible et l’utilisation globale silencieuse. En revanche, cela joue sur la luminosité globale qui est plus faible et préfère un environnement plus sombre pour bien en profiter.

Marchand
Stock
Prix
Lien
Patientez... Nous cherchons le prix de ce produit sur d'autres sites

Unboxing du XGIMI Elfin

La boîte est à l’image du design, c’est-à-dire blanche et épurée. Pas de grandes fantaisies, mais un espace optimisé pour tout ranger. En plus de l’appareil, se trouvent à l’intérieur la télécommande Bluetooth, l’alimentation et le manuel d’utilisation. C’est tout, et l’on n’en demande pas vraiment plus.

Design et ergonomie

Lorsque l’on en fait un argument de vente, le design doit suffisamment se démarquer afin d’être crédible. XGIMI appuie sur le côté compact et la petite taille générale du Elfin. Et effectivement, lorsque le vidéoprojecteur est déballé de sa boîte, nous nous retrouvons avec un appareil aux dimensions contenues. Une vingtaine de centimètres de côté et cinq de haut pour un poids de moins d’un kilo. Léger et transportable, cette promesse est tenue et lui donne un atout indéniable.

Une fois la taille évoquée, nous pouvons nous concentrer sur le design en lui-même. Le fabricant chinois a choisi l’harmonie des lignes et des courbes plutôt qu’une forme bigarrée et originale. Les angles arrondis du carré adoucissent l’ensemble et sa robe blanche mate lui confère un aspect un peu rétrofuturiste. Sur le côté, une bande noire se dérobe comme une chute d’eau juxtaposée à la mention de la marque. Dessus y est inscrit le nom du partenaire audio, Harman/Kardon, tel un sceau d’approbation.

Moderne et discret

La face avant se départage en deux parties. À gauche l’ouverture de la matrice de LED dans un cadre rectangulaire noir. Puis à droite, la sortie du haut-parleur se présente comme une succession de points parsemés qui donnent l’impression de vouloir s’échapper. Ensuite à l’arrière, se trouvent les habituels ports pour y brancher l’alimentation, une source visuelle par un câble HDMI, une sortie audio et un périphérique USB. À côté de cela, les ouvertures permettent à la ventilation de dissiper la chaleur.

Nous sommes ici en présence d’un objet qui sait à la fois se faire moderne et discret. Grâce à sa conception compacte, il est possible de l’emmener facilement avec soi. Lui trouver un petit coin dans la maison n’est pas compliqué (à condition d’avoir le mur pour projeter) et une certaine élégance le fait se fondre dans le mobilier sans qu’il gêne l’œil.

Marchand
Stock
Prix
Lien
Patientez... Nous cherchons le prix de ce produit sur d'autres sites

Utilisation du Elfin de XGIMI

Le vidéoprojecteur Elfin de XGIMI, contrairement à d’autres produits de la marque chinoise, nécessite d’être branché au secteur pour fonctionner. Une fois cela fait, il est nécessaire de configurer l’appareil, télécommande Bluetooth comprise. Cela ne prend même pas une minute, les instructions à suivre sont simples et claires et l’on peut s’en servir dans la foulée. D’ailleurs, à chaque démarrage, tout est prêt en à peine quelques secondes.

Lors de la première utilisation, ce qui prend un peu plus de temps, est la connexion aux différents comptes des différentes applications, et en particulier à Google. Cela nécessite donc de posséder un compte et de s’y connecter afin de s’assurer que les dernières fonctionnalités sont bien présentes. C’est aussi le moyen le plus sûr de télécharger des applications sur le Play Store. Parce qu’en effet, le Elfin intègre Android TV dans sa version 10.0 comme système d’exploitation.

Ceux qui sont familiers avec Android s’y retrouveront tout de suite et prendront leurs marques sans problème. Pour les autres, la prise en main ne demande que quelques minutes d’adaptation. Cela repose sur un système d’exploitation classique qui requiert le téléchargement et l’installation d’applications, rien de bien sorcier. En outre, l’incorporation directe de Chromecast est une très bonne idée pour quiconque souhaite diffuser n’importe quel type de contenu instantanément.

Le bruit de la ventilation plutôt faible

Comme nous l’avons dit au début, l’avantage d’une matrice LED est de réduire la production de chaleur et donc l’intensité des ventilateurs. Cela veut dire que le vidéoprojecteur fait moins de bruit. Son concepteur parle d’une nuisance sonore qui ne dépasse pas les 30 décibels. C’est comparable à un chuchotement. Ce que l’on constate quand l’on parvient à entendre les dialogues d’un film avec une utilisation des haut-parleurs de l’appareil et d’un volume sonore au minimum.

Revenons enfin sur le choix de XGIMI de ne pas avoir intégré une batterie afin de se passer du câble d’alimentation, alors que d’autres de ses modèles le font. Cela en fait alors un appareil pour la maison et pas pour les excursions dans la nature, lieux sauvages où l’électricité viendrait à manquer.

Fonctionnalités

XGIMI n’hésite pas à employer le mot « intelligent » pour qualifier son vidéoprojecteur. Et cela n’a rien de choquant après l’énumération de toutes les fonctionnalités qui le composent. Nous allons prendre le temps de le faire ici.

La marque chinoise a souhaité rendre le plus agréable possible l’expérience de l’utilisateur. Elle n’a ainsi pas rechigné à ajouter de nombreuses fonctions pour aller dans ce sens. Le point commun derrière toutes celles-ci se trouve dans l’automatisation du réglage de l’image.

La première répond au nom de Intelligent Screen Alignment, ou alignement intelligent de l’écran. L’appareil détecte le cadre de l’écran qui reçoit la projection et adapte la taille de l’image en conséquence. Cela évite de jouer avec une molette et de perdre du temps à calquer l’image à l’écran au millimètre près. S’ajoute à cela la correction automatique de la distorsion trapézoïdale. Cela signifie que la différence d’inclinaison, représentée par un angle de plus ou moins 40° est automatiquement ajustée pour obtenir une image droite.

Des couleurs plus prononcées avec le HDR10+

Ce n’est pas tout, puisque le vidéoprojecteur Elfin intègre aussi une fonction d’évitement intelligent des obstacles. Si un élément perturbateur rogne un peu sur le bord de l’image, la taille de celle-ci est redimensionnée pour éviter l’objet. Cela peut sembler un peu gadget étant donné qu’en général, on prend soin de projeter sur une zone où il n’y a pas d’obstacles, mais au cas où. En revanche, l’autofocus est bien utile pour faire la mise au point rapidement. Nous avons cependant remarqué que l’appareil perd de temps en temps la mise au point ou a du mal à bien la faire. Il est alors possible de la régler manuellement avec la télécommande.

Le tableau ne serait pas complet si l’on omettait de parler du HDR10+ et du MEMC. Le premier optimise l’image en renforçant les couleurs et donc les contrastes. Cela se fait par des variations de luminosité. Le second est le compensateur de mouvement que l’on retrouve sur certaines télévisions. Il tente de fluidifier la succession des images en en intercalant de nouvelles, mais cela a souvent tendance à plus dénaturer les mouvements qu’autre chose. Peut-être est-ce une question d’habitude.

Qualité de l’image

Nous voilà arrivés au point le plus important du test. La qualité de l’image est avant tout ce qui détermine l’achat d’un tel appareil. Précisons pour commencer que ce vidéoprojecteur est un appareil milieu de gamme. La résolution de l’image est fixée à 1080p, ce qui aujourd’hui est le minimum attendu. 

Comme mentionné plus haut, la fonction HDR10+ renforce les couleurs. Or, c’est là un des points forts du Elfin. L’image est contrastée, nuancée et les couleurs sont éclatantes. Attention toutefois, la luminosité est relativement faible, conséquence de l’utilisation d’une matrice LED. Nous sommes ici, d’après les mesures officielles, entre 600 et 800 lumens ANSI, quand d’autres types de vidéoprojecteurs montent à 2000. Cela nécessite donc un environnement de projection sombre. 

Avec suffisamment de recul, la taille de l’image peut atteindre une diagonale de 5 mètres. Dans ce cas-là, mais en réalité à presque toutes les tailles d’images, mieux vaut se mettre à une distance respectable de l’écran ou du mur. En effet, en se rapprochant, on remarque rapidement la présence d’un grain, ce que l’on appelle aussi du bruit, qui n’est pas très agréable. Heureusement, on le remarque moins à une bonne distance. 

À un prix aussi attractif, nous ne nous attendions pas à une telle qualité d’image. L’appareil se débrouille bien tout autant dans la diffusion de films et séries, que de retransmissions sportives ou des documentaires. Nous lui avons peut-être trouvé une limite avec les clips de KPop ultra-colorés et agités, mais cela se comprend.

Conclusion

Il est loin le temps où les constructeurs chinois proposaient des produits certes pas chers, mais d’une finition parfois douteuse. Aujourd’hui, les prix ont peut-être un tout petit peu grimpé, mais la qualité a surtout fait un énorme bond en avant. Avec ce vidéoprojecteur, XGIMI le démontre une nouvelle fois. Ce Elfin est un condensé de technologie dans un petit format. Sa simplicité d’utilisation et son démarrage rapide le rendent agréable et permettent d’avoir accès à des contenus sans délai. Quant à l’image, même si elle n’est pas parfaite, elle est tout de même très satisfaisante. Les couleurs sont brillantes et les contrastes nets. Le choix de la matrice LED le rend silencieux et lui donne aussi une longue durée de vie afin de profiter pendant longtemps d’une expérience télévisuelle digne du cinéma. Nous avons pris l’habitude de tout faire chez soi, et ce n’est pas ce vidéoprojecteur qui va nous faire changer.

Marchand
Stock
Prix
Lien
Patientez... Nous cherchons le prix de ce produit sur d'autres sites

Points positifs
Points négatifs

  • Compact et léger
  • Android TV
  • Fonctions intelligentes
  • Image très correcte
  • Bon rapport qualité/prix

  • Pas de Netflix
  • Un peu de bruit sur l’image

Design et ergonomie - 8
Utilisation - 8
Fonctionnalités - 8.5
Qualité de l'image - 7.5
Rapport qualité/prix - 8.5

8.1

Design et Ergonomie : Compact et léger, le vidéoprojecteur sait se faire discret.

Utilisation : Démarrage rapide, simplicité d'utilisation, faible bruit à l'usage.

Fonctionnalités : Pleins de fonctions intelligentes qui simplifient l'utilisation.

Qualité de l'image : Belles couleurs et contrastes nets. Parfois un peu trop de bruit à l'image.

Rapport Qualité / Prix : Un prix attractif pour un appareil bien équipé et qui propose une belle image.

User Rating: Be the first one !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *